Aux mains de la Ligue Humaine

Han Solo est retenu prisonnier par son cousin Thrackan Sal-Solo, ainsi que sa femme Leia Organa Solo et Mara Jade, sur Corellia. Ils parviennent cependant tous à s'échapper : Han avec la Selonienne Dracmus, les deux femmes à bord du Feu de Jade.

Han Solo et Dracmus

Discussions familiales

Han Solo, retenu prisonnier dans les sous-sols d'un bâtiment servant visiblement de quartier général aux membres de la Ligue Humaine, eut une discussion des plus intéressantes avec son cousin, Thrackan Sal-Solo, son dirigeant :

-- La question demeure : que vais-je faire de toi ?
-- J'ai une idée. Libère-moi et rends-toi à moi. Je pourrai peut-être convaincre la Nouvelle République de ne pas être trop dure avec toi.
-- Je ne pense pas que tu sois capable de m'expliquer pourquoi je devrais faire une chose pareille.
-- Parce que tu vas perdre, Thrackan. [...] Tu t'opposes à la Nouvelle République, celle qui a battu l'Empire à plate couture. Si nous avons eu l'Empereur et Darth Vader, sans parler du Grand Amiral Thrawn et des Etoiles Noires, crois-tu que te botter les fesses nous posera un problème ? Pourquoi ne pas éviter des ennuis à tout le monde en laissant tomber tout de suite ?
-- Mais j'ai une excellente raison de croire que je ne vais pas perdre. C'est que j'ai déjà gagné ! C'est terminé. La Nouvelle République pourra me causer quelques ennuis mineurs, rien de plus. A moins que ces gens n'aient envie de me voir détruire quelques systèmes stellaires habités... [...] J'avais idée que tu pourrais coopérer avec nous. Que tu agirais en Corellien patriote, m'aidant à chasser cette vermine de Nouvelle République. Hélas, je ne pense pas que ça arrivera...
-- Non, pas même si je vis mille ans.
-- Très bien. Si tu ne veux pas m'aider, pourquoi devrais-je te garder en vie ?
-- Il n'y a aucune raison de me garder en vie. Du moins, s'il t'importe peu de contrarier la Présidente. Mais je te préviens, elle a tendance à perdre son sang froid quand les membres de sa famille sont assassinés.
-- Un mot de plus sur ta femme et je te tue de mes propres mains. Tant pis si j'ai besoin de toi vivant !

Mais Thrackan en avait entendu assez et Han avait remporté la première manche. La seconde allait suivre.

Divertissement selonien

Le cousin Corellien proposa à Han de le divertir, lui et ses hommes. Pour cela, il devrait livrer un combat avec une Selonienne :

-- Ce sera un combat loyal, Thrackan. Une Selonienne contre un humain aux mains attachées !
-- Qui parle de loyauté ? Ce combat est un divertissement.
__Han à Thrackan

Entretemps, la Selonienne, Dracmus, s'adressa en Selonien à Han, langue qu'il comprenait. Elle lui conseilla de la laisser gagner rapidement pour éviter d'être gravement blessé. Le combat commença, Dracmus attaqua toutes griffes dehors et Han, mains attachées, esquiva les coups tant bien que mal. Un coup de la Selonienne l'envoya mordre la poussière, libérant par ailleurs ses mains de leurs entraves. Il contre-attaqua en mettant des coups de poing au bas du torse de Dracmus, laquelle encaissa douloureusement. Lorsqu'elle se releva, la fureur avait envahi ses yeux et Han comprit qu'elle n'était plus elle-même. C'est alors qu'il lui conseilla d'utiliser sa queue pour le frapper. Lorsque ce fut chose faite, la dernière chose que Han vit furent les ténèbres.

