SpecForces Rebelles

SpecForces Rebelles

SpecForces Rebelles
Informations générales
Type d'organisation
  • Organismes militaires
Affiliations
FactionLes SpecForces Rebelles sont les forces spéciales de l'Alliance Rebelle, divisées en sept régiments et réformées par le célèbre Général Crix Madine, à l'origine de la création des Stormcommandos de l'Empire.

En moins d'une demi-heure, je peux mettre sur pied une équipe de vingt combattants expérimentés capables de réussir dans toutes les missions confiées, dans n'importe quelles circonstances, où que ce soit dans la galaxie.

Crix Madine

Il y eut de nombreux corps de forces spéciales dans l'histoire de la galaxie, et ce dès les fondements de la République Galactique. Parmi eux, les Rocket Jumpers, une unité d'élite équipée de jet-packs archaïques, les Guerriers de la Liberté, amis de l'Ordre Jedi, qui s'étaient battus contre les monstres crées par les Sith, sans oublier le Corps d'Assaut Atrisien, le bras armé des Empereurs de la dynastie de Kitel Phard. Les SpecForces Rebelles s'inscrivirent donc directement dans la descendance de ces anciens et glorieux corps d'armées.

SpaceOps à l'attaque d'un vaisseau ennemi

SpaceOps à l'attaque d'un vaisseau ennemi

Opérations Spéciales

Vous n'êtes pas Skywalker, et encore moins Solo.

Un Infiltrateur à un soldat des opérations spéciales

Les Forces Spéciales Rebelles (SpecForces) ne devaient pas être confondues avec leurs homologues des Opérations Spéciales (SpecOps). Les Forces Spéciales étaient des unités de militaires professionnels d'élite, utilisées pour remplir des missions spécifiques, tandis que les SpecOps étaient des agents utilisés pour remplir des missions sous couverture dans l'investigation, le renseignement, l'agitation, etc. Les SpecForces avaient toujours reconnu l'utilité des SpecOps et les considéraient comme leurs frères d'armes, si ce n'était la gamme au-dessus, même s'ils les considéraient comme des amateurs en matière de combat. Les SpecOps, quant à eux, considéraient les SpecForces comme des soldats arrogants, grossiers, qui croyaient avoir trop d'importance dans l'armée de l'Alliance Rebelle pour qu'on puisse se passer d'eux. On pouvait ainsi juger de la rivalité entre les deux branches, qui continua jusque sous la Nouvelle République.

Les Specs étaient utilisées comme des troupes régulières, mais on était plus enclin à les utiliser pour des missions spécifiques, voire dangereuses, sur des terrains différents auxquels les soldats réguliers, surnommés SecForces pour forces de secteurs, n'étaient pas habitués. Les missions étaient souvent les mêmes, d'où une typologie très représentative qui pouvait être dressée : raids sur les forteresses de l'Empire Galactique, sur les bases, opérations nécessitant l'utilisation tactique, etc. Bref, toutes les missions sauf celles nécessitant de conserver le territoire face à l'ennemi, travail des troupes régulières.

Un gradé de l'Alliance passe en revue des SpecForces

Un gradé de l'Alliance passe en revue des SpecForces

Création des Forces Spéciales de l'Alliance

L'Alliance avait toujours su favoriser l'agglomération, dans ses rangs, d'officiers de prestige, comme le Général Jan Dodonna, ancien combattant de la Guerre des Clones, de même que l'Amiral Adar Tallon, le Maréchal Pashna Starkiller et le Commandant Vanden Willard. Ce fut Bail Organa qui utilisa les dons de ces officiers pour préparer une armée de l'Alliance Rebelle en trois temps : le premier, l'insurrection, puis la préparation à l'agitation politique, et enfin une "guerre de l'ombre" contre les postes impériaux au travers de la galaxie. La première phase fut exécutée pendant la création de l'Alliance Rebelle : des stocks d'armes furent amassés dans ses bases secrètes et des officiers recrutés pour fournir des cadres à l'Alliance. L'Alliance approcha graduellement de la création de minuscules forces de "guerriers de l'ombre", qui devinrent finalement des commandos. La seconde phase consista à agglomérer les mouvements de résistance et de les former aux actions de guérilla, sous le contrôle direct du Haut Commandement de l'Alliance. Enfin, la troisième phase démarra dans certains secteurs de la galaxie, les moins exposés. Ce nouveau groupe de Forces Spéciales avait été divisé en deux groupes : le Combat et la Reconnaissance. Après de nombreuses missions, les hauts officiers décidèrent de diviser les deux groupes en plusieurs sous-catégories, ce qui contribua à augmenter la confusion sur les missions à donner à ces spécialistes du combat.

