Star Destroyer Imperial I

Les Destroyers Imperial I constituaient l'épine dorsale de la Marine Impériale.

Véritables fers de lance de l'omnipotente Marine Impériale et symboles du joug qu'elle imposait à la galaxie, les Star Destroyers de classe Imperial I furent sans conteste parmi les vaisseaux les plus modernes et les plus puissants de leur temps. Ces mastodontes d'acier étaient en fait les héritiers logiques du Star Destroyer Venator que Lira Wessex avait conçu pour les besoins de la Grande Armée de la République dans les derniers temps de la Guerre des Clones. Conçu par cette même ingénieur et construit par Kuat Drive Yards, le Destroyer de classe Imperial I reprenait la fameuse forme en biseau, mais comme son nom le laissait entendre, il ouvrait également une nouvelle ère de l'histoire galactique.

Alors que le Venator avait plutôt été pensé, dans une certaine continuité avec le Croiseur Acclamator, comme un vaisseau capital dont les fonctions étaient orientées vers le transport de vaisseaux plus petits ou de troupes, la toute nouvelle classe Imperial I se voulait l'expression de la doctrine formulée par le Moff Tarkin, prônant la force par la peur : mesurant 1600 mètres de longueur, son atout principal était son armement lourd capable de réduire en cendre des civilisations entières lors d'opérations de type Base Delta Zero. En effet, celui-ci se composait de six batteries de doubles turbolasers lourds en tourelle et deux tourelles de canons à ions lourds de part et d'autre de la passerelle, soixante batteries de turbolasers Taim & Bak XX-9 et soixante canons à ions Borstel NK-7, tous équipés d'ordinateurs de visée LeGrange facilitant le combat contre des chasseurs, quarante canons laser de protection rapprochée, ainsi que de dix puissants projecteurs de Rayons Tracteurs Q7 de Phylon Transport capables d'immobiliser n'importe quel type de vaisseau plus petit, voir d'en capturer pour les amener dans sa soute principale afin de les prendre d'assaut.

Ses défenses n'étaient pas en reste : sa coque de plus de deux mètres d'épaisseur faite d'acier quadanium, d'alucier renforcé au titane et d'un alliage au Doonium était capable d'absorber sans coup férir de très grande quantités d'énergie, tandis que ses deux dômes de boucliers déflecteurs KDY ISD-72x lui assuraient une protection supplémentaire fort honorable. Qui plus est, dans un soucis de prudence, dans le cas où une unité vitale du vaisseau soit détruit par les tirs ennemis, la plupart des postes et systèmes étaient redondants : ainsi, on trouvait généralement un générateur énergétique secondaire par pont, afin que ceux-ci soient alimentés quoi qu'il advienne, tandis qu'en plus de la passerelle de commandement principale, une seconde de secours existait, quelques niveaux plus bas. En fin de compte, les Star Destroyers Imperial I ne possédaient que de rares points faibles : un faible armement arrière -encore fallait-il parvenir à les attaquer par la poupe-, des turbines ioniques promptes à la surchauffe si elles étaient atteintes par des torpilles à protons, et des générateurs de boucliers vulnérables ; et si des unités de chasseurs d'assaut d'élite de l'Alliance Rebelle (comme l'escadron Rogue) surent très bien tirer profit de ces défauts, il n'en restait pas moins qu'il ne fallait pas moins de deux ou trois croiseurs MC80 pour espérer détruire un Imperial I.

