Les prémices du Nouvel Ordre Jedi

Entre la mort de Yoda et la formation officielle du Nouvel Ordre Jedi, Luke Skywalker fit son apprentissage de dernier maître Jedi... Afficher le sommaire

Les prémices du Nouvel Ordre Jedi

Un entraînement d’un genre nouveau

Luke Skywalker bénéficia de l’entraînement de deux grands Jedi : Obi-Wan Kenobi puis le Grand Maître Yoda lui-même. À cette époque où la galaxie vivait sous la férule de Darth Sidious, l’Ordre Jedi était quasiment éradiqué, et toutes les informations relatives à son existence furent détruites par les Sith afin d’empêcher sa renaissance. Mais de même qu’au fil des millénaires les Jedi ne réussirent jamais à faire disparaître les mouvances Sith, ces dernières ne vinrent à leur tour jamais à bout des Jedi.

Luke Skywalker, destiné à devenir le prochain Grand Maître de l’Ordre Jedi, commença son Entraînement sur Dagobah alors qu’il était déjà adulte, et en parallèle à une carrière militaire. Loin du rigorisme de la formation Jedi qui prévalait jusqu’à la Guerre des Clones, Obi-Wan puis Yoda choisirent de ne lui apprendre que les voies de la Force, sans les traditions et modes de vie qui allaient de pair avec.

Ainsi, une grande liberté lui fut laissée pour édicter ses propres règles, issues de son expérience personnelle.

Duel à bord de l'Etoile Noire II. Duel à bord de l'Etoile Noire II.

Le dernier des Jedi

Si Luke disposait de grands pouvoirs, cela ne suffisait pas aux yeux de Yoda : ce dernier lui imposa une épreuve, une sorte de rite de passage destiné à confirmer son statut de Chevalier Jedi.

– Mais j’ai encore besoin de vous ! Mon entraînement n’est pas terminé !
– De leçons, tu n’as plus besoin. Ce que tu as besoin de savoir, tu le sais.
– Alors, je suis un Jedi ?
– Pas encore. Il te reste une dernière épreuve : Vador. Tu dois affronter Vador. Seulement après, un véritable Jedi tu seras.
_Luke et Yoda

Luke Skywalker reprendra par la suite cette notion d’épreuve de confirmation du statut de Jedi.

On l’a dit, Luke n’était pas qu’apprenti Jedi. Il menait également une carrière de militaire au sein de l’Alliance Rebelle, où il était commandant de l’Escadron Rogue. C’est un fait essentiel : alors que les précédents Jedi n’étaient que Jedi placés sous les ordres de la République, dans le cadre d’un mandat défini d’une manière stricte, les Jedi de Luke seront au contraire pleinement intégrés dans la vie galactique : ils y exerceront différents types de professions.

Quand je serai parti… tu seras le dernier des Jedi. La Force est puissante dans ta famille. Transmets ce que… tu as… appris…
_Yoda à Luke

Peu avant sa mort, Yoda confia à Luke la mission d’enseigner son savoir, et donc de rebâtir l’Ordre Jedi. De ce fait, Luke se retrouva « officiellement » intronisé comme maître, comme héritier de Yoda.

L’épreuve du Jedi

Les pouvoirs de Luke Skywalker ne pouvaient suffire à vaincre les Sith. Peu lui importait : il avait reçu une mission de la part de son maître et, plus important à ses yeux que l’éradication du Mal personnalisé par les Sith, il était mû par la compassion qu’il éprouvait pour son père, qu’il avait décidé de sauver. Porté par un caractère foncièrement gentil voire candide, il décela ce que personne d’autre avant lui n’avait vu : Darth Vader.n’était pas qu’une impitoyable machine de guerre. Il restait du bon en lui.

