Traest Kre'fey

Traest Kre'fey, amiral bothan de la Nouvelle République puis de l'Alliance Galactique, fut l'un des fers de lance de la guerre menée contre les Yuuzhan Vong. Afficher le sommaire

Origine et début de carrière

Mâle Bothan probablement originaire de Bothawui ou de Kothlis, l'amiral Traest Kre'fey ressemblait aux membres de sa famille, que ce soit son grand-père Laryn Kre'fey ou son frère Karka Kre'fey. Comme eux, il avait une peu courante fourrure blanche. Contrairement à ses deux parents précités, il avait des yeux violets mouchetés de paillettes dorées. Traest Kre'fey cousinait également avec Borsk Fey'lya. Comme tous les Bothans, Traest était un prédateur-né, et faire la guerre lui permettait de laisser s'exprimer sa vraie nature. Néanmoins, il apprit vite à ne pas laisser trop souvent un sourire carnassier illuminer son visage, pour ne pas effrayer les humains.

Suite à la mort de son grand-père lors de l'attaque de Borleias par l'Escadron Rogue en l'an +6, l'influence de sa famille se fit moindre, ce qui ne l'empêcha pas d'intégrer l'Académie Martiale. Contrairement à d'autres Bothans, il appartenait à une génération moins encline à suivre aveuglément les ordres de ses supérieurs et aînés. Et contrairement à Laryn Kre'fey, Traest possédait de réels dons militaires. Son ascension fut rapide, grâce à ses mérites mais également grâce à la défection de plusieurs officiers supérieurs bothans suite à la Crise du Document de Caamas. Il était encore jeune quand il fut promu amiral de la flotte.

On notera également que parallèlement à son ascension au sein de la flotte, les Bothans construisirent des croiseurs d'assaut, tels que le Ralroost, qui lui serait confié lors de son envoi sur la Bordure Extérieure. Le navire allait bien lui servir pendant la Guerre contre les Yuuzhan Vong...

Les premiers temps de la guerre

Premiers contacts

Lors de l'invasion des Yuuzhan Vong, vingt-cinq ans après la Bataille de Yavin IV, l'amiral fut rapidement au cœur des événements. Suite aux toutes premières escarmouches, il fit installer des simulations pour que ses troupes soient préparées à attaquer les mystérieux chasseurs ennemis, connus sous le nom de Corail Skipper. Lui-même étant un bon pilote et ne dédaignant pas mettre la main à la pâte, il testa la simulation... et fut « tué » en quinze secondes. Il en fit profiter l'élite des pilotes de la Nouvelle République, en la personne du commandant de l'Escadron Rogue, Gavin Darklighter... qui tint dix secondes de plus que lui.

KTaest Kre'fey avait conscience du danger potentiel représenté par les Yuuzhan Vong et mit rapidement au point des pistes à suivre pour adapter la technologie républicaine à ce nouvel ennemi. Il se retrouva également dans une situation délicate : en tant qu'amiral en charge de la Bordure Extérieure, il était en première ligne... mais les sénateurs républicains ayant refusé d'admettre que les nouvelles apportées par Leia Organa Solo - l'invasion yuuzhan vong - étaient fondées, il ne pouvait se permettre d'enquêter ouvertement. Cela aurait été un suicide politique pour lui. À ce titre, il fit intervenir Gavin et son escadron d'une manière non officielle afin de mener l'enquête sur l'envahisseur, dans le but d'ouvrir les yeux du Sénat Républicain.

Ils parvinrent rapidement à leurs fins en capturant un vaisseau pirate, l'Indépendant du capitaine Urias Xhaxin, qui avait long à en dire sur les Vong, ayant subi leurs assauts peu de temps auparavant. Alors qu'il s'attendait à être emprisonné pour ses méfaits, Kre'fey en fit au contraire un invité important à bord, pour les informations dont il était porteur. L'amiral bothan n'avait pas de préjugés et c'était une de ses principales qualités : mettre toutes les ressources possibles et disponibles à son service, en vue de réussir au mieux ses missions. Jamais il n'aurait négligé par orgueil un avis pertinent.

La chute de Dubrillion

Les Agamariens avaient décidé d'accueillir des réfugiés en provenance de Dubrillion. Ils demandèrent à Traest Kre'fey d'escorter le convoi de vaisseaux constitué pour la circonstance. En vérité, l'amiral s'arrangea pour qu'on lui demande cette faveur : il était fermement décidé à croiser le fer avec les Yuuzhan Vong, toujours dans l'optique d'ouvrir les yeux des dirigeants de la Nouvelle République. Si un engagement avait lieu, l'ennemi serait enfin pris au sérieux.

