Procès de Tahiri Veila

Procès intenté par l'Alliance Galactique à l'encontre de l'ex-Jedi Tahiri Veila pour les actes qu'elle avait commis aux côtés de Darth Caedus lors de la Seconde Guerre Civile Galactique.

Quelques mois après la fin de la Seconde Guerre Civile Galactique, les relations entre les autorités de l'Alliance Galactique et le Nouvel Ordre Jedi se tendirent quant à la responsabilité de l'Ordre dans le désastre provoqué par la déchéance de Jacen Solo. L'ex-Jedi Tahiri Veila concentrait à elle seule une partie des reproches portées par la Chef d'Etat de l'Alliance Galactique Natasi Daala. Son implication dans le meurtre de l'Amiral Gilad Pellaeon, qui était un de ses ami proche, lors de la Seconde Bataille de Fondor était jusqu'alors restée sans suites. Ainsi, après avoir intenté un procès contre Luke Skywalker, qui le força à l'exil, l'Alliance Galactique fit arrêter l'ex-Jedi Veila pour le meurtre de l'amiral nonagénaire.

Le procès fut naturellement confié à la toute nouvelle Cour des Affaires Jedi, sous la présidence de la juge Arabelle Lorteli. La première action du juge fut d'interdire d'audience l'avocat de la défense, Nawara Ven, en raison de son implication dans l'autre procès concernant Skywalker. L'accusée Veila dut donc le remplacer au pied levé, d'abord par l'avocat Bith Mardek Mool, puis grâce à l'intervention dans l'ombre de Jagged Fel et de Jaina Solo, par Eramuth Bwua'tu, un pilier de la profession qui s'était retiré pour enseigner. D'abord déconcertant avec son style inimitable et ses manières sorties d'un autre temps, Eramuth finit par gagner peu à peu la confiance de l'accusée jusqu'à prendre complètement en charge l'affaire. Le Bothan axa toute sa défense sur la nécessité de présenter sa cliente sous le meilleur jour aux yeux du jury. Pour cela, il rappela les périodes difficiles qu'avait traversées Tahiri dans son enfance et notamment pendant l'Invasion Yuuzhan Vong, où elle avait perdu l'amour de sa vie, le jeune Anakin Solo. Il expliqua comment Jacen Solo, alors sur le chemin du Côté Obscur, avait exploité la faiblesse de la jeune Jedi pour son défunt frère et comment il l'avait manipulée pour en faire son exécutrice. Le travail de Bwua'tu commençait à porter ses fruits lorsque l'accusation fournit un extrait audio de la dernière conversation entre Pellaeon et Veila, quelques instants avant le meurtre. La bande sonore fut accompagnée du témoignage à charge d'une officier des renseignements impériaux, Lydea Pagorski. Bwua'tu parvint à découvrir et à prouver devant la Cour que le témoignage était faux, mais malgré cela le jury demeurait partagé sur la culpabilité de Tahiri.

Entre-temps, la juge Lorteli fut retirée de l'affaire à cause d'un couac dans la gestion des accusés du procès de Valin et Jysella Horn. L'affaire ébranla l'ensemble de la Cour des Affaires Jedi et l'Alliance Galactique fut contrainte de la dissoudre. Le procès de Tahiri Veila retourna alors dans le giron de la Cour de Justice Galactique et un nouveau juge fut nommé en la Falleen Mavari Zudan.

Au fur et à mesure des semaines de procès, et alors qu'aucune amélioration n'était réellement visible auprès du jury, Tahiri commença à douter des capacités de son avocat à la tirer d'affaire. Le Bothan devait en effet supporter des difficultés personnelles avec l'attaque qui avait visé son neveu, l'Amiral Nek Bwua'tu, et l'avait laissé dans le coma. Pour consolider sa défense, Veila engagea un deuxième avocat en la personne de Sardonne Sardon. Bwua'tu se sentit aussitôt offensé par la défiance de sa cliente et demanda immédiatement à se retirer du procès, une demande qui fut cependant refusée par la Juge Zudan. Dès lors, le Bothan se désintéressa totalement du cas et laissa à Sardon la charge de toute la défense. L'absence de véritable ligne de défense de ce dernier convainquit Veila de revenir à la configuration d'origine et de redonner sa confiance uniquement au vieux Bothan.

Alors que le procès touchait à sa fin, l'instabilité politique atteignit son paroxysme avec l'éviction et l'arrestation de la Chef d'Etat Daala et la mise en place d'un Triumvirat temporaire à la tête de l'Alliance Galactique. L'arrivée du Maître Jedi Saba Sebatyne au sein du Triumvirat n'eut pas l'influence positive que l'on aurait pu espérer sur le déroulé du procès. Le Nouvel Ordre Jedi se montra en effet extrêmement prudent et prit garde à ne pas interférer avec le pouvoir judiciaire afin d'éviter d'être considéré comme un opportuniste souhaitant prendre le contrôle de l'Alliance. L'effet sur le jury fut contraire, puisque le retour des Jedi dans les hautes sphères politiques le braqua contre l'accusée. Malgré une défense finalement solide, le jury rendit son verdict et reconnut Tahiri Veila coupable du meurtre de Pellaeon. La juge Zudan conclut le procès en validant l'avis du jury et en condamnant l'ex-Jedi à la peine capitale.

La meurtrière fut ensuite conduite en détention au Centre Correctionnel Armand Isard où, comble de l'ironie, elle côtoya son accusatrice derrière les barreaux. En effet, l'ancienne Chef d'Etat avait également été placée en cellule après son éviction du pouvoir. Veila ne resta cependant pas longtemps en prison puisqu'elle profita de l'évasion de Daala, orchestrée par Boba Fett, pour échapper à sa sentence. Elle devint ainsi une fugitive.

Articles en rapport

Bothan
Bothan
Espèces
Natasi Daala
Natasi Daala
Personnages
Ordre Jedi
Ordre Jedi
Organisations
Tahiri Veila
Tahiri Veila
Personnages