Il affronta son père en faisant appel à sa puissance brute mais s’il remporta cette victoire, il se rendit compte qu’il avait dû flirter avec le Côté Obscur de la Force pour y parvenir. Et comprit que telle n’était pas la voie des Jedi. C’est quand il renonça à se battre qu’il remporta la victoire. Ce faisant, il mit sa vie dans la balance : Darth Sidious, comprenant que le jeune Jedi ne prendrait pas la suite de Vader, entreprit de le tuer grâce à des Eclairs de Force. Luke ne se défendit pas. Il ne pouvait pas le faire sans renier ses convictions. En revanche, il fit appel à ce qu’il restait d’Anakin Skywalker en Darth Vader pour l’aider. Ce dernier se retrouva confronté à un choix ramené à sa plus stricte simplicité : continuer à servir le Mal ou connaître la rédemption. Rester aux côtés d’un homme manipulateur, cruel et sans pitié, ou réparer une partie des dégâts qu’il avait commis en revenant à la Lumière, en soutenant l’homme de bien qu’était devenu Luke, son propre fils… et celui de Padmé.

Luke réussit son épreuve, dont la clé n’était pas la force brute mais la compassion. Il parvint à sublimer la présence d’Anakin Skywalker jusqu’à effacer celle de Darth Vader. Porté par le soutien sans faille affiché par son fils et par une volonté farouche de se racheter, Anakin rejeta deux décennies de vilenies et fit ce qui aurait dû être fait depuis longtemps : il tua Darth Sidious, au prix de blessures mortelles dont il n’eut cure.

Le jeune Dev Sibwarra. Le jeune Dev Sibwarra.
Pour Luke Skywalker, dernier des Chevaliers Jedi, le plus dur allait commencer : rebâtir l’Ordre Jedi.

Un nouveau statut politique… mais un homme accessible

Dès le lendemain, Luke fit partie d’un groupe rebelle envoyé au secours de Bakura, malgré les réticences de Mon Mothma. Celle-ci insista sur l’importance de Luke pour l’Alliance Rebelle, et lorsque Leia Organa le présenterait au gouverneur impérial Wilek Nereus, elle annoncerait l’intention de l’Alliance Rebelle de remettre sur pied l’Ancienne République et l’Ordre Jedi.
Il leur semblait naturel que les deux entités marchent main dans la main, comme elles le faisaient par le passé. Luke Skywalker n’était d’ores et déjà plus le dernier des Jedi, mais le premier des nouveaux.

Contrairement aux Jedi précédents, Luke n’avait pas été formé dans une tour d’ivoire : il était pleinement intégré à l’Alliance Rebelle, il n’était pas que Chevalier Jedi.
De par son statut et sa réputation qui s’étendaient, il suscitait l’admiration mais réveillait également les superstitions, la peur de l’inconnu : ses pouvoirs le rendaient différents des autres êtres vivants.
Du moins en théorie. Il ne s’en rendait pas compte mais son attitude naturelle humanisait son statut de mystérieux mystique, car il n’hésitait notamment pas à aider les techniciens de la flottille à remettre en état les chasseurs dont ils disposaient. Il ne s’avérait donc pas si différent d’eux, en fin de compte. Il était même quelqu’un de très simple, ce qui avait le don de les mettre en confiance.

Des pistes d’étude

Dès le lendemain de la Bataille d’Endor, alors qu’il était soigné pour ses blessures, Luke se mit inconsciemment à penser en tant que Maître Jedi : il refusa de prendre des analgésiques car, s’il n’avait bénéficié que de très rares leçons médicales de la part d’Obi-Wan et de Yoda, il voulait recréer l’art de la Guérison Jedi.
Il avait donc d’ores et déjà conscience de lacunes dans l’enseignement dont il avait bénéficié et réfléchissait à y remédier. Il mit ainsi à profit certains de ses talents – avec efficacité – pour aider Eppie Belden à lutter contre les dommages cérébraux qui lui avaient été infligés.

