TIE/fc

TIE/fc

TIE/fc
Informations générales
Type de vaisseau
  • Chasseurs
Constructeur/Producteur
Caractéristiques techniques
Taille
  • 6.3 mètres
Armement
  • 1 canon laser
Capacité
  • Système d'acquisition de cible avançé
Equipage
  • 1 pilote
Passagers
  • N/E
Blindage
  • 60
Boucliers
  • N/E
Vitesse spatiale
  • 80 MGLT
Hyperpropulsion
  • N/E
Hyperpropulsion d'urgence
  • N/E
Senseurs
  • 30 / 40 / 80 U.S.
Autonomie
  • 2 jours
Maniabilité
  • 150 DPF (approx.)
Commerce
Prix
  • Non disponible à la vente
Données complémentaires
Vitesse atmosphérique
  • 1050 km/h
Affiliations
VaisseauLe TIE/fc Fire Control est l'une des multiples variantes construites sur la base du mythique chasseur TIE/ln de Sienar Fleet Systems.

Le TIE/fc Fire Control est l'une des multiples variantes construites sur la base du mythique chasseur TIE/ln de Sienar Fleet Systems. Tout comme le TIE/rc, le TIE/fc n'est pas un vaisseau conçu à proprement parler pour le combat : plus lent que son modèle d'origine - 80 MGLT au lieu de 100 - et armé d'un unique canon laser, sa raison d'être est le réglage des tirs à longe portée de vaisseaux capitaux. Ainsi, ce petit appareil très maniable est chargé de manoeuvrer à proximité de grosses unités ennemies, qu'il doit « marquer » à l'aide d'un senseur-laser de désignation de cible de grande qualité lié à un ordinateur avancé d'acquisition de cible, et ce afin de « guider » les tirs de turbolaser des grosses unités impériales, et ainsi améliorer leur précision. De plus, les TIE/fc sont équipés de comlinks à l'épreuve du brouillage, dans le cas où leurs pilotes soient contraints de communiquer vocalement des informations aux artilleurs du vaisseau capital l'ayant dépêché.

TIE/fc

Devant les succès remportés par le TIE/fc dans les combats entre vaisseaux capitaux, la Marine Impériale ne tarda pas à multiplier ses missions : il fut ainsi joint à des escadrons de TIE/ln de chasse pour améliorer l'efficacité de leurs tirs, et fut également employé pour « marquer » des cibles terrestres lors de bombardements orbitaux.

Références

Les plus consultés ensuite...