Deux Star Destroyers Imperial I aux côtés du Super Star Destroyer Executor. Deux Star Destroyers Imperial I aux côtés du Super Star Destroyer Executor.
Bien que ses capacités d'emport en chasseurs fussent réduites par rapport au Venator qui était plus un transport qu'un véritable vaisseau capital, le Star Destroyer Imperial possédait deux hangars ventraux -un vaste hangar central principal de près de 200 mètres de longueur et une plus petite baie de proue pouvant tous deux être fermés par des portes blindées- dans lesquels étaient stockés un grand parc de vaisseaux secondaires. Le plus petit des deux hangars accueillait Wing de 72 chasseurs dont la composition évolua au fil du temps : de quatre escadrons de TIE Fighters, un escadron de TIE Interceptors et un escadron de TIE/gt avant la bataille de Yavin, elle passa à l'époque de celle-ci à quatre escadrons de TIE/ln, un de TIE Interceptor et un de TIE/sa Bombers (lesquels avaient remplacés les TIE/gt décrépis), enfin, à l'époque de la Bataille d'Endor, elle était de trois escadrons de TIE/Ln, deux de TIE Interceptor et un de TIE Bombers, des chasseurs de reconnaissance de type TIE/fc ou TIE/rc étant présents à quelques exemplaires dans toutes ces configurations. Notons néanmoins que ces dotations pouvaient différer selon la mission assignée au destroyer : le Retribution était en effet chargé de transporter le Wing d'Assaut Scimitar (composé de trois escadrons de TIE/sa, deux de TIE/ln et un escadron spécial) tandis que le Rage transportait les XG-1 Assault Gunboats et les TIE/ad Avenger des escadrons Avenger et Talon. En outre, les Destroyers de classe Imperial I disposaient d'une véritable flottille de vaisseaux légers de soutien et de protection basés dans sa baie principale : cinq chasseurs lourds d'assaut XG-1 Assault Gunboats, quinze Transports Dx-9 Delta et douze TIE Boarding Craft ou Navettes d'Assaut Gamma pour les opérations d'abordage, un TIE Shuttle utilisé comme vaisseau de transport rapide inter-vaisseaux, huit navettes Lambda et douze barges de débarquement pour les déploiements de troupes, auxquels se rajoutaient un assez grand nombre de petits vaisseaux de réparation et d'entretien (comme le Véhicule Utilitaire de Combat) et quelques Skiprays Blastboats.

Vaisseau polyvalent capable de soutenir seul des opérations pouvant durer six ans, l'Imperial I avait à son bord une légion complète de stormtroopers (9700 hommes et officiers) lui était généralement assigné ainsi que son matériel et ses véhicules (une Base de Garnison Impériale, vingt AT-AT et trente AT-ST) dans le cas où un assaut planétaire s'imposait tout en embarquant par ailleurs trente six mille tonnes de fret dans des entrepôts situés à proximité du hangar principal.

En dépit de sa très grande taille et de son armement lourd, le Star Destroyer Imperial I possède des performances étonnamment élevées (60 MGLt ou 2300 G) qu'il doit à ses énormes moteurs : ses trois turbines ioniques principales KDY Destroyer-I Ion Engines et quatre turbines ioniques de secours Cygnus Spaceworks Gemon-4 assurent sa propulsion spatiale, et sa gigantesque hyperpropulsion occupaient en effet un bon quart de la cellule. Ces unités ainsi que l'armement de l'appareil sont alimentés par un très puissant réacteur à ionisation solaire SFS I-a2b situé dans sous la coupole ventrale.

Le Devastator de Darth Vader poursuit la Corvette Corellienne Tantive IV. Le Devastator de Darth Vader poursuit la Corvette Corellienne Tantive IV.

Du fait de leur importance stratégique, les Star Destroyers Imperial I ne pouvaient être déployés "à l'aveugle" sur des cibles dont la configuration n'était pas précisément connue, et pour cette raison, ils étaient équipés de senseurs et d'équipements de communication de toute première qualité : Ses batteries de senseurs, d'une portée maximale en mode recherche de 200 unités spatiales se composaient de douzaines de récepteur électro-photo directionnels à longue portée, d'une centaine d'émetteurs-récepteurs à spectre complet, et, sur quelques unités, de pièges de champs de gravité à cristaux capables de détecter les déplacements hyperspatiaux proches. Par ailleurs, ils possédaient un récepteur pouvant capter tous les types de communications, du comlink aux transmissions cachées sous des émissions naturelles de rayons X. Du point de vue des communications à proprement parler, les Imperial I possédaient un émetteur-récepteur subspatial SFS Ranger d'une portée de 100 années lumières pouvant prendre en charge 300 fréquences différentes simultanément, capable de scanner l'ensemble du spectre subspatial en trois heures et couplé à de très puissants ordinateurs de décryptage. Par ailleurs, ils embarquaient une unité de communication par HoloNet -réservé à un usage militaire sous l'Empire Galactique- et des consoles de contrôle de vol SFS Txs-431 chargée des communications avec les chasseurs embarqués.

