Gaeriel Captison

Gaeriel Captison fut une femme politique importante sur Bakura, sa planète. Un temps proche de Luke Skywalker, elle participa à la résolution de la crise corellienne, au cours de laquelle elle perdit la vie. Afficher le sommaire

Présentation

Gaeriel Captison avait une peau pâle, un menton volontaire et des cheveux soyeux de couleur châtain, ainsi qu'une attitude altière. Elle avait en outre des yeux vairons, l'un gris et l'autre vert, particularité dont sa fille héritera.

Elle était une femme politique, comme le voulait la tradition familiale : son père siégea au Sénat de Bakura, et son oncle Yeorg Captison fut Premier ministre de Bakura. De même, ses amis les plus proches furent des politiciens locaux, dont Orn Belden et sa femme Eppie Belden.

Ses parents moururent dans les révoltes qui suivirent l'arrivée de l'Empire Galactique en l'an +1. Elle vécut ensuite chez son oncle Yeorg Captison et sa tante Tiree, les aidant grâce à son salaire à entretenir la grande maison dans laquelle ils habitaient.

En matière de religion, Gaeriel Captison croyant à l'Équilibre Cosmique. À ce titre, elle portait son symbole, un anneau émaillé noir et blanc au bout d'une chaînette en or. Cette croyance impliquait que personne ne devait prendre trop de pouvoir sur quiconque, au risque de déséquilibrer l'univers. Par exemple, en dépit d'une attirance spontanément partagée, Gaeriel eut du mal avec le statut de Chevalier Jedi de Luke Skywalker : tant de pouvoir dans un être impliquait automatiquement un contrepoids, et elle se demanda si l'arrivée des Ssi-ruuk ne le représentait justement pas.

Une Impériale loyale

Une jeune femme élégante... Une jeune femme élégante... Formée à l'Académie Sénatoriale Bakur, elle se fit élire au Sénat de Bakura en l'an +3. Gaeriel fut contrainte d'aller étudier un an au Centre Impérial, obligatoire pour quiconque voulant servir l'Empire Galactique... et occasion pour cette institution d'endoctriner ses citoyens. Ce n'est qu'à son retour qu'elle fut confirmée en tant que sénatrice.

À cette époque, elle était résolument pro-impériale, conviction qui l'accompagna jusqu'à l'invasion ssi-ruuvi. En effet, avant l'arrivée de l'Empire Galactique, il était très difficile d'arriver au moindre consensus sur n'importe quel sujet au sein des instances politiques dirigeantes de Bakura. Si elle avait bien conscience que l'Empire n'encourageait pas le changement, elle reconnaissait aisément qu'il avait apporté la stabilité à son peuple et l'avait intégré au commerce galactique. De plus, les voies éducatives qu'il proposait étaient sans commune mesure avec celles qui existaient jusque-là : pour Gaeriel, la soumission à l'Empire contre ce type de privilège était quelque chose d'honorable. Et à ses yeux, seul l'Empire pouvait protéger Bakura des Ssi-Ruuk et de l'Alliance Rebelle.

Cela ne l'empêchait pas d'accepter de discuter avec tout opposant, du moment que celui-ci faisait valoir calmement des opinions argumentées. De plus, écouter n'engageait à rien, elle était suffisamment forte pour se faire ses propres opinions. Et celles-ci étaient claires : en tant que femme de devoir, elle se devait de se vouer à l'Empire Galactique, à Bakura et à sa famille.

Le destin de Gaeriel bascula quand une force de frappe comptant quelques éléments de la Flotte Rebelle se présenta dans l'espace bakuran, peu après la mort de l'Empereur Palpatine. Parmi ces nouveaux venus, on retrouvait notamment Han Solo, Leia Organa, Luke Skywalker, C-3PO et R2-D2.

La menace des Ssi-ruuk

On l'a dit, Gaeriel fut attirée par Luke Skywalker dès son arrivée, attirance réciproque. Mais chacun se méfiait de ses propres sentiments et dut les mettre de côté à cause des événements, d'autant plus que leurs convictions personnelles étaient aux antipodes l'une de l'autre.

Apprendre la mort de l'empereur Palpatine changea beaucoup de choses pour elle : dans leur lutte contre les Ssi-ruuk, les Bakuriens ne pouvaient plus attendre d'aide de l'Empire Galactique. Sa confiance en l'Empire fut à nouveau ébranlée quand elle apprit de la bouche de Luke que sa vieille amie Eppie Belden devait son esprit atrophié aux Impériaux. Il lui annonça cette nouvelle en tentant d'aider la vieille femme via ses pouvoirs de guérison Jedi.