Alors que la situation sur la planète était catastrophique, nécessitant l'évacuation de toute la population, Traest n'hésita pas à s'investir. Leia Organa et Lando Calrissian l'éclairèrent de leurs observations sur le terrain, et il mit Gavin Darklighter à contribution pour mettre au point des stratégies de défense de la planète. Les Yuuzhan Vong s'attaquant aux convois de réfugiés qui quittaient les lieux, l'enjeu était donc de pouvoir les protéger. Les défenses planétaires étaient surtout constituées d'Affreux, dont bien peu étaient pourvus d'hyperpropulsion. Pour Kre'fey, il n'était pas question de sacrifier qui que ce soit si cela pouvait être évité, aussi était-il décidé à embarquer tous les Affreux dans un vaisseau capital une fois les défenses de la planète tombées.

N'étant pas homme à fuir ses responsabilités ni son sens du devoir, il décréta que son propre croiseur, le Ralroost, serait le dernier à partir, récupérant les Affreux et embarquant des réfugiés. Ce faisant, il savait que son vaisseau serait la cible d'attaques ennemies, mais cela ne changea rien à sa décision. Le peuple de Dubrillion fut confronté à des choix impossibles concernant qui serait sauvé, toute la population ne pouvant pas l'être. La dignité avec laquelle les habitants prirent leurs responsabilités força le respect de Traest, qui voulut se montrer digne d'eux. Connaissant les risques pour son vaisseau, il tenta de dissuader Leia Organa de rester à bord, mais celle-ci refusa l'offre, désireuse de rester avec le sénateur Elegos A'Kla embarqué à bord. La retraite fut un succès.

Dès que le Ralroost eut déposé les réfugiés sur Dantooine, sur la route d'Agamar, Traest Kre'fey invita Leia à rentrer avec lui sur Coruscant : l'heure était venue pour lui de faire son rapport et de confirmer à quel point la menace Yuuzhan Vong était sérieuse. Elle refusa, préférant continuer à veiller sur les réfugiés. Traest le comprit d'autant mieux qu'il venait de donner sa navette personnelle à Elegos A'Kla pour en transporter. Il envoya également des troupes au sol pour sécuriser les lieux autant que faire se puisse, notamment en installant des détecteurs. Il promit de revenir le plus vite possible, sachant très bien que les choses n'allaient faire qu'empirer à l'avenir.

Peu après son départ, l'attaque des Yuuzhan Vong contre les réfugiés eut lieu. Ce fut la Quatrième Bataille de Dantooine. Et quand la situation menaça de virer au désastre, Kre'fey et son Ralroost firent inopinément leur réapparition pour renverser le cours des choses. Le Bothan venait de remporter une victoire militaire sur l'ennemi, avait réussi à sauver les réfugiés... et bien sûr, son prestige personnel en fut renforcé.

Confrontation entre Bothans

Revenus sur Coruscant, Traest, Leia, Gavin Darklighter et le sénateur A'Kla furent reçus par le président Borsk Fey'lya et ses conseillers. Comme le craignait Traest, son cousin Borsk semblait déterminer à sous-estimer voire à ignorer la menace. En fait, Borsk cachait délibérément l'importance de l'invasion afin que nul ne puisse blâmer son inaction à ce sujet. Mais l'amiral bothan, maître stratège, officier supérieur honorable et sachant parfaitement comment fonctionnait Borsk, avait prévu à l'avance cette réaction et avait mis au point un plan pour le contrer. Sur un signe discret de sa part, Gavin Darklighter porta l'estocade et mit Borsk face à ses mensonges. Quand le président de la Nouvelle République lui répondit vertement et avec mépris, Traest lui-même réduisit sèchement son cousin au silence et lui lança un ultimatum. Soit lui et ses séides se reprenaient et assumaient leurs responsabilités de dirigeants politiques, tout en laissant l'armée faire son travail sans ingérence, soit Traest emmenait avec lui l'armée de la Nouvelle République dans les Régions Inconnues pour s'y tailler un empire.

En aurait-il été capable ? Certains le crurent, ce jour-là, à moins qu'il n'ait bluffé pour remporter la mise. Quoi qu'il en soit, il était amiral de la Nouvelle République et à ce titre, chargé de veiller sur la sécurité des citoyens. Il avait identifié le danger, personnifié par Borsk Fey'lya et les siens, et n'hésita pas à s'y opposer fermement. Traest Kre'fey était désormais sur la liste noire de Borsk mais il n'en avait cure : il avait accompli son devoir.

