Garm Bel Iblis

Sénateur de Corellia qui fut l'un des membres fondateurs de l'Alliance Rebelle avec Mon Mothma et Bail Organa. Exclu de l'Alliance par Mon Mothma, il rejoignit plus tard les forces de la Nouvelle République pour contrer la campagne de Thrawn. Afficher le sommaire

Garm Bel Iblis avait été pendant longtemps le symbole de l'Indépendance Corellienne. Homme respecté, il avait représenté sa planète Corellia au sein du Sénat Galactique, et fut l'une des rares personnes à prendre conscience que la trop grande montée au pouvoir de Palpatine pouvait représenter un danger. Le sénateur ne comptait plus le nombre de fois où il s'était ouvertement opposé au Chancelier Suprême devant toute l'assemblée. Pendant la crise Séparatiste, Bel Iblis retira Corellia du vote sur la Loi de Création Militaire, qui mena à la création de la Grande Armée de la République. Souhaitant que sa planète soit protégée du conflit qui était inévitable, il appliqua une politique isolationniste, mais malgré ses efforts, il ne put empêcher que sa planète natale soit rapidement emportée dans la Guerre des Clones.

Graines de la rébellion

Le sénateur Garm Bel Iblis Le sénateur Garm Bel Iblis Après l'Etablissement du Nouvel Ordre Impérial par Palpatine, Garm Bel Iblis devint l'une des cibles prioritaires de l'Empire. L'ex-sénateur avait en effet travaillé dans le passé à contrer l'ascension de Palpatine, en étant notamment l'un des nombreux signataires de la Pétition des Deux Mille et pour ces "exploits" était désormais considéré comme l'un des plus dangereux ennemis de l'Empereur. Des Agents Impériaux tentèrent à ce titre de l'assassiner dans un centre politique où il devait donner une conférence sur Anchoron. Une bombe explosa à l'intérieur du site, et ce ne fut pas Garm Bel Iblis qui fut tué, mais sa femme. Le stratège Corellien parvint à s'en sortir indemne mais fut désormais contraint de vivre dans la clandestinité. Il commença dès lors à apporter son aide aux cellules de résistance situées au sein du Système Corellien et comprit très vite que la tyrannie impériale ne pourrait pas être repoussée sans un regroupement de grande envergure.

C'est pourquoi il contacta plus tard les sénateurs Bail Organa et Mon Mothma, deux autres opposants à l'Ordre Nouveau, qui menaient chacun de leur côté leur propre rébellion secrète. Garm Bel Iblis proposa un rapprochement entre les trois groupes rebelles pour la formation d'une Alliance Rebelle, qui vit le jour avec la ratification du fameux Traité Corellien. Mais lors de la signature sur son monde de Corellia, les tout nouveaux leaders furent arrêtés par des troupes impériales menées par Darth Vader et conduits devant l'Empereur en personne à bord de l'Etoile Noire. Voués à une exécution sans pitié, Bel Iblis et les autres rebelles furent sauvés in extrémis par le sacrifice de Galen Marek, l'ancien apprenti de Vader qui s'était tourné du côté des Rebelles. Peu de temps après, c'est sur Kashyyyk qu'ils se rassemblèrent pour finaliser la signature du traité et officialiser la création de la nouvelle Alliance Rebelle.

Mais malgré son charisme et son rôle important dans la création de l'Alliance, Bel Iblis fut un grand oublié de l'Histoire. Au sein de l'Alliance et en public, Mon Mothma était la représentante de l'Alliance ce qui laissait ses deux autres leaders, Bel Iblis et Organa, bien en retrait par rapport à elle. De plus, les convictions radicalement opposées entre Bel Iblis et Mothma n'arrangèrent pas les choses. Le sénateur de Corellia était un fervent partisan de l'action militaire tandis que Mon Mothma préférait les actions pacifiques et diplomatiques. Seul Organa parvint à apaiser les tensions au sein du trio en se plaçant avec sagesse entre les deux sénateurs. A la mort de Bail, lors de la destruction d'Alderaan en l'an 0, les deux leaders historiques de l'Alliance s'entredéchirèrent sur la nouvelle politique à adopter. Mothma ordonna à Bel Iblis de déplacer ses troupes sur Milvayne, ce qu'il refusa en affirmant qu'il s'agissait d'une prise de risque inutile pour ses hommes. Les directives impérieuses de Mon Mothma à son égard couplées à son influence grandissante au sein de l'Alliance exaspérèrent Garm au point qu'il accusa sa semblable de briguer le poste de Palpatine lui-même pour dominer la galaxie. Il s'agissait là de la dispute de trop. Mon Mothma utilisa son influence pour faire radier Bel Iblis et ses hommes de l'Alliance Rebelle.

