Croiseur Interdictor Immobilizer-418

Croiseur de la Marine Impériale ayant la capacité d'arracher les vaisseaux à l'hyperespace.

Pendant des millénaires, la fuite en Hyperespace a souvent été l'échappatoire des vaisseaux se trouvant à leur désavantage lors de combats, et la némésis des forces de l'ordre des mains desquelles les criminels -pirates ou contrebandiers- finissaient toujours par échapper. Or, dès son instauration, l'Empire Galactique se trouva en possession du plus grand espace unifié ayant jamais existé, un espace qu'il se devait de contrôler en dépit du nombre croissant de contrebandiers, gangs de pirates et autres profiteurs qui s'étaient développés suivant le chaos de la Guerre des Clones ; et lorsqu'elle entreprenait de nettoyer les nids de pirates, la Marine Impériale était contrainte de mobiliser des forces énormes afin d'empêcher physiquement toute fuite hyperspatiale, ce qui représentait un gaspillage financier et de matériel considérable.

Mais deux ans avant la Bataille de Yavin un vaisseau révolutionnaire qui allait bouleverser la donne fit son entrée sur la scène galactique : le Croiseur Interdictor ou Immobilizer 418 de Sienar Fleet Systems. Ce croiseur lourd était conçu sur la coque éprouvée du Croiseur Vindicator à laquelle avait été ajoutée quatre énormes bulbes sphériques de quatre-vingt mètres de diamètre contenant quatre projecteurs de puit de gravité SFS G7-x. Ces armes novatrices émettaient des ondes d'énergie qui, disloquant les lignes de masse dans l'espace, simulaient un objet d'une masse comparable à celle d'un corps stellaire. Dès lors, les vaisseaux voyageant en hyperespace à proximité de cette "ombre de masse" s'en voyaient tirés, puisque afin d'éviter toute collision avec un astre, leurs hyperpropulsions de désactivaient lorsqu'ils en approchaient.

Ainsi, toute fuite s'avérait inutile puisque l'Interdictor interdisait tout déplacement hyperspatial, et a fortiori, tout saut hyperspatial : en effet, le fait de sauter dans l'hyperespace "à l'aveugle" à proximité d'un puit de gravité n'aurait d'autre effet que d'en être tiré immédiatement avec, en prime, des dommages lourds aux réacteurs. En fait, la seule chance d'échapper à une flotte disposant d'un croiseur interdicteur était de profiter des trente secondes que prenait le rechargement du projecteur pour fuir -si l'on en avait le temps avant d'être détruit.

En effet, bien que l'Immobilizer 418 fût doté d'un armement conséquent composé de vingt quadruples canons laser Taim & Bak GX-7 (ou, sur certains exemplaires, de vingt quadruples turbolasers), il était fréquemment soutenu par un ou plusieurs autres vaisseaux capitaux, généralement un Star Destroyer Imperial I ou un Croiseur Strike, afin de fournir une puissance de feu suffisante dans le cas où il se trouverait face à un vaisseau capital lourd. Notons que le Croiseur Interdictor n'était pas dépourvu de ressource lorsqu'on l'attaquait : son hangar principal emportait deux escadrons de chasseurs, généralement des TIE Interceptors (parfois un escadron de TIE/ln) et son hangar secondaire une Navette T-4a Lambda de servitude et trois Transports de Stormtroopers Dx-9 Delta, utilisés lorsqu'un abordage en règle d'imposait. Cependant, afin de pallier aux lacunes de l'immobilizer 418 en matière de puissance de feu fut créé, sur la base du Star Destroyer Imperial I le Star Destroyer Interdictor.

La fabuleuse capacité du Croiseur Interdictor était mise à profit par les forces de l'Empire Galactique de plusieurs manières : il pouvait être déployé lors d'offensives combinées de grande ampleur, afin d'empêcher l'adversaire -quel qu'il soit, pirate ou rebelle- de fuir dans l'hyperespace, ou être positionné à des points stratégiques, comme des routes hyperspatiales fortement fréquentées par les vaisseaux ennemis ou sur l'itinéraire prévu (obtenu par le calcul des vecteurs hyperspatiaux par les astronavigateurs présents à bord ou par le pur et simple espionnage) d'un vaisseau ou d'une flotte adverse afin de l'arracher à l'hyperespace et le détruire.

Bien que la plupart des Immobilizer 418 eussent été assignés à la Marine Impériale, les Douanes Impériales en utilisèrent quelques exemplaires, comme le Tory's Catcher du capitaine Gresia Vleen, pour se livrer à des inspections de routine en espace profond. Cependant, en dépit de leur importance stratégique, les croiseurs Interdictor ne furent jamais nombreux, leur haute technologie imposant un rythme de construction assez lent. Seule une poignée (probablement quelques centaines, ce qui, au vu de la taille de la Marine Impériale est très faible) étaient en service à l'époque de la Bataille d'Endor, une bonne partie d'entre eux se trouvant dans la Bordure Extérieure sous les ordres du Grand Amiral Chiss Thrawn.

Néanmoins, leur implication alla croissante : dès les mois suivant la bataille, le Lieutenant Lon Donnel utilisa activement son Detainer pour détourner les vaisseaux de la Nouvelle République, tandis qu'Ysanne Isard emprunta l'Aggregator à Teradoc pour tenter de détruire l'Escadron Rogue... Ainsi, du Moff Kantor Sarne au Prince-Amiral Delak Krennel en passant par l'Amiral Teren Rogriss et son adversaire Zsinj, toutes les factions impériales -et, serions nous tenté de dire : tous les officiers généraux impériaux- utilisèrent intensivement leurs Interdictors.

Cependant, ce fut le Grand Amiral Thrawn qui leur donna leurs lettres de noblesse : sa flotte en intégrant un grand nombre, il sut les utiliser avec une remarquable intelligence, notamment lors de la Bataille de Bilbringi ou lors de sa tentative de capturer Luke Skywalker. Il créa ainsi avant sa mort des tactiques novatrices les impliquant, dont la plus célèbre est la Pince de Thrawn. Suivant la mort du Grand Amiral, le nombre d'Interdictors encore utilisés par l'Empire décrut comme peau de chagrin tandis que la Nouvelle République en capturait un nombre toujours plus important, soit par la force, soit suite à la défection de leurs équipages. Ainsi, lors de la signature du traité Pellaeon-Gavrisom en l'an 19, l'Empire ne possédait plus le moindre Interdictor.

Cependant, l'appareil avait encore de beaux jours devant lui, puisque la Nouvelle République en créa une version améliorée, l'Immobilizer 418A, qui connut un emploi intensif lors de la Guerre contre les Yuuzhan Vong.

A titre anecdotique, nous pouvons signaler que le premier croiseur Interdictor à avoir été capturé par l'Alliance Rebelle fut le Compellor dont les projecteurs de rayons tracteurs furent démontés et installés sur le Croiseur Strike Modifié Peregrine. Notons que les Yevetha avaient également utilisé lors de la Crise de la Flotte Noire un Immobilizer 418, le Splendor of Yevetha, qu'ils avaient capturé douze ans auparavant lorsqu'ils avaient pris le contrôle des chantiers impériaux de l'Amas de Koornacht.

Articles en rapport

Thrawn
Thrawn
Personnages