Ne restait plus à Traest qu'à repartir au front. Mais comme le départ n'aurait lieu que le lendemain, il offrit une ultime grasse matinée à ses troupes en acceptant de ne pas les rappeler avant le lendemain midi. Il savait prendre soin des siens.

Connaître son ennemi

Réunion

Enfin décidé à prendre le taureau par les cornes, Borsk Fey'lya convoqua une réunion pour évoquer l'avancée des Yuuzhan Vong, dont les forces continuaient à progresser dans l'espace républicain et qui menaçaient désormais les Vestiges de l'Empire. Assistaient à cette réunion Leia Organa Solo, Elegos A'Kla, Traest Kre'fey bien sûr, mais également Wedge Antilles, redevenu général. Les deux officiers supérieurs ayant une même moralité, une même mentalité, ils n'eurent aucun mal à s'entendre et à se comprendre.

Borsk n'avait pas encore compris tout le danger planant sur la Nouvelle République, Traest s'en rendit compte quand son cousin lui demanda s'il avait pris les mesures nécessaires pour contenir l'envahisseur. Traest lui fit comprendre que de telles mesures étaient impossibles à mettre en place, la ligne de front potentielle étant bien trop importante. Qu'ils devaient appâter les Yuuzhan Vong pour les combattre sur un terrain choisi - ce qui impliquait de découvrir ce qui était susceptible de les appâter - et espérer les y écraser. En attendant, l'armée devait se contenter de se poster sur des mondes potentiellement menacés ou importants. Le manque de connaissances sur les Yuuzhan Vong desservait grandement la Nouvelle République, et Traest Kre'fey était déterminé à combler cette lacune.

Garqi

Prévoyant des temps à venir difficiles, Traest Kre'fey prenait tout particulièrement soin de ses hommes. Il leur rappela que nul n'était immunisé contre la mort : si ses hommes se croyaient invulnérables, ils risquaient de commettre des erreurs mortelles, pour eux comme pour leurs camarades. Une fois de plus, ce fin stratège ne négligeait aucun aspect de la guerre.

Pour obtenir des informations exploitables sur les Yuuzhan Vong, Kre'fey décida d'envoyer une équipe d'espions sur la planète occupée Garqi : les Jedi Corran Horn, Jacen Solo et Ganner Rhysode, ainsi que six Noghris. Ce fut l'opération Crash sur Garqi. Parallèlement, il partit espionner la planète Sernpidal pour s'apercevoir qu'une structure de taille colossale était en cours de construction. À cette occasion, il s'arrangea pour sortir d'hyperespace à un endroit difficilement accessible pour les Vong, afin d'être sûr de pouvoir mener ses observations à bien sans mettre le Ralroost en danger. Le commandant des Yuuzhan Vong, Shedao Shai, fut irrité par les manœuvres du Bothan, aussi doué qu'imprévisible. Depuis ses agissements sur Dubrillion et Dantooine, les Vong commençaient à se méfier de Kre'fey.

Quand le Ralroost revint sur Garqi pour récupérer l'équipe de reconnaissance, les Vong aussi étaient là, bien décidés à intercepter les Jedi et les Noghris. Corran Horn exprima ses doutes :

- Ici le Meilleure Chance appelant le Ralroost, nous pouvons filer vers la surface pour vous laisser partir.
- Négatif, Meilleure Chance ! Continuez à vous rapprocher de nous.
- Avec tout le respect que je vous dois, monsieur, il y a autant de Vong ici que d'astéroïdes dans une ceinture. Nous ne valons pas de mettre le Ralroost en danger.
- En dépit de votre humilité, Corran Horn, JE prends les décisions. Venez aussi vite que possible. Nous avions prévu une éventuelle poursuite.
_Corran Horn, craignant le pire et s'en ouvrant à Traest Kre'fey.

Kre'fey détestait décidément laisser les choses au hasard. Et il avait prévu une surprise de taille pour les Vong, pour leur montrer que l'invasion ne serait pas aussi facile qu'elle l'avait été jusque-là. Alors que son Ralroost, épaulé par deux Star Destroyer Victory, dont le Soleil Levant de Taanab, n'arrivait pas à contenir les Vong, deux vaisseaux capitaux des Vestiges de l'Empire, le Chimaera et le Moisson Rouge, entrèrent dans la danse pour prêter main-forte à la Nouvelle République. Ensemble, ils vainquirent l'ennemi.

La défense d'Ithor

La victoire conjointe entre les deux ex-ennemis ouvrait la voie à des relations meilleures entre la Nouvelle République et les Vestiges de l'Empire, qui pour la première fois venaient de collaborer ensemble depuis les Accords de Bastion, signés six ans auparavant. Une réunion réunit les états-majors respectifs sur Ithor. Sur Garqi, il s'était avéré que l'Arbre Bafforr s'attaquait à l'Armure Ooglith des Yuuzhan Vong, raison amplement suffisante pour défendre Ithor.