D’autres types de réflexions hantaient Luke. S’il devait être le premier des nouveaux Jedi, cela impliquait qu’il ne soit plus seul.
Son premier élève semblait tout trouvé, à savoir sa sœur Leia Organa, mais celle-ci était réticente à être formée : elle avait tendance à assimiler les dons de Luke comme étant un héritage de Darth Vader, l’homme qui l’avait torturée et qui n’avait pas bronché lorsque Alderaan avait été détruite par l’Étoile Noire.
Il s’inquiétait en outre du fait que Leia voire lui-même auraient des enfants un jour. Apprendre la Force était une chose, mais comment procéder vis-à-vis de bébés Jedi ? Il était d’ailleurs loin d’être certain d’avoir des enfants un jour, car malgré l’attirance qu’il ressentait pour Gaeriel Captison, il savait que ses efforts devaient tendre vers la renaissance de l’Ordre Jedi, au détriment de ses désirs personnels. Il était presque résigné à renoncer à toute vie amoureuse, d’ores et déjà investi des lourdes responsabilités qui avaient été placées sur ses épaules.

Un premier élève

Le destin plaça sur la route de Luke un premier élève, un jeune humain du nom de Dev Sibwarra, prisonnier des Ssi-Ruuk, qui lui faisaient subir des lavages de cerveau à intervalles réguliers.

Leur entente se fit d’une manière toute naturelle : Dev était avide d’apprendre la voie des Jedi, tandis que Luke y vit l’opportunité d’improviser les bases de son enseignement.
Le leitmotiv de la lutte contre le Côté Obscur fit vite son apparition dans leur relation : Luke mit en garde Dev contre la haine qu’il éprouvait envers les non-humains qui l’avaient réduit en esclavage, et lui reprocha d’avoir abattu de sang-froid un P’w’eck qu’ils avaient fait prisonnier.

– Dev ! Ne tue jamais quand ça n’est pas nécessaire !
_Luke à Dev

Skywalker face Teneniel Djo lors de l'exploration du Chu'unthor. Skywalker face Teneniel Djo lors de l'exploration du Chu'unthor.
Mais il n’y eut pas que l’élève qui dut lutter contre le Côté Obscur de la Force : lorsque Dev fut mortellement blessé, Luke se retrouva à nouveau à deux doigts de basculer. Si son expérience lui permit de reprendre le contrôle, on pouvait douter de ses capacités à enseigner avec une volonté si friable.

Dev Sibwarra ne survécut pas à ses blessures. Fut-ce pour autant un échec pour Luke ? Rien n’est moins sûr. De la même manière qu’il avait sauvé Anakin, Dev mourut auréolé de lumière, reconnaissant à l’égard de Luke pour tout ce qu’il lui avait apporté, ce nouvel art de vivre dans lequel il l’avait entraîné.

Un besoin de bases solides

Suite à ces événements, Luke Skywalker décida de prendre du recul vis-à-vis de son implication dans la naissante Nouvelle République. Enchaîner les missions ne lui permettait pas de se consacrer pleinement à son épanouissement dans la Force, et il lui manquait beaucoup d’informations sur l’Ordre Jedi tel qu’il avait existé.
C’est ainsi qu’à la fin d’une mission menée avec l’Escadron Rogue sur Corellia, il annonça à son second et ami proche Wedge Antilles que si la Nouvelle République avait besoin des Rogues et d’un Ordre Jedi, lui seul pouvait mener à bien la renaissance des Jedi.
Aussi adouba-t-il Wedge à la tête de l’escadron, ce qui lui permit de se consacrer à ses propres recherches. Luke avait été formé en tant que Chevalier voire comme arme Jedi, mais il devait désormais devenir un professeur et rebâtir l’Ordre à partir de rien… ou presque.

Luke avait donc une lourde responsabilité sur ses épaules, d’autant plus que la Nouvelle République attendait beaucoup de lui : la rumeur sur le retour éventuel des Chevaliers Jedi se propageait, et les instances dirigeantes voyaient en un futur Ordre Jedi le ciment essentiel à la pérennité d’une nouvelle gouvernance galactique. Mon Mothma, comme d'autres conseillers tel que Borsk Fey’lya, avait toujours soutenu Luke.