Han Solo affronte Dracmus Han Solo affronte Dracmus

Il se réveilla dans une cellule, sur une couchette, avec le visage de son cousin très proche du sien. Celui-ci lui expliqua, sous l'emprise de l'alcool, que Solo servirait d'otage ou de police d'assurance si jamais le gouvernement néo-républicain ordonnerait un assaut ou un bombardement orbital contre son quartier général. Solo déclara que la Nouvelle République n'aurait que faire de la mort de deux Corelliens, pourvu que Thrackan soit compris dedans. Son cousin lui fit part de ses doutes quant à la possibilité d'une telle stratégie et qu'une intervention militaire serait plus à craindre. Mais, selon lui, ni Micamberlecto et les Forces de Défense Corelliennes, ni le pouvoir de Coruscant n'auraient la capacité d'arriver en temps et en heure. C'était la première raison pour laquelle Thrackan le gardait en vie. La seconde était celle-ci :

-- Pour le moment, je raconte des mensonges à l'univers. Cela fait partie du plan. Quand viendra le moment de dire la vérité, tu seras un messager très utile. Les gens qui comptent te croiront. [...] Puis-je compter sur ta coopération tant que tu es ici ? Quand le moment sera venu, je te relâcherai, avec un message à transmettre. A moins, bien sûr, que tu ne m'aies causé trop de problèmes...
-- Thrackan, je ne sais pas comment dire ça, mais je suis pratiquement un... prisonnier de guerre... dans cette affaire. C'est mon boulot de te causer des problèmes ! [...]
-- Nous avons presque réussi à avoir tes gosses, sais-tu ! Nos guetteurs ont vu ton copain Wookiee les embarquer à bord de ton vaisseau. Nous avons envoyé une flotte de mini-patrouilleurs à leur poursuite. Si nous avions réussi à les attraper, nous aurions vraiment eu tout pouvoir sur ta femme.
-- Comment peux-tu faire ça, Thrackan ? Comment parviens-tu à piétiner les traditions les plus nobles de ton peuple ? Ne jamais impliquer des innocents. Toujours protéger sa famille. Ces mots ne te disent rien ?
-- Je ne mène pas ma vie en respectant une morale de conte pour enfants, Han.
__Thrackan Sal-Solo à son cousin Han

Han décida alors de profiter de l'état d'ébriété de son cousin pour en savoir plus sur la manière dont il avait créé la Ligue Humaine et la fin de l'Empire Galactique sur la planète. Bavard, son cousin se livra sans réticence, Han le poussant parfois en faisant semblant d'être d'accord avec ses propos xénophobes. Alors Thrackan Sal-Solo raconta la manière dont le Diktat Dupras Thomree passa alliance avec l'Empereur Palpatine, alias Darth Sidious, et comment Daclif Gallamby lui succéda, la manière dont celui-ci quitta la planète avec une large partie du trésor planétaire, comment le Parti impérial de Corellia l'a aidé en résistant à Micamberlecto, les accords secrets et sa volonté d'expulser tous les non-humains - Dralls et Seloniens par-dessus tout - de "sa" planète. Lorsque Han chercha à savoir comment son cousin était parvenu à faire exploser la première étoile dont il avait parlé dans son discours, Thrackan comprit qu'il en avait déjà trop dit et fit machine arrière. En échange, il présenta sa nouvelle compagne de cellule : Dracmus !

Evasion

Après de nombreuses discussions concernant les différences entre les Humains et les Seloniens, sur les relations familiales et l'incapacité des Seloniens à discerner les mensonges - Dracmus demanda à de nombreuses reprises comment Han savait que Thrackan Sal-Solo mentait -, la Selonienne et le Corellien débouchèrent sur le coeur de l'affaire : comment les émeutes ont-elles éclaté ?

