Tensions entre l'Alliance Galactique et le Nouvel Ordre Jedi

Période de grandes tensions qui opposèrent l'Alliance Galactique dirigée par Natasi Daala et le Nouvel Ordre Jedi, privé de son leader Luke Skywalker, sur Coruscant. Afficher le sommaire

La fin de la Seconde Guerre Civile Galactique en +41 laissa la Galaxie profondément meurtrie et choquée par les actions perpétrées par Darth Caedus. Cet ex-Jedi de renom avait réussi à se hisser sur la plus haute marche de l'Alliance Galactique et à l'entraîner dans une guerre dévastatrice. Lorsque Natasi Daala fut élue au poste de Chef d'Etat de l'Alliance Galactique peu de temps après la défaite de Caedus, l'ex-impériale décida de restaurer l'ordre en dirigeant l'Alliance d'une main de fer et ne tolérant plus aucun écart de la part des Jedi qu'elle jugeait responsables.

La voie de la justice

Le procès de Luke Skywalker

Dans l'année qui suivit son élection, Natasi Daala se consacra aux tâches les plus urgentes comme la reconstruction matérielle et politique de l'Alliance et l'aide aux populations les plus affectées par les horreurs de la guerre. Mais dès qu'elle en eut l'occasion, Daala décida que les responsables devaient payer et elle mit sur table le principe de la justice. Ceux qui étaient responsables du conflit devaient rendre des comptes devant les tribunaux galactiques. Daala ne portait pas les Jedi dans son cœur et même si elle les respectait, elle était persuadée que leur Ordre causait plus de mal que de bien à la Galaxie. Caedus n'ayant pas survécu, il fallait trouver un responsable, et ce fut symboliquement Luke Skywalker qui se retrouva à la barre du tribunal. Accusé de ne pas avoir réussi à prévoir et à empêcher son neveu de sombrer du Côté Obscur, Skywalker fut exemplairement condamné à dix ans d'exil et ce malgré toute l'aide qu'il avait apportée pour combattre Caedus. Après négociation avec Daala, Luke fut contraint de quitter son poste de Grand Maître de l'Ordre Jedi et de ne plus approcher aucune enclave ou académie du Nouvel Ordre Jedi. Il confia l'intérim du Conseil des Maîtres et de la gestion de l'Ordre à Kenth Hamner puis quitta Coruscant à bord de l'Ombre de Jade avec son fils Ben Skywalker, désireux de l'accompagner.

La surveillance du Nouvel Ordre

Après ce grand coup médiatique, Daala persévéra dans sa quête de justice. Considérant que les Jedi n'avaient que faire des lois qui s'appliquaient aux citoyens de l'Alliance et qu'ils les transgressaient impunément, elle décida de mettre en place une surveillance de chaque Jedi de l'Ordre. Un Observateur Jedi fut attribué à chaque membre de l'Ordre qui fut chargé de surveiller chaque action, de rappeler régulièrement les lois de l'Alliance à leur Jedi et d'avertir le gouvernement de l'Alliance en cas de transgression. Parallèlement, Daala ordonna la création de la Cour des Affaires Jedi, un tribunal spécial consacré au jugement des Jedi coupables d'infraction à la loi. La juge Arabelle Lorteli fut nommée à la tête de cette cour de justice exceptionnelle.

Comme un coup du sort, alors que Daala modifiait le système judiciaire pour mieux contrôler les Jedi, certains membres de l'Ordre commencèrent à succomber à une sorte de folie. Les premiers affectés furent Valin Horn et sa sœur Jysella Horn, qui croyaient que leurs proches avaient tous été remplacés par des clones. Les deux Jedi furent rapidement appréhendés par la sécurité de l'Alliance et après avoir été condamnés par Lorteli, furent emprisonnés dans de la carbonite. Cette démence n'était pas sans rappeler celle du Jedi Seff Hellin, qui se rendit sur Coruscant après avoir appris que Valin Horn était dans le même cas que lui. Alors qu'il tentait de le libérer, il fut capturé par le groupe Darkmeld composé entre autres de Jaina Solo et Jagged Fel et transféré au Temple Jedi où il allait être détenu et soigné parmi les siens. D'autres Jedi ne tardèrent pas à tomber eux aussi malades, comme Natua Wan, Bazel Warv ou Yaqeel Saav'etu, et à causer leur lot de dégâts sur Coruscant. Ces Jedi furent eux aussi rapatriés en secret au Temple, mais il ne fallut que peu de temps pour que ces informations remontent aux oreilles de Daala et que celle-ci ne décide de réagir avec sévérité.