Quand Gaeriel apprit que les Ssi-ruuk acceptaient de se retirer de Bakura si on leur livrait Luke Skywalker, elle se demanda que faire : permettre au maître de Bakura, le gouverneur impérial Wilek Nereus, d'avoir plus de poids dans la balance de l'Équilibre Cosmique ? Ou aider Luke, qui lui plaisait beaucoup, au risque de déséquilibrer le reste de l'univers ? Elle informa finalement Luke de la menace potentielle, au cours d'un dîner improvisé, tout en utilisant un brouilleur de communication au cas où la pièce aurait été sur écoute. Ne pas hésiter à prendre des risques, certes, mais tout en se protégeant...

Eppie Belden, guérie grâce à l'intervention de Luke, reprocha son intolérance à Gaeriel et l'obligea à choisir son camp, après lui avoir avoué qu'elle menait une sédition contre l'occupation impériale. Gaeriel décida de se joindre à elle : en femme de devoir, elle servait Bakura et l'Empire Galactique, mais aimait bien plus Bakura.

Plus à l'aise avec un datapad qu'avec un blaster. Plus à l'aise avec un datapad qu'avec un blaster. Après avoir retardé l'avancée des troupes impériales grâce à une diversion informatique, Gaeriel alla retrouver Luke Skywalker : elle souhaitait le voir libérer son oncle Yeorg Captison, fait prisonnier sur l'ordre de Wilek Nereus. Mais Dev Sibwarra et des Ssi-ruuk intervinrent alors pour emmener Luke. Gaeriel tenta de se servir d'un blaster pour l'aider, mais ce fut elle qui resta sur le carreau, consciente mais le système nerveux brouillé. Elle fut mise à l'abri par R2-D2.

Dès qu'elle fut remise sur pied par un médic impérial, elle fut conduite à Wilek Nereus, qui en pinçait pour elle et lui offrit un poste dans son état-major, qu'elle feignit d'accepter. Elle assista ainsi à la bataille entre les forces conjointes de l'alliance et de l'Empire Galactique contre les Ssi-ruuk, mais les Impériaux se retournèrent contre la flottille rebelle dès que les non-humains eurent été vaincus. Gaeriel fut choquée, bien plus que la seconde proposition de Nereus : la voir intégrer son état-major personnel, ce qui voulait tout dire. La jeune femme hésita alors que l'homme la répugnait, encore une fois pour servir son peuple : si Eppie venait à mourir, il pourrait être intéressant pour la rébellion bakurienne d'avoir une alliée dans la place.

Nereus tenta à nouveau de la manipuler en menaçant de tuer son oncle Yeorg Captison, sauf s'il acceptait de démissionner pour laisser son poste de Premier ministre à Nereus. Si l'oncle refusait et mourait, il lui poserait la même question, à elle, son héritière. Offusquée, Gaeriel fut à deux doigts de se révolter physiquement, mais les Stormtroopers qui la surveillaient de près veillaient, d'autant mieux servis qu'elle n'avait aucune formation de combattante.

Eppie et ses troupes arrivèrent à ce moment pour libérer Gaeriel, qui put s'emparer d'une arme et tenir Nereus en joue. Face à l'inexpérience de la jeune femme, le militaire eut tout le temps qu'il lui fallait pour riposter et l'abattre, mais il n'en fit rien, trop attiré par elle. Ce n'est qu'un peu plus tard qu'il s'empara aisément de l'arme de Gaeriel, afin d'abattre Luke Skywalker. Une tentative qui avorta...

Désormais, les priorités de la femme de devoir qu'était Gaeriel Captison avaient changé : Bakura et sa famille étaient toujours présents, mais l'Alliance Rebelle s'était substituée à l'Empire Galactique. Elle et Luke Skywalker échangèrent leur unique baiser avant qu'il ne la quitte. Une vie commune entre eux n'était pas envisageable : lui avait une Alliance Rebelle à soutenir, le temps de remettre sur pied l'Ordre Jedi, et elle comptait bien se vouer plus que jamais à Bakura.

Un bonheur fugace

Aussi simple que classieuse... Aussi simple que classieuse... Après ces événements, Gaeriel Captison mena une vie heureuse. Professionnellement, elle devint petit à petit une personnalité incontournable du Sénat de Bakura, avant d'être élue plus jeune Premier ministre de la planète. D'un point de vue plus personnel, elle trouva l'amour en Pter Thanas, ancien officier impérial ayant servi sous les ordres de Wilek Nereus. Ils se marièrent en +12 et eurent une fille unique un an et demi plus tard, qui porta le nom de Malinza Thanas.

Hélas, même si Gaeriel l'ignorait, le destin n'allait pas tarder à s'acharner sur elle...

Pter Thanas tomba gravement malade au moment où la campagne électorale pour la réélection de Gaeriel commençait. Elle n'hésita pas une seconde et privilégia son époux à la politique. Celui-ci mourut deux jours après la défaite du parti de Gaeriel.

