Char d'Assaut Blindé

CAB.

Le Char d'Assaut Blindé de la Société Baktoid fut utilisé par la Fédération du Commerce lors du Blocus de Naboo et par la Confédération des Systèmes Indépendants à l'époque de la Guerre des Clones. Afficher le sommaire

Quelques mois après le Sommet d'Eriadu, la cupide Fédération du Commerce décida, sous l'influence du mystérieux Maître Sith Darth Sidious, d'instaurer un blocus sur la paisible planète Naboo afin de contester la loi concernant la taxation des routes commerciales dans les systèmes distants et les zones de libre-échange. Cependant, afin de légaliser son occupation auprès du Sénat Galactique, elle devait forcer la Reine Padmé Amidala à signer un traité de légalisation d'occupation. En vue de cette opération de grande envergure, l'organisation des Neimoidiens fut dans l'obligation d'investir une forte somme d'argent pour dissimuler le complot et se doter d'une puissante armée de Droïdes de Combat. Ces derniers seraient ainsi épaulés lors du débarquement par les puissants Chars d'Assaut Blindés, STAP et Transports Multi Troupes. Ce stratagème permit ainsi au vice-roi Nute Gunray de se constituer discrètement une force d'invasion conséquente sans attirer l'attention du Chancelier Suprême Finis Valorum, du Département Judiciaire et surtout de l'Ordre Jedi. Une fois opérationnel le CAB fut testé pour la première fois dans la Bordure Extérieure contre des pirates de la planète Lok du Système de Karthakk.

Armement

Construit par Baktoid Armor Workshop, le CAB formait le fer de lance au sol de la nouvelle puissance militaire de la Fédération. Véritable arsenal mobile, la version standard comptait pas moins de quatre systèmes d'armements. Son arme principale était un canon laser lourd, utilisé principalement pour le bombardement à longue distance des cibles, monté sur une tourelle centrale qui pouvait quant à elle pivoter à trois cent soixante degrés. Des batteries fournissaient suffisamment d'énergie pour assurer le potentiel dévastateur de chaque salve. Lorsque des troupes adverses s'avéraient être trop près, des canons secondaires installés sur des modules de part et d'autre de la coque renforcée prenaient le relais. Ils n'avaient toutefois qu'une portée limitée et se mouvaient uniquement sur un axe vertical. Ce véhicule disposait également de deux blasters antipersonnel à faible rayonnement fixés à côté des prises d'air à la proue.

Pour finir, le char accueillait six tubes lance-missiles tubulaires extrêmement puissants sur le devant de son répulseur. L'engin bénéficiait par ailleurs d'un magasin conséquent de cinquante-cinq torpilles reparties en trois catégories distinctes. Les obus standard à haute énergie étaient destinés aux hommes et aux appareils ennemis. Les perforateurs de blindage servaient à détruire les cibles plus résistantes et les projectiles explosifs étaient employés contre les constructions. Afin d'augmenter la vitesse et l'efficacité des missiles, une enveloppe de plasma en fusion gainait chacun d'eux au moment du tir. Pour les missions classiques un chargement complet suffisait, mais des stocks de munitions spécialisées pouvaient être acheminés en cas de besoin. Au combat, les lance-missiles dépendaient tous d'un système entièrement automatisé. Lorsque les réserves étaient totalement épuisées, le CAB rentrait à la base et sa partie inférieure était intégralement remplacée par un autre module rechargé.

Un Char d'Assaut Blindé sur Rugosa à l'époque de la Guerre des Clones. Un Char d'Assaut Blindé sur Rugosa à l'époque de la Guerre des Clones.