-- C'est une émeute dans l'enclave selonienne de Bela Vistal qui a provoqué la crise. Les Seloniens se sont rebellés après l'intolérable provocation de la Ligue Humaine. Je ne crois pas que ce soit eux qui ont déclenché l'émeute. Je ne sais pas si les bagarres de rue étaient manipulées par la Ligue Humaine. Mais je crois que oui.
-- Sans doute. Les choses se sont répandues trop vite pour que ce soit une coïncidence. [...]
-- Vous ignorez le plus gros. [...] Je suis certaine que Thrackan bluffe. Sa Ligue Humaine ne peut pas avoir fait exploser l'étoile qui s'est transformée en supernova. [...] Leur groupe est trop petit, trop stupide. Oui, maintenant qu'ils ont gagné une bataille, ils grossiront plus vite, mais il y a peu de temps, il n'y avait que Thrackan et quelques inutiles à sa suite. Ils n'avaient pas les ressources, ni les capacités, ni le cerveau, pour faire une telle chose. Ni assez d'argent pour acheter ceux qui le pourraient. [...] Vous pensez que les ivrognes abrutis qui nous ont regardé nous battre auraient pu le faire ?
-- Ainsi, vous dites que Thrackan bluffe ? Vous pensez que l'étoile s'est transformée toute seule en nova ?
-- Oui et non. Je crois que Thrackan ne l'a pas fait. La Ligue ne l'a pas fait, mais cette étoile ne s'est pas transformée seule en nova. Quelqu'un l'a fait, pour une raison qui nous échappe.

Dracmus développa sa théorie : il fallait qu'un vaisseau croise quelque part pour que les enregistrements soient découverts. Cela n'aurait pas été le cas avant une dizaine d'années sur les systèmes habités les plus proches de la première étoile explosée. La Ligue Humaine n'étant pas constituée de scientifiques, elle n'a pas pu la faire exploser. Pour la Selonienne, la Ligue Humaine est un alibi : mettre tout sur son dos empêchera la Nouvelle République et d'autres autorités de rechercher les vrais commanditaires. Han Solo rappela à la Selonienne que sa femme et lui étaient entrés en possession de l'holocube par le biais de Mara Jade. Pour le Corellien, l'ex-Main de l'Empereur avait aidé la Ligue Humaine qui se réclamait des principes de l'Empire et était partie liée au complot. Dracmus réfuta cette théorie car Jade était une marchande appréciée des non-humains et en particulier des Seloniens. Han argua du fait que la jeune femme n'était plus dans le bâtiment du Gouverneur Micamberlecto lorsqu'il explosa et Dracmus dit qu'elle était avec un marchand de sa connaissance. Puisqu'ancienne proche de l'Empereur Palpatine - alias Darth Sidious -, Mara Jade avait sûrement eu des codes secrets à sa disposition qui lui auraient permis d'accéder à des fichiers hautement sécurisés, et donc de mettre en relation la Ligue ou les commanditaires avec une nouvelle superarme ! Pour finir, Dracmus annonça tout de go que Han aurait du souci à se faire dans les prochains jours, car Jade se trouvait désormais enfermée avec Leia...

Plus tard, les deux prisonniers furent sauvés par un commando Selonien qui découpa, à l'aide d'une vibrolame, un bout de la dalle de leur cellule. Dracmus et d'autres Seloniens le conduisirent dans d'étroits tunnels jusqu'à une salle voûtée souterraine, le repaire des activistes seloniens anti-Ligue.

Leia Organa et Mara Jade

Alliance de circonstance

Mara Jade, qui s'était battue avec une autre détenue, laquelle l'avait accusée d'être membre de la Ligue Humaine et d'être une collaboratrice, fut transférée dans la "cellule" - en fait une des chambres des niveaux supérieurs de la résidence néo-républicaine - de la Présidente Organa Solo. Jade annonça de but en blanc qu'elle comprendrait que Leia eût des soupçons concernant sa personne. Leia lui demanda si elle exigeait qu'elle lui fasse confiance et Mara balaya cette idée. Elles n'étaient pas alliées mais avaient toutes deux l'envie de s'enfuir et devaient y parvenir le plus rapidement possible. La discussion dériva sur l'Insurrection Corellienne en elle-même :