Ni Gilad Pellaeon ni Traest Kre'fey ne vivaient dans le passé et ils se serrèrent la main sans arrière-pensée, prêts à partager leurs informations et à reconduire une alliance militaire. Tous deux savaient quel danger représentaient les Yuuzhan Vong et ils eurent l'intelligence de ne pas laisser de vieux griefs resurgir. Les deux amiraux voulaient agir dans l'intérêt commun, même s'ils savaient que les politiciens des deux camps n'allaient pas tarder à leur lier les mains.

Kre'fey visait avant tout et comme toujours la victoire pour ses troupes et faisait passer son orgueil après : il offrit donc à l'amiral Pellaeon le commandement de l'opération, en tant qu'officier le plus capable et le plus expérimenté. Ils décidèrent donc d'imposer leur commandement conjoint aux politiciens... et qu'il n'était pas nécessaire de leur préciser que l'Impérial commanderait réellement, Traest Kre'fey se contentant du rôle de second.

En attendant que les Vong arrivent, Kre'fey et Pellaeon firent évacuer le plus possible d'Ithoriens. Quoi qu'il se passerait, ils devaient penser à la protection des populations civiles. Dès que la flotte yuuzhan vong surgit et se rapprocha lentement d'Ithor, manœuvre qui lui prendrait plusieurs jours, Traest fit faire des dizaines de simulations à ses troupes. Quand Corran Horn énonça son intention de défier Shedao Shai dans un duel à mort dont l'enjeu serait Ithor, l'idée déplut à Traest : elle ressemblait trop à un coup de poker. Néanmoins, comme elle permettait de donner plus de temps pour évacuer les habitants de la planète, et surtout d'éviter un bain de sang en cas de victoire, lui, Pellaeon et Luke Skywalker donnèrent leur accord.

Les deux cousins

Traest Kre'fey n'avait que peu d'estime pour les politiciens, en particulier pour son cousin Borsk Fey'lya. Quand ce dernier, au contraire de ses conseillers déjà en route vers Coruscant, décida de rester en orbite d'Ithor sur le Ralroost, Traest ne trouva pas cette attitude courageuse et estima que Fey'lya ne restait que pour une raison politique : prouver qu'il avait autant de cran que Leia Organa, qu'il considérait encore comme sa rivale politique. L'ex-princesse comptait effectivement rester jusqu'au bout.

Kre'fey connaissait même si bien les raisonnements tortueux de son cousin qu'il lui coupa l'herbe sous le pied quand Fey'lya voulut obliger Pellaeon à céder le commandement de la force conjointe à Traest. Les deux amiraux avaient conclu un accord entre eux, et Pellaeon, sans impliquer Kre'fey, informa Fey'lya que si le commandement lui était retiré, lui et ses troupes s'en retourneraient aussitôt dans les Vestiges, laissant les forces républicaines à leur sort. Quand Fey'lya s'indigna auprès de son cousin, Kre'fey réitéra sa menace de partir pour les Régions Inconnues avec ses troupes. Hors de lui, Fey'lya ordonna à deux officiers de sécurité bothans de mettre l'amiral aux arrêts, mais aucun d'eux ne cilla. Kre'fey, en stratège ne négligeant décidément absolument rien, rappela à Fey'lya qu'ils étaient en zone de guerre... endroit où il n'avait aucun pouvoir sur les militaires.

La situation se résolut d'elle-même car les Yuuzhan Vong lancèrent alors leurs vaisseaux. La Bataille d'Ithor pouvait commencer. Après avoir humilié Fey'lya, Kre'fey offrit une porte de sortie honorable à son cousin : rester sur la passerelle pour montrer son soutien aux militaires... à moins qu'il ne préférât se terrer dans sa cabine. Fey'lya saisit la perche, rappelant qu'à l'occasion lui aussi avait versé son sang lors du conflit contre l'Empire. Kre'fey le ménagea donc en le remerciant à haute voix de l'honneur qu'il faisait à son équipage en restant sur les lieux. L'amiral aussi pouvait être un manipulateur accompli.

Suite à l'attaque d'un Corail Skipper, la passerelle du Ralroost encaissa un coup dangereux : Kre'fey fut miraculeusement épargné, au contraire de son officier de communications. Quand Fey'lya remplaça l'officier mort, Kre'fey en fut réellement ravi. Il savait tirer le meilleur de ses hommes, et voilà qu'il parvenait à faire de même avec l'un des êtres les plus imbus de lui-même de toute la galaxie.

