Base Delta Zero

Le Base Delta Zero est le code impérial pour l'anéantissement de la surface d'une planète.

Base Delta Zero. Pendant des années, ces trois mots furent le symbole de la menace que faisaient planer sur les systèmes séditieux les puissantes forces armées impériales...

Né pendant la guerre des clones, Base Delta Zero, ou BDZ, était un code ne pouvant émaner que du Haut Commandement des forces républicaines et ordonnait la destruction pure et simple de toute installation de production, industrie, exploitation agricole, voire de toute forme de vie sur la surface d'une planète ennemie.

Le premier vaisseau conçu expressément dans cette optique fut le Transport d'Assaut Acclamator, bientôt suivi dans les lignes de la république par le Star Destroyer Victory I, dont les lance-missiles à concussion firent un des meilleurs appareils de bombardement planétaire de l'histoire galactique. Par ailleurs, les forces de la Confédération des Systèmes Indépendants menèrent des missions analogues, comme sur Humbarine, où un long bombardement fut mené par l'Invisible Hand.

Cependant, c'est après l'établissement de l'Empire que le code Base Delta Zero prit tout son sens : dès lors, les bombardements destructeurs qu'il commandait n'étaient plus limités à des planètes d'importance stratégique pour l'ennemi, mais à tous les mondes dont l'hostilité envers les politiques impériales était avérée, comme en témoignent les cas de Gerrad V, Emberlene, Dankayo (où se situait une base rebelle), Caamas ou encore Nar Shaddaa (pour laquelle l'ordre fut annulé avant d'avoir pu être appliqué). Jamais changé, contrairement à la plupart des codes impériaux, aucune ambiguïté n'était possible pour le capitaine qui recevait un Base Delta Zero : il devait raser intégralement la planète, soit par le déploiement de troupes, soit par un bombardement orbital.

Notons que l'Empire utilisa parfois des troupes de mercenaires pour ce type de "sales missions" comme le Régiment Mobile First Sun. Le Base Delta Zero finit par être abandonné par la Nouvelle République puisqu'il n'entrait pas vraiment dans ses habitudes diplomatiques...

Articles en rapport