-- Avez vous une théorie ? [...]
-- Je n'ai pas de théorie, Présidente, mais il me semble clair que le Diktat Thrackan Sal-Solo sait ce qu'il fait. Il est assez intelligent et il a assez de sens politique pour être capable de calculer les résultats de ses actions. Je ne crois pas qu'il ait besoin de faire des choses ; il lui suffit de dire qu'il peut les faire. [...] Peut-être entend-il seulement discréditer la Nouvelle République ? Il vous a mise en très mauvaise posture...
-- C'est certain. Il m'a poussé à des choix politiques et matériels impossibles. Laisser mourir des milliers, peut-être des millions de gens quand leur planète explosera, ou déporter des millions d'innocents. Quoi que je fasse, la réputation de la Nouvelle République en sera entachée.
-- C'est peut-être son but. La destruction morale de la Nouvelle République. Il veut faire du Secteur Corellien un Etat indépendant...
-- Donc, peu importe ce qui arrive ou ce que nous faisons, pourvu qu'il nous mette en mauvaise position. [...] Mais nous ne pouvons rien faire tant que nous sommes prisonnières. Pourquoi nous retenir ?
-- Je ne crois pas qu'il nous retiendra très longtemps. Je pense qu'il maintiendra ses troupes [...] puis ils se retirera et supprimera le brouillage. [...] Il ne vous restera pas grand-chose à commander, à ce moment-là. Vous aurez les mains liées.
__Question de Leia à Mara

Leia refusa le chantage auquel Thrackan la soumettait et c'est alors que Mara en vint au sujet qui la préoccupait : son vaisseau, le Feu de Jade, pouvait être actionné par une télécommande en mode visuel. Avec un tel vaisseau, elles pourraient contacter la Nouvelle République et déjouer les plans du "Diktat". Le problème était que ladite télécommande était au douzième étage, soit six étages plus bas que leur prison ; et elles devraient également traverser le quartier général de la Ligue Humaine dans le bâtiment, installé au seizième ou dix-septième étage. Leia préconisa de passer tout d'abord par le quinzième étage afin de récupérer ses affaires. Mara acquiesça et proposa de relier les draps et les couvertures de la chambre pour s'évader. Après avoir volé un couteau d'un des plateaux-repas que les soudards de gardes leur apportaient, elles firent sauter l'une des jointures d'une des fenêtres de leur cellule et lancèrent leur corde improvisée.

La Princesse d'Alderaan passa la première : dehors, le vent de la côte soufflait particulièrement fort et elle eut un mal fou à la maintenir en place. La laisser s'échapper signifiait également la fin de leur évasion nocturne. Elle parvint toutefois à se stabiliser mais une bourrasque l'envoya contre les fenêtres de ses anciens appartements privés, réveillant vraisemblablement les gardes endormis. Se stabilisant au niveau de la partie du niveau éventré par les attaques aux roquettes de la Ligue, elle fit signe à Mara, en tirant sur la corde, qu'il s'agissait de son tour. Celle-ci, en catastrophe, descendit plus rapidement qu'elle : les noeuds de la corde improvisée menaçaient de céder et elle avait dû jouer de vitesse. Leia lui indiqua la direction de ses quartiers et elles filèrent discrètement vers ceux-là. Arrivées dans la cuisine de son ancien appartement, elle fouilla un placard du bas, près de l'unité de cuisson principale, et en sortit deux paquets. Le premier, un petit sac d'un velours noir, contenait son Sabrelaser, qu'elle fixa à sa ceinture ; le second, une vieille chemise de son mari Han, entourait un blaster qu'elle donna à Mara. Celle-ci déclara :

-- Êtes-vous sûre que vous me voulez dans votre dos avec cette arme au poing ?
-- Pas, j'imagine, que vous n'ayez envie que je vous suive avec ce sabrelaser. Mais nous en reviendrons plus tard à la méfiance. Pour l'instant, nous devons nous faire confiance.

Evasion à bord du Feu de Jade

C'est alors qu'un bruit d'homme mal réveillé bouscula leur plan d'évasion : un garde de la Ligue appela un dénommé Magminds et descendait les escaliers, alors plongés dans l'obscurité. Mara fit signe à Leia de se cacher en attendant qu'il passe. Mais l'ancienne agent de l'Empereur avait déjà décampé et souhaitait régler son compte au garde : elle fit une erreur et fit grincer le plancher, détournant le garde alors vers sa direction, blaster pointé sur elle. Ses réflexes à vif, elle tira et le garde s'effondra. Mara ordonna à la Princesse de se rendre dans la cage d'escalier de secours pour descendre le plus rapidement possible les trois étages qui les séparaient de la télécommande. Leia alluma son sabrelaser et s'en servit comme lampe et elles arrivèrent à l'endroit indiqué. Ouvrant la porte à l'aide de sa lame, elles découvrirent un étage encore plus ravagé que le précédent, une odeur de mort se dégageant dans toutes les pièces. Elles parvinrent finalement à la chambre et Mara entreprit de fouiller le dessous de son lit pour prendre la télécommande. Lorsque Mara l'eût entre les mains, elles se dirigèrent vers la corniche extérieure. Mara glissa et son mollet gauche fut blessé par un éclat de verre. Leia la retint et la ramena saine et sauve avant qu'elle ne chute douze étages plus bas.