Fort heureusement, le Général Crix Madine, transfuge de l'Empire, passa du côté de l'Alliance et fut placé à la tête des Forces Spéciales car à l'origine de la création des Storm Commandos de l'Empire, les ennemis des SpecForces. Il refonda totalement l'organisation à peine arrivé à ce poste et contribua à la mixité au sein de l'armée Rebelle : les meilleurs des SecForces se virent confier des postes au sein des SpecForces, l'entraînement fut renforcé et la division en plusieurs régiments distincts créée. C'est ainsi que les SpecForces devinrent les ennemis des Stormtroopers, soldats de la Marine Impériale, etc., au point que l'Empire joua sur le terme de "terroristes Rebelles", tellement cette branche armée Rebelle leur faisait peur. Parmi les grandes batailles auxquelles participèrent les SpecForces, citons La Bataille de Hoth, au cours de laquelle nombre d'entre eux périrent, de même que La Bataille d'Endor, au cours de laquelle un commando sur la direction de Han Solo, Luke Skywalker et Leia Organa, fit exploser le bouclier entourant l'Etoile Noire II.

Sous la Nouvelle République, les SpecForces bénéficièrent de bases permanentes et des cadres furent créés afin de les entraîner au mieux, notamment des vétérans de la Guerre Civile Galactique. Les effectifs furent multipliés après l'intervention de Mon Mothma en leur faveur, en vue de bouter l'Empire Galactique vers la Bordure Extérieure. Les SpecForces devinrent ainsi le meilleur atout des dirigeants de la Nouvelle République : par exemple, lors de l'attaque de Mon Calamari par les Dévastateurs de Mondes, ce furent des SpecForces qui furent dépêchées pour saboter les engins impériaux.

Candidats aux SpecForces

Candidats aux SpecForces

Recrutement

Votre candidature pour l'entraînement des SpecForces est en elle-même une marque que vous êtes un combattant supérieur.

Contrat d'engagement dans les SpecForces

Peu de candidats pouvaient accéder au rang de SpecForces. L'Empire, par exemple, sélectionnait ses candidats selon des critères politiques, physiques, éducatifs, techniques et mentaux, de même que les enquêteurs interrogeaient leurs camarades pour savoir s'ils feraient des bon Storm Commandos. L'Alliance, quant à elle, préférait davantage interroger sur les états de services des candidats, de même que les Services de Renseignements, dirigés par Airen Cracken, effectuaient une enquête sur chacun des candidats et ses connexions possibles avec l'ennemi. De même, l'Empire avait permis à l'Alliance, par le biais de la Haute Culture Humaine, de créer des commandos où la mixité inter-races permettait de renforcer les convictions des combattants de l'Alliance, plus particulièrement quand certains d'entre eux avaient subi la violence de l'Ordre Nouveau.

Un exemple d'entraînement

Un exemple d'entraînement

L'entraînement des SpecForces, d'une durée de deux mois, constituait en lui-même l'épreuve du feu pour savoir si un candidat ferait un jour un bon Specs ou non. Échouer à l'entraînement était plus honorable que périr au cours d'une mission parce qu'on était un bleu (une cible, dans le jargon Spec). C'est ainsi que les instructeurs des SpecForces en faisaient voir de toutes les couleurs aux candidats : simulation de bombardement, longues marches avec paquetage de plusieurs kilos, déploiements, pas cadencés, simulations d'attaques, apprentissage des nouvelles armes qui leur seraient confiées. De même, venaient se greffer des cours d'histoire, de théories et de pratiques du combat. Plus les candidats avançaient dans l'entraînement, plus ce dernier se faisait dur. Le pourcentage de pertes était assez conséquent, mais au final, il ne restait que les meilleurs.