Requiem pour Ithor

Le génie militaire de Kre'fey lui suggéra un changement radical de tactique pour surprendre les Yuuzhan Vong, et il en fit part à Pellaeon : en augmentant la puissance de leurs tirs, ils pourraient détruire à coup sûr les Coraux Skippers, même s'ils pourraient tirer moins de fois. Maigre avantage mais tout ce qui pouvait déconcerter ou surprendre les Yuuzhan Vong était bon à prendre.

En outre, suite à la trêve obtenue par Corran Horn, il eut le loisir de penser à de nouvelles techniques pour vaincre les Vong. Il partagea ces informations et idées avec l'amiral Pellaeon, sachant que l'Impérial était pour lui un allié précieux. Après que les Yuuzhan Vong eurent déchaîné la mort sur Ithor, l'Héritage, leur vaisseau amiral commandé par Deign Lian, voulut quitter le système. Mais Kre'fey et Pellaeon, qui ne l'entendaient pas de cette oreille, mirent en pratique le fruit de leurs nombreuses conversations, observations et essais : ils obligèrent l'Héritage à produire des trous noirs afin de vérifier leur théorie sur l'affaiblissement de la maniabilité des vaisseaux vong, qui semblait aller de pair avec le déploiement de trous noirs. Le vaisseau vong fut détruit.

Vint le moment de la séparation pour les amiraux Pellaeon et Kre'fey. Chacun des deux hommes avait plus que jamais la plus haute estime pour son vis-à-vis.

Périls

La super-arme vong

Suite à la mort d'Elegos A'Kla et à la chute d'Ithor, certains politiciens s'en donnèrent à cœur joie pour désigner des responsables du désastre. Outre les Jedi, Traest Kre'fey fut dans leur ligne de mire, bien que son cousin Borsk Fey'lya le défendit : s'il était tenu en grande estime par les militaires, il était pour le moins impopulaire dans certains cercles politiciens.

Quand une super-arme yuuzhan vong sembla détectée, Kre'fey organisa une réunion de crise sur le Ralroost, avec Wedge Antilles, Jaina Solo, Gavin Darklighter et Kyp Durron. Si ce dernier, orgueilleux Jedi, clama son admiration pour le général bothan, celui-ci ne se laissa pas émouvoir, préférant les gens qui agissaient réellement avec un esprit d'équipe, au contraire de Kyp trop occupé à jouer au franc-tireur et à se montrer. Les préparatifs de la Bataille de Sernpidal pouvaient commencer.

Kre'fey recoupa les informations avec sa propre surveillance menée depuis des mois sur les activités vong autour de Dubrillion. Fidèle à sa réputation, il improvisa aussitôt un plan, reposant sur un Croiseur Interdictor Immobilizer-418 qu'il faisait restaurer. Les points d'entrée du système étant surveillés, y envoyer un Interdictor en état de marche déplacerait les points d'entrée et permettraient à des chasseurs républicains d'émerger à des positions non surveillées. Ainsi, l'attaque pourrait être menée : l'Escadron des Douze de Kyp se dirigerait vers la super-arme tandis que l'Escadron Rogue dégagerait le point d'entrée, seul endroit par lequel le Ralroost pouvait arriver.

Ainsi fut fait et malgré la mort de plusieurs pilotes, le Ralroost put émerger de l'hyperespace, accompagné de deux corvettes et d'un croiseur lourd. La mission fut un succès... jusqu'à ce que Jaina découvre que Kyp avait menti : ce qu'il avait fait passer pour une super-arme était un vaisseau-monde en construction, à peine habité. À cause de la duplicité de Kyp Durron, Traest Kre'fey avait perdu des hommes sous son commandement, en s'en prenant à un objectif civil.

La chute de Coruscant

Après ces événements, Kre'fey fut confronté à des problèmes d'affectation pour ses troupes : lorsque la Base Eclipse fut mise sur pied, il lui affecta soixante-dix X-Wing T-65XJ3 tout juste sortis des usines, avec l'inconvénient de devoir procéder à des rotations dans sa propre flotte. Ces problèmes de logistique furent bientôt le cadet de ses soucis, car la prise de Coruscant par l'ennemi eut lieu peu après.