Équipage

Le char avait un équipage de quatre personnes et pouvait être conduit par la plupart des humanoïdes. Toutefois, les Neimoidiens préféraient recourir à des droïdes pour le pilotage. Une seule de ces unités, peinte en jaune, servait de commandant et prenait place dans la tourelle. Son travail consistait à interpréter les ordres du Vaisseau de contrôle de la Fédération stationné en orbite et à surveiller le champ de bataille. Le pilote qui arborait des marquages bleus dirigeait le véhicule en recevant des données des caméras stéréoscopiques et des scanners, ou en se connectant directement sur l'ordinateur du CAB pour obtenir les informations tactiques. Les deux artilleurs, assis juste derrière lui avec les moniteurs de combat et le réseau de communications, manipulaient l'armement. Une série de poignées sur la coque extérieure permettait à six combattants supplémentaires de monter sur l'engin. Au cas où les senseurs venaient à défaillir, des trappes avaient été spécialement aménagées pour visualiser directement la zone de combat. Cette configuration rendait bien évidemment l'équipage vulnérable aux attaques. Une Grenade IEM habillement lancée par un soldat clone dans l'habitacle ferait parfaitement l'affaire pour le neutraliser.

Données techniques

Véhicule à répulsion, le CAB parcourait au maximum cinquante-cinq kilomètres par heure. Son plafond de vol était fixé à un mètre du sol et variait selon les conditions de gravité locale. Une série de bobines logées à l'arrière de la coque inférieure assurait la propulsion avant. L'ensemble de la structure était protégé par le seul poids de son blindage. Les plaques de métal mesuraient environ cinquante centimètres d'épaisseur. Les tirs d'un Speeder Gian ou d'un Canon Anti-Véhicule AV-7 étaient généralement fatals. La section la plus solide restait sans aucun doute le bélier, la partie aplatie sur la proue capable de démolir les murs. A l'abri des attaques ennemies, les disques de répulsions et les lance-missiles avaient la faculté de fonctionner même au cœur des bombardements les plus intenses. Le générateur installé à l'arrière, doté de quatre chambres de fusion indépendantes, alimentait constamment les systèmes internes. Le char ne comptait que deux véritables faiblesses. Si les antennes de contrôle venaient à être endommagées, les droïdes ne pouvaient plus traiter convenablement les directives. Et si les conduits de conversion énergétique, qui restaient continuellement ouverts afin de disperser la chaleur rejetée, étaient touchés, l'engin surchauffait et finissait par exploser.

Le Droïde Commandant OOM-9 à la tête de ses CAB lors du Blocus de Naboo. Le Droïde Commandant OOM-9 à la tête de ses CAB lors du Blocus de Naboo.

De Naboo à la Guerre des Clones

Malgré l'importante force d'invasion déployée avec succès sur Naboo, les événements tournèrent rapidement au cauchemar pour Nute Gunray. La Force Royale de Sécurité et la Grande Armée Gungan réussirent à repousser les Droïdes de Combat et les CAB d'OOM-9 dans la cité et les plaines. De son côté, l'Escadron Bravo de Ric Olié parvint à détruire le vaisseau de contrôle en orbite avec l'aide du jeune Anakin Skywalker. Dix ans après ce désastre, le vice-roi se rendit sur la planète Geonosis sur invitation du Comte Dooku. Le Seigneur Sith souhaitait que le Neimoidien rejoigne un nouveau mouvement militaire séparatiste, la Confédération des Systèmes Indépendants. Après une réunion avec les représentants de la Techno Union, de la Guilde du Commerce, de l'Alliance Corporative et du Clan Bancaire Intergalactique, il accepta de mettre à disposition l'ensemble de ses forces. Suite à la Bataille de Geonosis qui marqua le début de la sanglante Guerre des Clones, les Chars d'Assaut Blindés, qui arboraient désormais des motifs divers et variés de l'Armée Séparatiste, furent utilisés à de nombreuses reprises. Ils participèrent par exemple aux affrontements de Christophsis, Rugosa, Kiros, Maridun, Ryloth, Jabiim, Muunilinst et Felucia.

Articles en rapport

Nute Gunray
Nute Gunray
Personnages
Naboo
Naboo
Planètes
Techno Union
Techno Union
Organisations