Rangs

Général : commande une Division. Équivalent de Général (Armée), Amiral (Flotte). Un seul exemple actuellement : Crix Madine. Colonel : commande un Régiment. Équivalent de Colonel (Armée), Capitaine (Flotte). Major : commande une Compagnie. Équivalent de Major (Armée), Commandant (Flotte). Capitaine : commande une Compagnie ou un Peloton. Équivalent de Capitaine (Armée), Lieutenant (Flotte). Senior Lieutenant : commande un Peloton. Équivalent de Lieutenant dans les deux autres corps. Lieutenant : commande un Peloton. Équivalent de Lieutenant (Armée), Enseigne (Flotte). Sergent-Maître : commande en second un Peloton. Équivalent de Sergent-Major (Armée), Quartier-maître première classe (Flotte). Sergent : commande une Escouade. Équivalent de Sergent (Armée), Quartier-maître (Flotte). Soldat première classe : fait partie d'une Escouade. Équivalent dans l'Armée, Matelot première classe (Flotte.) Soldat : fait partie d'une Escouade. Équivalent dans l'Armée, Matelot (Flotte).

Spécialisations

Après la réorganisation des SpecForces par le Général Madine, voici la nouvelle configuration qui avait été établie et conservée jusque sous la Nouvelle République: 1er Régiment des SpecForces : il s'agissait des SpaceOps, des soldats entraînés aux opérations dans l'espace, notamment tout ce qui tournait autour de l'abordage des vaisseaux ennemis. De plus, certains d'entre eux étaient chargés de la sécurité à bord des vaisseaux de l'Alliance. 2nd Régiment des SpecForces : il s'agissait des soldats spécialisés dans la reconnaissance, ayant reçu l'entraînement basic au close combat et aux aspects techniques du métier. On y retrouvait toutes les espèces semblables aux Gands ou aux Shistavaneens. 3e Régiment des SpecForces : il s'agissait des spécialistes du Combat en Milieu Urbain, déployés dans les grandes villes et sur les planètes fortement urbanisées. Ces troupes y menaient des actions de guérilla en tirant partie des infrastructures les entourant. 4e Régiment des SpecForces : il s'agissait des spécialistes du Combat en Milieu Hostile, la branche des SpecForces avec le plus de ramifications, leur spécialisation découlant des différents types de terrains auxquels les soldats devaient faire face. On y retrouvait de nombreux Quarren, Mon Calamari. 5e Régiment des SpecForces : il s'agissait des Infiltrateurs, les soldats les plus silencieux et les plus mortels de l'Alliance, spécialistes du close combat, des techniques de sabotages et de démolitions.

Deux Infiltrateurs surprenant une sentinelle impériale

Deux Infiltrateurs surprenant une sentinelle impériale

6e Régiment des SpecForces : il s'agissait des spécialistes en armement lourd, considérés comme des brutes mais essentiels aux escouades de SpecForces car ils assuraient le soutien de leurs frères d'armes durant les missions. On y retrouvait, notamment, des Wookiees. 7e Régiment des SpecForces : il s'agissait des autres spécialistes. On y retrouvait des médecins, les opérateurs en scanners-communications (appelés aussi Yeux par les Specs), les conducteurs/pilotes qui amenaient les Specs accomplir leurs missions, ainsi que les interrogateurs qui arrachaient aux prisonniers leurs renseignements en vue de nouvelles missions.

Vie quotidienne

Ce qui est pire que de se battre, c'est d'attendre de se battre.

Commentaire d'un SpaceOps

La vie quotidienne des SpecForces était rythmée à la fois par les entraînements, les temps de repos et les missions. Tel un soldat normal, le Spec était ennuyé et tendu, sa vie étant ponctuée de moments d'intense stress et de danger. Lorsqu'il était assigné à une mission (on parle "d'appel"), il était souvent plus stressé qu'en moyenne, d'autant que les Specs étaient souvent sur les théâtres d'opérations. Entre les missions, les officiers laissaient en général quartier libre : ils avaient le choix entre s'entraîner, prendre du repos, jouer, contacter leurs familles, etc. Ils passaient aussi beaucoup de temps à entretenir leurs équipements pour ne pas perdre la main, notamment le nettoyage hebdomadaire des blasters (dans le contrat, il était stipulé qu'un Spec, et tous les soldats en général, devaient faire attention à leur matériel). En cas de casse grave, un technicien était souvent présent à quelques encablures des quartiers pour assister les soldats. En ce qui concernait le repos, les Specs pratiquaient des sports très dangereux, qui n'avaient pas d'autres buts que de développer leurs masses musculaires et leur faire penser à autre chose : natation, escalade, saut en parachute, chasse, pêche en eaux profondes, mais aussi le Grav-ball et shockball. Les analystes militaires considéraient que les "pauses" pouvaient aller de trois jours à un mois.

Membres connus

Références

Les plus consultés ensuite...