Lors de la bataille, les officiers supérieurs de la Nouvelle République furent confrontés à un grave problème éthique. Les Yuuzhan Vong avancèrent sur la capitale galactique en s'abritant derrière des vaisseaux bourrés de réfugiés. Il s'en suivit une cacophonie certaine : l'amiral Sien Sovv ordonna de cesser le feu, tandis que le général Garm Bel Iblis tentait autant que possible de tirer autour des vaisseaux de réfugiés. Kre'fey, lui, avait prouvé par le passé qu'il était soucieux des vies civiles ; il refusa de tirer et préféra faire manœuvrer sa flotte autour des réfugiés. S'il prenait ainsi du retard pour joindre ses forces à celles de Bel Iblis, il suivait tout de même la stratégie mise en place. Le plan originel de l'amiral Sovv était que les flottes de Bel Iblis et de Kre'fey devaient contenir l'envahisseur, tandis que Wedge devait arriver peu de temps après dans leur dos.

La flotte de Kre'fey, bien que largement inférieure en nombre, échangea des tirs nourris avec l'arrière-garde Yuuzhan Vong, en attendant de faire sa jonction avec les forces de Wedge Antilles. Mais l'ennemi avait une supériorité numérique écrasante et ce qui devait arriver arriva : Coruscant tomba.

L'Ar'krai des Bothans

En décidant d'occuper Borleias, Wedge Antilles avait plusieurs objectifs en tête : l'un d'eux était de permettre à ses collègues Bel Iblis et Kre'fey d'avoir le temps de rassembler leurs forces dispersées par la bataille. Lorsque Antilles comprit qu'il ne devait pas compter sur les survivants du Conseil de Borsk Fey'lya, prêts à sacrifier les troupes républicaines le temps de se mettre eux-mêmes à l'abri, il sut que le plan de secours mis au point par Bel Iblis, Kre'fey et lui, à savoir se retrouver tous trois pour unir leurs forces et repenser la guerre, tombait à l'eau. L'amiral bothan était livré à lui-même.

En attendant de reconstituer ses forces, Traest Kre'fey dut obéir aux lois de son peuple : son cousin Borsk Fey'lya étant mort, il dut se rendre sur Bothawui pour observer la période de deuil officiel. Dès qu'il revint aux affaires, il reçut son subordonné, le général Keyan Farlander, ainsi que Jaina Solo, qui avaient monté une opération militaire de leur côté - qui donna lieu à la Seconde Bataille d'Obroa-skai - sans lui en référer. Loin de leur en vouloir au vu de la réussite de l'attaque, il leur assura qu'ils en seraient récompensés.

Il annonça en outre qu'il avait profité de son séjour sur la planète-mère des Bothans pour mener des entretiens avec ses dirigeants. En conséquence, le Conseil Bothan décida de déclarer l'état de guerre le plus élevé entre Bothawui et les Yuuzhan Vong, à savoir l'Ar'krai, défini en ces termes par l'amiral :

Cela signifie que nous déclarons une guerre totale et absolue à nos adversaires et que cette guerre ne cessera pas tant que nos ennemis n'auront pas été complètement éliminés.

Cette position pour le moins tranchée posa des problèmes éthiques à certains combattants, notamment Jaina Solo et Kyp Durron, qui y virent une invitation au Côté Obscur de la Force. Ils réservèrent néanmoins leur opinion, attendant la suite des événements.

Suite à cette déclaration, Traest Kre'fey n'eut de cesse de haranguer ses troupes pour qu'elles soient au diapason de son état d'esprit, son charisme l'aidant à se faire entendre. Il tint notamment ce type de discours enflammé dans le mess du Starsider, et en profita pour ordonner à Jaina Solo de recruter plus de Jedi pour sa flotte, car leur lien psychique au combat avait fait ses preuves.

Lors de la réunion suivante du Conseil Jedi, Kyp Durron fit part de ses réticences à la participation de Jedi à ce qu'il estima être rien moins qu'un génocide. Le dilemme provenait également du fait que Kre'key, s'il n'avait ni le génie d'Ackbar ni le talent tactique de Wedge Antilles, n'en était pas moins un excellent commandant. La Nouvelle République pouvait-elle se passer de lui ? La Chevalier Jedi Saba Sebatyne fit remarquer que si des Jedi rejoignaient la Flotte de Kre'fey, ce seraient eux qui, de facto, la dirigeraient. Ce qui leur donnerait un pouvoir certain si les événements venaient à déraper.

Le temps des victoires

La Bataille d'Ebaq 9

Jacen Solo rejoignit la flotte de Kre'fey pour coordonner le lien mental entre les pilotes Jedi : il participa notamment à l'attaque de Duro, qui fut un succès total... jusqu'à ce qu'une flotte de secours vong n'émerge de l'hyperespace. Kre'fey, grisé par son succès précédent et n'ayant subi que peu de pertes, aurait pu se laisser tenter par cette nouvelle bataille, mais il préféra opter pour la retraite. Bien que porté par l'enthousiasme du guerrier conditionné par l'Ar'krai, l'amiral bothan conservait toute sa lucidité.