La taille de l'équipage nécessaire au fonctionnement optimal de chaque Star Destroyer Imperial I peut surprendre : 37085 hommes dont 275 Artilleurs impériaux, soit 4520 officiers et 32565 hommes du rang (chiffre à comparer avec les 5402 individus présents à bord d'un croiseur MC80 !), avec un équipage minimal de 5000 hommes. Bien que cela participe aux coûts de fonctionnement prohibitifs du destroyer, cet équipage très important n'est pas sans avantage : ainsi, tout problème mécanique ou incendie à bord peut très rapidement être pris en charge et normalisé, des pertes importantes aux postes de combat peuvent être aisément comblées sans porter préjudice à ses capacités de combat, tandis que cela permet des quarts plus courts pour l'équipage.

Le premier Star Destroyer de classe Imperial I à être construit, fut l'Executrix qui, sous le commandement du capitaine Darcc, fut assigné au Moff Wilhuff Tarkin peu après la fin de la Guerre des Clones, il fut suivi par l'Exactor, commandé par Darth Vader, puis par 25.000 exemplaires de série. Près de la moitié de ceux-ci étaient maintenus en réserve par la Marine Impériale dans le noyau galactique afin d'être dispatchés dans la galaxie en fonction des besoins, tandis que l'autre moitié était assignée aux forces sectorielles, chaque Groupe Sectoriel en comptant vingt quatre. Dans tous les cas, les Imperial I étaient considérés comme des Lignes à part entière, donc pouvant être déployés unitairement pour des missions autonomes. Néanmoins, ils étaient généralement regroupés en escadres avec un soutien de vaisseaux plus légers (comme des croiseurs Carracks) où l'on pouvait en compter six. Leurs stratégies d'emploi différaient : ainsi, l'Escadron de la Mort de Darth Vader regroupait six destroyers sans soutien de vaisseaux plus légers, tandis que le Grand Amiral Thrawn déployait en ligne les cinq destroyers de sa force principale (Stormhawk, Nemesis, Chimeara, Death's Head et Inexorable) flanqués de part et d'autre de deux lignes de soutien proche de six Croiseurs Strike, et deux lignes d'escorte de onze Croiseurs Carrack.

Les Star Destroyers Imperial I connurent un emploi intense pendant toute la période impériale, et pas seulement -voir même peu fréquemment- contre l'Alliance Rebelle : lutte contre la piraterie, subjugation de planètes, missions de type Base Delta Zero, protection d'installations d'importance, transport de Moffs et de diplomates, voir escorte de convois importants furent la routine de leurs équipages pendant plus de vingt ans, tandis que nombre de vaisseaux furent modifiés pour des emplois spéciaux ou des expérimentations. Peu avant la bataille de Yavin, Kuat Drive Yards conçut d'ailleurs un dérivé de l'Imperial I, le Star Destroyer Imperial II doté d'une puissance de feu encore plus importante, mais celui-ci ne parvint jamais à supplanter son prédécesseur.

Les pertes en vaisseaux de classe Imperial I restèrent relativement faibles jusqu'à la bataille d'Endor, mais après la mort de l'Empereur, la guerre que mena l'Empire à la fois contre la Nouvelle République et Zsinj, les conflits incessants entre les seigneurs de guerre - Harrsk et Terradoc par exemple-, les règlements de compte entre les différentes factions impériales lors de la Guerre de Purification et l'Opération Main de l'Ombre, la baisse de qualification des équipages -la Marine Impériale en était réduite à utiliser des conscrits-, la capture de nombre d'appareils de ce type par les ennemis de l'Empire, qu'ils soient rebelles, Yevethas, Hapiens ou même pirates, et surtout la montée en puissance de la Force de Défense de la Nouvelle République eurent tôt fait de réduire comme peau de chagrin l'immense flotte de destroyers impériale, qui ne comptait en l'an 19, plus que 200 exemplaires de ce qui fut son fleuron.

Nota : Pour ce qui concerne l'armement, j'ai choisi d'ajouter les armes provenant des Incredible Cross Sections à l'armement traditionnellement donné pour les ISD. Les 40 canons laser proviennent de l'édition la plus récente du Revised Core Rulebook

Articles en rapport

Kuat Drive Yards
Kuat Drive Yards
Organisations
Alliance Rebelle
Alliance Rebelle
Organisations
Moff
Moff
Cultures