Je ne me présenterai pas devant Mon Mothma comme un mendiant. [...] Trop de gens savent ce qui s'est passé entre nous. Je passerais pour un vieil idiot. Je n'ai rien à apporter, Solo. Autrefois, j'ai rêvé de posséder une flotte qui rivaliserait avec les meilleures de la Nouvelle République. Et aussi de remporter des victoires décisives sur l'Empire. Ainsi, peut-être, j'aurais pu revenir dans la dignité et le respect.
_Garm Bel Iblis

Combattant indépendant

Désormais désavoué, Bel Iblis refusa de mettre un terme à son combat et choisit de mener sa propre force indépendante. Il recentra ses opérations autour du Système Corellien et plus particulièrement de Corellia pour lancer des attaques mineures contre l'Empire. Alors que l'Alliance Rebelle de Mothma confrontait ouvertement l'Empire au cours de la Guerre Civile Galactique, Garm dirigea ses forces plus petites mais aussi plus mobiles contre les positions impériales. En grande partie financé par des fonds secrets Bothans, Bel Iblis parvint à remporter plusieurs victoires cruciales notamment lors de l'attaque d'une base de l'Ubiqtorate impérial sur Tangrene. Malgré ses efforts et à son grand dam, les victoires des forces de Garm Bel Iblis restèrent bien moins médiatisées que celles remportées par l'Alliance de Mon Mothma.

L'Empereur n'a pas pu me tuer à Anchoron, mais il aurait très bien pu le faire. Il a pris tout ce qui comptait dans ma vie : ma famille, ma profession et toutes mes relations avec la société corellienne. Il m'a rejeté de cette loi que j'avais eu tant de mal à établir et à maintenir. Il m'a forcé à devenir un rebelle.
_Garm Bel Iblis

Après la défaite de l'Empire à la Bataille d'Endor et la victoire de la Rébellion, Bel Iblis continua à diriger son mouvement de manière indépendante et discrète. Toujours convaincu des intentions néfastes de Mothma, il attendit patiemment que la femme autoritaire fasse une erreur qui discréditerait sa légitimité à la tête de l'Alliance. Mais ce jour n'arriva jamais et Bel Iblis dut bien se résigner à accepter qu'il s'était trompé sur les intentions de l'ancienne sénatrice de Chandrila.

Garm Bel Iblis lors de la signature du Traité Corellien Garm Bel Iblis lors de la signature du Traité Corellien

Quelques années plus tard, Garm Bel Iblis revint sur le devant de la scène lorsque la Nouvelle République, présidée par Mon Mothma pour qui il avait encore de l'aversion, lui demanda son aide pour contrer la Campagne du Grand Amiral Thrawn. Bel Iblis répondit favorablement en déplaçant six vaisseaux de type Cuirrassé Lourd Dreadnaught ainsi que son vaisseau-amiral le Peregrine. Il fut notamment chargé de retrouver la légendaire Flotte Katana avant que l'Empire ne prenne l'avantage mais ce ne fut qu'une demi-victoire pour l'ancien sénateur de Corellia. Convaincu qu'il serait utile à la cause de la Nouvelle République, Bel Iblis prit l'initiative d'abandonner toute rancœur vis à vis de Mon Mothma, un rapprochement qui fut réciproque. Désormais au service de la Nouvelle République, Bel Iblis et ses forces jouèrent à nouveau un rôle crucial avec le Plan Stardus lors du siège de Coruscant mené par le Grand Amiral Thrawn.

Après la défaite de Thrawn, Bel Iblis conserva ses fonctions militaire au sein du nouveau régime. Il fut nommé à la tête de la Quatrième Flotte des Forces de Défense et participa à la Dernière campagne contre les Vestiges en 17 après Yavin. Au cours de cette dernière, il affronta l'Amirale Daala, sortie du Noyau Profond à la tête d'une flotte disparate, et la battit à Columus. Il rejoignit ensuite l'Amiral Ackbar, à la tête de la Troisième Flotte, et Etahn A'baht, de la Cinquième Flotte, et participa à la victoire en orbite d'Anx Minor, au cours de laquelle le prototype EX-F fut détruit.

Guerre contre les Yuuzhan Vong

Ce n'est que des années plus tard que les talents de Garm Bel Iblis furent à nouveau requis. Pendant la Guerre contre les Yuuzhan Vong, il fut nommé général et officia en retrait des combats en temps que conseiller militaire. Mais il remarqua à nouveau les difficultés de la démocratie dans les situations de crise et ne put que déplorer l'attitude du Sénat Galactique plus enclin à s'enliser dans sa corruption qu'à diriger efficacement les actions militaires de la Nouvelle République face à l'envahisseur. Et Bel Iblis eut la confirmation de ses convictions lorsque Coruscant tomba aux mains des Yuuzhan Vong et que la débâcle devint totale. Le général fut contraint à participer à cette bataille perdue d'avance par la faute des politiques et notamment de Brosk Fey'lya, président incompétent de la République.

Suite à cet épisode, Bel Iblis mit un terme à sa collaboration avec la Nouvelle République pour se relancer dans la construction d'un mouvement indépendant, tel qu'il l'avait fait lors de son éviction de l'Alliance Rebelle vingt ans plus tôt. Officiant depuis des bases situées sur Talaan et Fondor, il entreprit des escarmouches particulièrement agaçantes contre l'envahisseur. Voyant que le général jouait encore un rôle important dans la guerre, la Nouvelle République fit quérir son aide pour tendre un piège aux Vongs dans le Noyau Profond. La Bataille d'Ebaq 9 fut un succès immense pour la République qui représenta la première des grandes victoires face à l'envahisseur. Quelques mois plus tard, les forces de Bel Iblis participèrent au grand rassemblement des forces de l'Alliance Galactique autour de Mon Calamari, devenue la nouvelle capitale du gouvernement.

Articles en rapport

Mon Mothma
Mon Mothma
Personnages
Corellia
Corellia
Planètes
Alliance Rebelle
Alliance Rebelle
Organisations
Bel
Bel
Personnages