Luke se consacra surtout à collecter des informations sur l’ancien Ordre Jedi : ses connaissances, sa philosophie, son organisation, ses pouvoirs, bref tout ce qui pourrait lui servir à mieux appréhender l’entité qu’il voulait ressusciter.

Sa tâche s’avéra d’autant plus difficile que l’empereur Palpatine, non content d’avoir détruit l’Ordre, avait également mené une politique visant à détruire toute information sur ses ennemis séculaires. Pire encore, il avait laissé filtrer certains documents semblant d’obédience Jedi qui étaient en fait destinés à attirer l’éventuel Jedi vers le Côté Obscur de la Force. Les sources étaient donc rares et même parfois perverties.
Au bout de deux ans de recherches acharnées, Luke disposait de suffisamment d’éléments pour tenter à nouveau d’enseigner, d’autant que le destin allait placer sur sa route des Jedi potentiels.

La référence Jedi

Au sein de la Nouvelle République, Luke était considéré comme étant le Jedi, la référence en la matière. De ce fait, il commença à former des utilisateurs de la Force, de manière informelle… ou ne pas les former, selon les cas.
Il mit tout naturellement au point un programme d’entraînement pour sa sœur, Leia Organa, mais celle-ci était trop prise par son engagement au sein de la Nouvelle République pour répondre sérieusement aux attentes de son frère. Elle se contenta de notions et de quelques bribes de pouvoirs qu’elle n’était pas en mesure d’approfondir.

D’autres élèves potentiels eurent moins de chance, comme Tyria Sarkin, qui deviendrait peu après pilote de l’Escadron Spectre : si elle maîtrisait légèrement la Force, malgré des années d’entraînement, cette ancienne Ranger se vit éconduire par Luke, qui estima qu’elle ne disposait pas d’un potentiel suffisant pour devenir un jour Chevalier Jedi.

Avec Corran Horn, Luke Skywalker fit d’une pierre deux coups. Non seulement le Corellien disposait d’un potentiel intéressant, mais il mit la main sur une aile privée de Palpatine au sein du Musée Galactique, dans laquelle se trouvaient des reliques Jedi.
Une rapide recherche apprit à Luke que Corran était petit-fils de Jedi, et il tenta de le recruter :

– Je consacre ma vie à rétablir l’ordre des Chevaliers Jedi. Je veux que vous vous joigniez à moi. Apprenez et entraînez-vous avec moi. Devenez un Chevalier.
– Vous voulez faire de moi un Chevalier Jedi ?
– Oui. Ensemble, nous nous assurerons qu’aucun Empereur ne réduira plus la galaxie en esclavage.
_Luke et Corran

Malheureusement pour Luke, Corran Horn déclina son offre, décidé à faire payer sa trahison à Erisi Dlarit et sa cruauté à Ysanne Isard « Cœur de Glace ». Luke mit en garde Corran contre la vengeance, qui menait au Côté Obscur, et s’il perdit cette bataille de recrutement, cela ne l’empêcha pas de croire en Corran et à ce qu’il pourrait apporter en tant que Jedi.
Il lui distilla donc des leçons à distance, de manière régulière, afin que le Corellien puisse s’épanouir dans la voie des Jedi, à son rythme et en parallèle à son activité de pilote d’élite de la Nouvelle République. Luke choisissait soigneusement les documents qu’il lui envoyait, mais si ceux-ci étaient destinés à encourager Corran à devenir un Jedi et s’il y montrait un intérêt certain, il n’était pas prêt à se consacrer pleinement à cette voie.
Il bénéficia également de conseils sur la pratique du Sabrelaser, car il en portait un depuis qu’il avait redécouvert celui de son grand-père Nejaa Halcyon dans le musée privé de l’empereur.

Une avancée décisive

Quatre ans après la Bataille de Yavin, Luke Skywalker subit une épreuve qui changea sa vie : la rencontre avec les utilisatrices de la Force sur la planète Dathomir.