Au cours de l'année suivante, Gaeriel se désintéressa totalement de la politique, même si elle conservait une influence certaine aux yeux de beaucoup.

Au secours de la Nouvelle République

La flotte républicaine étant dispersée lorsque la Crise Corellienne se déclencha, la Nouvelle République envoya Luke Skywalker renouer contact avec Gaeriel Captison. Bakura possédait en effet une flotte spatiale d'importance.

Les retrouvailles entre eux furent ambiguës : ils avaient conscience d'être passés à côté de quelque chose lors de leur première rencontre, mais Luke n'était revenu que par devoir. Gaeriel en attendait sûrement plus, car elle fit en sorte d'être le plus à son avantage possible avant de le revoir.

Mais son naturel reprit vite le dessus : dès que Luke lui demanda la flotte bakurienne, elle réfléchit immédiatement aux conséquences pratiques : qui contacter et comment organiser cette opération militaire ? Et quand Luke prit des nouvelles de Malinza, elle rejeta l'interruption pour se concentrer sur son travail.

Gaeriel, très écoutée sur sa planète, ne mit pas longtemps à convaincre le Premier ministre et le gouvernement d'aider la Nouvelle République. L'amiral Hortel Ossilege commanderait la flotte bakurienne, tandis que Gaeriel l'accompagnerait pour gérer l'aspect politique de la mission. L'Alliance avec Bakura était mise sur pied.

Elle se trouvait à bord de l'Intrus, un Croiseur Namana, quand la flotte arriva dans le système corellien, aux abords de Selonia.

La Bataille de Centerpoint

Au cours de la Première Bataille de Centerpoint qui suivit, Gaeriel entendit rester sur le pont de l'Intrus afin de suivre les événements. Lando Calrissian essaya de la dissuader, de peur qu'elle soit tentée de donner des ordres alors qu'elle n'avait pas les compétences pour, mais elle lui rétorqua :

Désolée. C'est ma mission. C'est grâce à moi que ce vaisseau est là. Luke Skywalker m'a demandé de l'aide, et je lui en ai obtenue. Le gouvernement m'a donné les pleins pouvoirs. Il est de mon devoir et de mon honneur de tout voir et de tout savoir. Au lieu de ça, les gens passent leur temps à me cacher les nouvelles pour ne pas m'effrayer. À présent que Centerpoint détruira une étoile dans moins de trois jours, que le champ d'interdiction est tombé, et que personne ne sait ce qui va arriver, je devrais rester dans ma cabine parce que le contraire serait « illogique » ?
_Gaeriel Captison

Ossilege et Gaeriel collaboraient extrêmement bien, chacun restant à sa place malgré des divergences d'opinion nées de leurs fonctions respectives. L'amiral alla même jusqu'à demander à Gaeriel son opinion sur le plan prévu pour la bataille. Lorsque celle-ci commença, Gaeriel eut une pensée pour sa fille Malinza. Si les choses tournaient mal, elle serait orpheline...

Et en effet, tout tourna mal. Quatre frégates automatisées éperonnèrent l'Intrus. Sur la passerelle, seuls Ossilege, Belindi Kalenda et Gaeriel survécurent. Les deux Bakuriens étaient grièvement blessés : la colonne vertébrale de Gaeriel était touchée. L'amiral Ossilege ordonna à Belindi de fuir, tandis que Gaeriel et lui resteraient sur place. Gaeriel voulut faire se saborder le navire afin qu'il ne soit pas récupéré par l'ennemi. Ossilege fut d'accord mais temporisa, le temps que d'éventuels survivants s'enfuient et qu'un vaisseau ennemi soit le plus proche possible.

Tous deux restèrent dignes jusqu'au bout, et le seul regret de Gaeriel fut d'abandonner sa fille derrière elle. Alors qu'ils attendaient le bon moment pour déclencher l'autodestruction de l'Intrus, ils eurent leur dernière conversation :

- ... Vous êtes un homme de valeur et un juste, amiral Ossilege. Vous avez accompli votre tâche. Vous les avez retenus. Vous les avez arrêtés. Bien joué.
- Merci madame. Je... je suis fier d'avoir servi avec vous.
- Moi aussi. À présent, il est temps de partir.
- Je... je ne peux plus bouger le bras. Je ne peux plus appuyer sur le bouton.
- Aucune importance. Je vais le faire...
_Gaeriel et l'amiral Ossilege

Leur sacrifice assura la victoire aux forces de la Nouvelle République. L'amiral Ackbar, arrivé en renfort avec une flotte montée à la va-vite, n'eut quasiment rien à faire.

Articles en rapport

Bakura
Bakura
Planètes
Intrus
Intrus
Vaisseaux
Ssi-Ruu
Ssi-Ruu
Espèces