Des relations sous tension

La Chef d'Etat exigea que les Jedi malades lui soient livrés immédiatement afin qu'ils soient eux aussi congelés dans la carbonite et emprisonnés, pour le bien de l'Alliance Galactique. Cependant, les guérisseurs Jedi commençaient à identifier les causes de la maladie, qui était désormais désignée comme une Psychose de Force. Le Grand Maître par intérim Kenth Hamner rencontra Daala à plusieurs reprises mais il fut incapable de dénouer les tensions grandissantes entre les Jedi et le gouvernement. Son immobilisme poussa même les Jedi à agir de leur propre chef, jusqu'à ce que Daala n'organise ce qui pouvait être considéré comme une déclaration de guerre.

Raid sur le Temple Jedi

Puisque les Jedi refusaient de livrer les coupables à l'Alliance, Daala décida d'aller les chercher elle-même. Elle recruta des Commandos Mandaloriens et leur ordonna d'attaquer le Temple Jedi et de récupérer les malades, le tout sous couvert médiatique. Les mandaloriens firent diversion en attaquant la porte principale du Temple alors qu'ils dirigeaient le gros de leur attaque sur les hangars. Les mandaloriens furent repoussés par l'intervention notable de Kyp Durron, Jaina Solo et Raynar Thul, tout récemment sorti de sa guérison après sa crise d'identité liée aux Killiks. Si l'attaque n'avait rien donné, le divorce était désormais consommé entre l'Alliance et le Nouvel Ordre.

Quelques jours après l'attaque, les Jedi décidèrent d'évacuer les malades en secret vers l'Académie Jedi de Shedu Maad, qui avait été créée dans la Consortium de Hapes au cours de la Seconde Guerre Civile Galactique. La préparation de l'opération fut surprise par des commandos mandaloriens mais Leia Organa Solo et son mari Han Solo parvinrent à les mettre en déroute et à protéger le secret de la destination du convoi.

Guerre médiatique

Dès lors, les affrontements entre les deux camps prirent une tournure beaucoup plus sournoise. Daala s'efforçait en effet d'obtenir le soutien de l'opinion publique dans sa lutte pour une justice égalitaire à l'encontre des Jedi. La presse, avide de scoops et de sensationnel, ne tarda pas à s'engouffrer dans la brèche et des journalistes comme Javis Tyrr commencèrent à profiter de la situation. Tyrr décida de jeter son dévolu sur Jaina Solo et son fiancé, Jagged Fel, qui était alors également Chef d'Etat de l'Empire Galactique depuis la fin de la précédente guerre. Pour faciliter son travail, Tyrr reçut l'aide secrète d'ennemis de Fel, notamment le Moff Drikl Lecersen, qui lui fournit des technologies de pointe pour l'espionnage de Jaina et Jag. De son côté, Daala continuait à maintenir l'opinion publique en sa faveur, en inondant les médias d'informations à propos du prochain grand procès Jedi. Il s'agissait de celui de l'ex-Jedi Tahiri Veila, accusée d'avoir assassiné le Commandant Suprême Gilad Pellaeon du temps où elle servait sous les ordres de Caedus.

Accablés, les Jedi parvinrent néanmoins à contre-attaquer en manipulant la juge Lorteli afin qu'elle fournisse les autorisations nécessaires pour que Corran Horn et Mirax Terrik Horn puissent rendre visite à leurs enfants, congelés et emprisonnés au Centre de détention 81. Les Horn se rendirent sur place avec Jaina Solo, Saba Sebatyne et une horde de journalistes, dont Javis Tyrr. Tous furent horrifiés de découvrir que le dirigeant du centre, un dénommé Wruq Retk, avait exposé les deux Jedi sur les murs de son bureau comme des trophées. La situation dégénéra lorsque Retk provoqua les Jedi et que Mirax lui répondit en lui décochant un coup de poing qui lui fit perdre connaissance. Il fallut l'intervention de Daala elle-même pour que la situation ne cesse, mais le mal était fait. Les journalistes avaient enregistré la scène et allaient retransmettre comment les Jedi étaient traités en détention, sapant ainsi tout le travail d'opinion réalisé par la Chef d'Etat. Pour parfaire le tout, Daala fut humiliée devant les caméras lorsqu'elle apprit que Lorteli était à l'origine des autorisations.