Malgré ses progrès sur la voie des Jedi, Luke ne parvenait pas à savoir comment ses prédécesseurs formaient des guerriers, des guérisseurs, des voyants, bref toute une panoplie de spécialisations dont il ne connaissait que les noms à défaut des contenus.
Une piste se dessina néanmoins quand il tomba sur une copie des archives Jedi, cachée sur la planète Toola. Darth Vader et ses séides étant passés par là, le gardien des archives comme les archives elles-mêmes avaient été détruites… ou presque. Un enregistrement holographique était encore lisible et montrait un jeune maître Yoda dans la force de l’âge faire son rapport au Grand Maître de l’Ordre, dans lequel il reconnaissait avoir échoué à libérer Chu’huntor de Dathomir.

Luke se retrouva sur la planète Dathomir, où il fit connaissance avec les Sorcières de Dathomir et leur pendant maléfique, les Sœurs de la Nuit. Il n’y arriva pas seul : il était accompagné d’Isolder, l’héritier de la Consortium de Hapes venu là à la recherche de sa fiancée Leia, enlevée par un Han Solo rongé de jalousie.
Luke sentit qu’Isolder ne deviendrait jamais un Jedi par manque de potentiel, mais sa présence brillait dans la Force : il y vit donc une occasion de s’exercer à son rôle de professeur, sans crainte que son élève bascule dans le Côté Obscur de la Force.

Il en profita également pour apprendre aux sorcières de Dathomir les notions de Côté Obscur et Lumineux de la Force, dont elles ignoraient l’existence bien que toutes, comme les sœurs de la nuit, descendaient d’une Jedi exilée plusieurs siècles auparavant, du nom d’Allya. Il était désormais tout à son rôle de professeur Jedi.

Se faire grièvement blesser par la Sœur de la Nuit Gethzerion permit à Luke d’accéder à de nouvelles strates de connaissances supérieures, qui l’aideraient à défaire la planète de la chape d’obscurité dans laquelle elle se plongeait peu à peu.
Plus important, il obtint l’accès aux données de Chu'unthor, qui s’avéra être une Académie Jedi itinérante s’étant écrasée sur la planète quelques centaines d’années auparavant. Désormais, il avait à sa disposition tout un matériel éducatif destiné à former des Jedi, et reformer l’Ordre Jedi n’était plus un vœu pieux uniquement basé sur sa propre expérience de la Force.
Avant de quitter les lieux, Luke annonça à l’une des Sorcières, Teneniel Djo, qui allait épouser le prince Isolder, qu’elle aurait une fille et qu’il faudrait la lui envoyer pour qu’il la forme en tant que Jedi. Le destin de la future Tenel Ka était d’ores et déjà en marche…

L'avenir des Jedi. L'avenir des Jedi.

Un Chevalier pleinement accompli

Tu n’es pas le dernier des Jedi, Luke. Tu es le premier des nouveaux.
_Obi-Wan Kenobi à Luke Skywalker

Ainsi s’exprima le fantôme de Force d’Obi-Wan lors de sa dernière apparition à Luke, cinq ans après la Bataille de Yavin. Luke était désormais seul, comme un symbole de transmission du flambeau de l’Ordre Jedi.
Luke essayait de former Leia, mais les obligations diplomatiques de cette dernière continuaient à la freiner dans son apprentissage. De plus, le doute envahissait Luke : Obi-Wan avait échoué à former Anakin Skywalker. Se pourrait-il que lui-même échoue à former sa sœur ? En conséquence, il hésita à lui fabriquer un Sabrelaser.
Malgré les grandes connaissances que Luke avait engrangées ces dernières années, il hésitait encore à franchir le pas de constituer officiellement son Nouvel Ordre Jedi. Être un Chevalier Jedi accompli était une chose qu’il maîtrisait, mais se muer en guide était une notion qui l’emplissait de doutes : avait-il réellement le profil de l’emploi ? Serait-il à la hauteur de la tâche ? Une chose était certaine : il avait appris la patience, il n’avait jamais été aussi serein, ce qui ne pouvait que lui servir.
Mais l’édification officielle d’un Nouvel Ordre Jedi dut être différée par la force des choses, car le Grand Amiral impérial Thrawn entra en lice pour arracher la galaxie à la Nouvelle République.