Suivant les ordres d'Ackbar sorti de sa retraite, la flotte de Kre'fey se rendit sur Ebaq 9, non sans détruire des installations vong en chemin sur Wayland, Bimmisaari et Nal Hutta. Ils se frottèrent également aux troupes ennemies sur Gyndine mais n'insistèrent pas en constatant que les Yuuzhan Vong y étaient capables de leur tenir tête.

Lors de la bataille proprement dite sur Ebaq 9, Kre'fey était plus que jamais excité comme une puce. Il était joyeux et enthousiaste à l'idée d'éradiquer les Yuuzhan Vong. Mais une fois de plus, il parvint à faire la part des choses et ne se laissa pas griser par l'Ar'kai : quand Jacen, en poste sur la passerelle du Ralroost, l'abandonna pour aller porter secours à Jaina, il évita tout reproche à l'encontre du Jedi et lui donna sa bénédiction du bout des lèvres.

Se rapprocher de Coruscant

Suite à la bataille, la flotte de Kre'fey fut affectée à la défense de Kashyyyk. L'amiral bothan en profita pour nommer Jaina Solo au grade de lieutenant-colonel, et poussa la courtoisie jusqu'à laisser à Han Solo le soin d'annoncer la nouvelle et d'apporter les insignes de son nouveau grade à sa fille. Traest Kre'fey se retrouva quelque peu isolé du reste du commandement : l'amiral suprême Sien Sovv ordonna à ses troupes de consolider leurs acquis avant d'entreprendre de nouvelles actions, alors que lui n'aspirait qu'à frapper l'ennemi, encore et toujours.

Lors de la Bataille de Fondor, les officiers duros furent incapables de coller au plan monté par Wedge Antilles, sous les ordres de Kre'fey : les forces de l'Alliance Galactique l'emportèrent au prix de vies perdues inutilement, comme en débattirent Kre'fey, Antilles, Bel Iblis et Sovv en debriefing. Quoi qu'il en soit, maintenant qu'ils avaient récupéré Yag'Dhul, Thyferra et Fondor, ils décidèrent de s'attaquer à Bilbringi, plus proche de l'ancienne capitale de l'ex-Nouvelle République devenue l'Alliance Galactique. D'autant que les Vestiges de l'Empire pourraient leur prêter main-forte sur ce coup.

La bataille de Bilbringi

La flotte qui mènerait cette bataille serait divisée en trois : celle de Kre'fey, celle de Wedge et celle de Pellaeon.
La question d'Alpha Rouge, le virus potentiellement fatal aux Yuuzhan Vong, fut également remise sur le tapis. Kre'fey, toujours en « mode » Ar'krai, y avait toujours été favorable, mais il sut - en apparence, du moins - ménager ses alliés : la controverse liée à cette arme était source de trop de divisions pour que le moment soit venu de prendre une décision à ce sujet.

Le plus petit tiers de la flotte était celui de Wedge Antilles, qui arriva le premier sur les lieux. Il devait estimer les forces ennemies avant de donner le feu vert à Pellaeon et Kre'fey pour qu'ils le rejoignent. Malheureusement pour lui, ses communications se retrouvèrent inopérantes. Tandis que Sovv envoyait Han Solo chercher les Impériaux - sur l'idée du Correlien lui-même -, Wedge chargea des pilotes de retrouver et d'alerter Kre'fey. Ils ne le trouvèrent que trop tard et il ne fut pas en mesure de venir prêter main-forte à ses collègues.

La fin de la guerre

Numéro 2

Traest Kre'fey ne cessait de monter en puissance : c'était un bon commandant, il savait diriger une flotte d'importance, prenait soin de ses hommes et était impitoyable avec ses ennemis quand il le fallait. Tout naturellement, il devient plus que jamais l'adjoint de l'amiral Commandant Suprême de l'Alliance Galactique, Sien Sovv, avec le titre de commandant en second.
C'est à bord du Ralroost qu'eut lieu l'une des réunions les plus importantes pour la suite de la guerre, qui entérina la stratégie de la flotte de l'Alliance Galactique : défendre Mon Calamari, que convoitaient les Vong, et reprendre Coruscant dans le même temps. Et c'est Kre'fey qui annonça les détails du plan aux centaines d'officiers qui devraient l'exécuter.