Daala chercha par la suite à regagner la sympathie de l'opinion en demandant à son ancienne alliée Cha Niathal, co-dirigeante de l'Alliance avec Caedus au cours de la précédente guerre avant qu'elle ne fasse défection, de se rendre sur Coruscant pour que ses actes soient jugés. Elle comptait ainsi montrer que tous les citoyens étaient jugés de la même manière, militaire ou Jedi. Mais Niathal indiqua n'avoir commis aucune erreur, puisqu'elle ne pouvait pas savoir que Jacen Solo se transformerait en Sith impitoyable. Elle accepta de participer au procès devant Daala, mais elle choisit finalement de se donner la mort sur Mon Calamari. La seule chose qu'obtenu Daala, ce furent les funérailles publiques de la Mon Cal sur Coruscant et la tristesse d'avoir perdu une amie.

La manière forte

Détails de cette période : Siège du Temple Jedi par l'Alliance Galactique.

Bien décidée à ne pas perdre la face, Daala fit appel à ce qu'elle maitrisait le mieux : la manière forte. Elle recruta des mercenaires mandaloriens et leur ordonna d'organiser le blocus du Temple Jedi jusqu'à ce que ces derniers ne se décident à livrer les Jedi malades à l'Alliance. Malgré l'avis défavorable de l'opinion, Daala poursuivit ses plans, mettant la brute mandalorienne Belok Rhal à la tête de l'opération et en lui donnant carte blanche. Le résultat de cette décision irréfléchie fut l'assassinat public et sans justification sur les marches du Temple d'une jeune Jedi envoyée en émissaire par le Grand Maître Kenth Hamner. Ce dernier eut beaucoup de mal à convaincre les membres du Conseil Jedi de ne pas contre-attaquer afin d'éviter toute escalade de la violence. Le Temple finit par manquer de provisions malgré une chaine d'approvisionnement secrète organisée par les époux Solo. Le salut des Jedi vint de leur leader, Luke Skywalker, qui élimina Abeloth à l'autre bout de la Galaxie, mettant ainsi un terme à la Psychose de Force. Les Jedi acceptèrent alors de livrer leurs malades à Daala, et discréditèrent publiquement la Chef d'Etat lorsque les supposés malades se présentèrent sous leur meilleur jour. Daala fut contrainte d'accepter la levée du siège mais refusa de libérer les enfants Horn, toujours prisonniers de la carbonite, au grand dam des membres du Conseil Jedi.

Dès que le siège fut levé, Daala envoya Rahl et ses troupes sur Blaudu Sextus où une révolte pacifique d'esclaves était en train de se dérouler. Daala refusait que ces révoltes ne fassent boule de neige et ne déstabilisent toute une région de la Galaxie. Une nouvelle fois, les manières brutales de Rahl menèrent à un bain de sang, abondamment relayé sur l'Holonet. Lorsque ces informations remontèrent aux oreilles du Conseil Jedi, ils décidèrent qu'il était de leur rôle d'agir pour empêcher Daala de massacrer des innocents mais Hamner campa sur ses positions, refusant toute intervention de l'Ordre. Un conflit éclata entre Hamner et le Conseil Jedi qui mena à son éviction de son siège de Grand Maître, au profit de Saba Sebatyne, nouvelle leader du Conseil. La volonté du Conseil Jedi étant désormais claire, les Jedi organisèrent un plan visant à contrecarrer Daala et à apporter du renfort à Luke Skywalker. Cependant, Hamner tenta de saboter les plans du Conseil dans l'espoir d'empêcher l'ouverture d'une guerre ouverte entre l'Ordre et l'Alliance. Son obstination le conduit à sa mort, au cours d'un duel acharné contre Saba Sebatyne.

(suite à venir avec Conviction)

Articles en rapport

Conseil des Jedi
Conseil des Jedi
Organisations
Coruscant
Coruscant
Planètes
Natasi Daala
Natasi Daala
Personnages
Galaxie
Galaxie
Cultures
Ordre Jedi
Ordre Jedi
Organisations