Être Jedi nécessitait bien évidemment de maîtriser la Force, mais c’était aussi et avant tout un état d’esprit, une philosophie de vie. C’est pourquoi Luke avait entrepris d’apprendre au prince Isolder des rudiments d’enseignement du Côté Lumineux. On peut mesurer à quel point Luke vivait pleinement sa philosophie lorsqu'Otage sur Myrkr, subissant l’influence des Ysalamiri, il perdit momentanément le contact avec la Force : cela ne l’empêcha nullement de continuer à vivre selon ses préceptes, d’une manière sereine.
Cette sérénité n’était pas une simple façade : il ne fut pas affecté par la haine que lui vouait Mara Jade – elle aussi utilisatrice de la Force, ancienne Main de l’Empereur – lorsqu’ils se rencontrèrent. Au contraire, même privé de ses pouvoirs, il lui enseigna ce qu’était un Jedi rien que par l’attitude qu’il affichait.


Garant de la justice

Sur New Cov, dans le café automatique le Mishra, Luke eut l’occasion de mesurer la manière dont il était perçu. Tout à son désir de refonder l’Ordre Jedi, il n’avait guère de temps à consacrer aux problèmes de la vie quotidienne des êtres vivants de la galaxie.
Mais il était un Jedi, et au-delà du folklore attaché à sa fonction, il se rendit compte que certains êtres le considéraient comme étant un garant de la justice, à leur manière. Ainsi, au Mishra, il lui fut demandé de rendre un jugement portant sur un litige entre un Barabel et un Rodien. Bien que réticent, il finit par trouver la solution la plus juste à leur problème. Mieux encore, elle fut acceptée par les deux parties.
Les instances républicaines avaient toujours soutenu Luke dans sa quête de la renaissance de l’Ordre, mais pour la première fois, il se rendit compte que les habitants de la galaxie eux-mêmes étaient désireux de voir les Jedi exercer à nouveau leur mandat.

Un faux espoir

Lorsque Luke rencontra le maître Jedi Jorus C’Baoth, il pensa que l’Ordre Jedi allait réellement pouvoir renaître de ses cendres, et que lui-même allait pouvoir bénéficier de sa sagesse et de son expérience. Cet espoir vola vite en éclat : C’Baoth était mort, et l’homme que Luke avait rencontré s’avérait être un clone instable ayant basculé du Côté Obscur de la Force, Joruus C’Baoth.
Alors que Luke pensait pouvoir s’effacer derrière un Jedi plus accompli que lui, il se retrouva au point de départ : c’était toujours de lui que dépendait la renaissance de l’Ordre Jedi.

Une nouvelle génération

Lorsque Leia donna naissance à ses jumeaux, Jacen Solo et Jaina Solo, ceux-ci disposaient d’un fort potentiel de Force. Et une tentative d’enlèvement ne tarda pas contre eux. Leur défense fut assurée par l’alliance des Jedi en devenir Leia Organa Solo et Mara Jade. Si le nouvel Ordre n’existait pas encore, ce genre d’opération conjointe en posa les bases.
Cette même Mara bénéficia de quelques leçons de la part de Luke pour l’aider à affiner sa maîtrise de la Force, avant que chacun ne retourne vaquer à ses occupations respectives.