Alpha rouge

Kre'fey n'avait jamais oublié Alpha Rouge, qui collait parfaitement avec les buts de l'Ar'krai bothan. Un consensus étant impossible à obtenir pour son utilisation, lui et Sovv s'en passèrent : dans le dos de Cal Omas, ils ordonnèrent à Dif Scaur d'utiliser la toxine sur Caluula, en matière de test. Nul doute que l'amiral bothan avait fait pression sur son supérieur pour que l'arme soit déployée. L'officier du Réseau d'Espionnage Bothan Wrar fut l'observateur détaché par Kre'fey pour vérifier l'efficacité du poison... qui s'avéra échapper à tout contrôle. Il ne détruisait pas que les formes de vie Yuuzhan Vong et aurait pu être fatal à Zonama Sekot par la suite.

Confusion

Lors des événements survenus lors de l'Offensive finale Yuuzhan Vong sur Mon Calamari, Traest Kre'fey pensa avoir les choses en main quand sa flotte fut attaquée par l'ennemi mais, contrairement à toute prévision, voilà qu'ils se mirent à battre en retraite... cap sur le Noyau. Zonama Sekot venait de faire son apparition, plongeant toutes les forces en présence dans la confusion la plus extrême. Kre'fey et Sovv rassemblèrent leurs flotte autour de Contruum en attendant d'avoir des nouvelles fiables et de comprendre ce qui se passait.

Une nouvelle réunion au sommet eut lieu à bord du Ralroost, à laquelle prirent part Luke et Mara, revenus de leur périple dans les Régions Inconnues avec Zonama Sekot. Kre'fey leur apprit que l'attaque de Coruscant allait bientôt avoir lieu.
Luke Skywalker tenta de persuader le commandement de suspendre l'attaque : la confusion régnant sur Coruscant pourrait déboucher sur une guerre civile vong, voire le renversement de Shimrra. La structure sociale des Yuuzhan Vong allait peut-être s'effondrer sur elle-même. Au contraire, Traest Kre'fey insista sur le fait qu'il fallait attaquer, justement parce que les Vong semblaient vulnérables.

La prise de Coruscant

L'état-major, dont Kre'fey, ne renonça pas à reprendre Coruscant par la force. Les arguments de Luke ne les convainquirent pas d'y surseoir, même en apprenant que Zonama Sekot serait une planète vivante.

Quand la bataille commença, Kre'fey fut en proie au doute : s'il venait d'apprendre la mort de Shimrra, il savait que les Vong ne se rendraient jamais. À ce moment, pour lui, seule une extermination totale de l'ennemi pouvait leur permettre de remporter la guerre. Malgré l'Ar'krai décrété par le Conseil Bothan, Kre'fey n'était pas prêt à sacrifier inconsidérément ses troupes pour gagner. Il ne l'avait jamais été. Il parviendrait néanmoins à reprendre Coruscant, bien aidé par l'instabilité galopante au sein des Yuuzhan Vong.

Numéro 1

Quand il put enfin rallier Coruscant et qu'il put voir ce qu'était devenue la planète de ses propres yeux, la tristesse et le doute prédominèrent en lui. Tristesse de voir à quel point ce monde semblait devenu misérable, et doute sur le fait de la future importance galactique de Coruscant, peut-être définitivement mise à mal par les circonstances récentes.
Il n'éprouvait aucune jubilation à l'idée d'avoir gagné, l'ampleur de la tâche qui les attendaient lui sautant aux yeux : le sort des Yuuzhan Vong, la reconstruction de Coruscant, les dégâts irréparables.

Kre'fey parvint à prendre contact avec Nas Choka, le dirigeant par défaut des Yuuzhan Vong, et finit par obtenir sa reddition. C'est à bord du Ralroost que la cérémonie eut lieu, en présence des dirigeants de l'Alliance Galactique. Kre'fey fit en outre intervenir Choka pour que les nombreuses troupes Yuuzhan Vong voulant à l'origine se battre jusqu'à la mort se rendent, et que ses modeleurs aident à la reconstruction de Coruscant.

Traest Kre'fey était désormais un héros pour toute la Galaxie, ainsi bien sûr que pour les Bothans. Il fut décoré et devint même Suprême Commandeur de l'Alliance Galactique, suite à la démission surprise de Sien Sovv. Le brillant militaire bothan était désormais au sommet de sa carrière.

Et ensuite ?

Pour une raison inconnue à ce jour, le Sullustéen Sien Sovv redevint suprême commandeur peu après, et ce jusqu'à sa mort en +36. Traest Kre'fey revint finalement sur le devant de la scène pendant la Seconde Insurrection Corellienne en tant qu'Amiral au sein de la Confédération.

Articles en rapport

Bothan
Bothan
Espèces
Coruscant
Coruscant
Planètes
Ordre Jedi
Ordre Jedi
Organisations