À la chute de Thrawn, le répit pour la galaxie fut de courte durée, car voilà que se profila le retour de Palpatine, sous forme d’un Clone de l’Empereur. Un embryon d’Ordre Jedi se dressa pour s’opposer à lui.
Luke se rangea sciemment du côté du clone, espérant apprendre les secrets des Sith pour mieux les retourner contre son ennemi. Il bascula malheureusement du Côté Obscur de la Force mais Leia, qui avait réalisé des progrès certains depuis la naissance de ses enfants, parvint à le ramener du bon côté… avec l’aide d’Anakin Solo, son futur fils à naître, dont elle sentit la puissance se joindre à la leur.
Cette même Leia rencontra sur Nar Shaddaa Vima-da-Boda, descendante de Nomi Sunrider, qui fut une Jedi pendant deux cents ans, avant de sombrer dans la déchéance.
La Force était en plein mouvement, et Luke trouva de nouveaux alliés : guidé par l’Holocron, il découvrit Kam Solusar, fils du maître Ranik Solusar, et le ramena vers le Côté Lumineux de la Force.
Sur Ossus, lui et Kam firent la connaissance des Ysanna, une tribu de guerriers-shamans installés là depuis quatre mille ans. Parmi eux, il y avait Rayf Ysanna, quinze ans, sa sœur Jem Ysanna, vingt-trois ans, et leur père, chef de la tribu, Okko Ysanna : les deux jeunes suivraient Luke dans sa lutte contre l’Empereur ressuscité.
Il y avait également le maître Jedi Ood Bnar, ancré solidement au sol d’Ossus et qui se sacrifia pour éliminer l’Adepte du Côté Obscur Sedriss. Ce faisant, il dévoila une cachette emplie de centaines de Sabrelasers, et laissa un descendant derrière lui, lui aussi ancré au sol et ne mesurant qu’une vingtaine de centimètres.
Enfin, Leia et Vima rencontrèrent Empatojayos Brand, roi de Ganath et lui aussi ancien Chevalier Jedi : traqué et torturé par Darth Vader, cet homme sans membres survivait dans une machine prothétique.

Cette première génération du Nouvel Ordre Jedi comptait sept membres actifs, à savoir Luke, Leia, Kam, Empatojayos, Vima, Rayf et Jem. Mais la guerre décima cette équipe : Jem, qui avait noué une relation amoureuse avec Luke, mourut sur New Alderaan suite à l’attaque de Krdys Mordi et Tedryn-Sha, deux Jedi sombres au service du Clone de l’Empereur. Ce même clone tua lui-même Rayf et Brand.

Le savoir manquant

Quand elle fut confrontée au clone de Palpatine, Leia parvint à lui voler l’Holocron de Bodo Baas. Grâce à cet artefact, Luke trouva Kam Solusar, mais redécouvrit également un ancien bastion du savoir Jedi sur la planète Ossus. Obi-Wan Kenobi avait confié à Luke que s’il parvenait à retrouver cet Holocron, son rêve de faire renaître l’Ordre Jedi deviendrait réalité.
Sur Ossus, les Ysanna veillaient depuis des millénaires sur l’une des plus grandes bibliothèques Jedi existant.
Luke Skywalker avait désormais tous les éléments en main pour refonder officiellement l’Ordre Jedi, tâche à laquelle il s’attela dès que le clone de Palpatine fut tué.

Cette première esquisse du nouvel Ordre Jedi ressemblait beaucoup à l’ancien, au sens où ses membres n’étaient que Jedi, et qu’ils se battirent aux côtés de la République dans un conflit militaro-Sith : à la République l’affrontement militaire, et aux Jedi le conflit face aux Sith.
Résurgence provisoire du passé ? Désir de Luke de ne pas commettre les mêmes erreurs que les anciens Jedi ? Toujours est-il que les prochaines générations qu’il allait former ne vivraient pas dans une tour d’ivoire : ils furent pleinement intégrés à la vie galactique.

Luke pendant la Campagne de Thrawn. Luke pendant la Campagne de Thrawn.

Articles en rapport

Yoda
Yoda
Personnages
Force
Force
Cultures
Sith
Sith
Organisations
Ordre Jedi
Ordre Jedi
Organisations