Une deuxième nouvelle arriva : le mode comlink ne fonctionnait pas à cause du brouillage ; puis une troisième : pour activer le mode laser, elles devraient attendre que la pluie cesse. Ce fut à ce moment-là que les gardes les repérèrent et firent feu sur elles des étages supérieurs et de la pièce de Mara. D'une main, Leia détourna les rayons - car la plus exposée - et fit feu du blaster de poche de son mari. Au même moment, la pluie et le vent cessèrent, permettant à Mara d'activer la télécommande : le voyant vert indiqua que le verrouillage avait fonctionné et que le vaisseau était en route. Tout était une question de temps désormais... et les gardes faisaient toujours feu. La Princesse décapita un garde qui avait osé passer la tête par la fenêtre ; un autre tenta la même approche juste derrière son compagnon mort, et elle fit feu de son blaster, le ratant de peu. Son ennemi jeta un mini-détonateur, qu'elle renvoya dans la pièce à l'aide de sa lame. L'explosion fut assez forte pour la déloger mais elle était parvenue à s'accrocher à la tenture. Lorsque le Feu arriva, des mini-patrouilleurs arrivaient pour l'intercepter.

Réglé en mode automatique pour viser tous les vaisseaux ou personnes qui s'en prendraient à lui, le vaisseau de Mara ouvrit le feu sur les intrus. Les deux femmes en profitèrent pour sauter chacune leur tour sur la rampe d'accès du vaisseau. Se rétablissant, Mara fonça, Leia derrière elle, au poste de pilotage et repassa en mode manuel. Elle actionna les moteurs pour quitter Corellia.

Retrouvailles en orbite

Dans un vaisseau-cône

Le Corellien, Han, particulièrement exaspéré des secrets de sa compagne selonienne, lui demanda encore une fois où il se rendaient ; mais encore une fois, elle décida de ne pas répondre, se contentant d'une banale référence à des ordres venant de ses supérieurs. L'ancien contrebandier comprit que les Seloniens souhaitaient lui parler ou l'utiliser comme monnaie d'échange, voire directement négocier avec lui une alliance au nom de la Nouvelle République ; à moins que ce ne fût sa recette du cocktail Zombie Mutant double force ? Ils finirent par gagner une autre caverne et empruntèrent un système ferroviaire souterrain qui les mena à une autre salle, visiblement une piste pour un Vaisseau-Cône Selonien, lequel était sur ses patins d'atterrissage sur le tarmac. Dracmus présenta Han à Salculd, laquelle ne parlait que selonien. Sa compagne s'absenta et sa nouvelle entreprit de lui faire visiter son vaisseau - ou plutôt une épave, comme se prit à penser le Corellien. Il entreprit de sonder Salculd sur ses étranges "ravisseurs". Celle-ci lui indiqua qu'ils étaient de la tanière Hunchuzuc, lesquels souhaitaient que les Seloniens de Corellia soient libres par rapport à la Supratanière, le pouvoir central de Selonia. Han serait conduit sur la planète avec Dracmus comme ambassadrice.

Complicité féminine ?

Seules dans le cockpit, voyageant dans l'espace sidéral à la recherche d'un cap. Les deux femmes entreprirent une nouvelle conversation. Mara expliqua, après que Leia l'eût demandée, qu'elle avait des affaires sur Corellia et que les profits grimpaient en flèche jusqu'à l'éclatement des émeutes. Ce qu'elle souhaitait, en bonne commerçante, c'était avant tout la paix dans le système et du Secteur Corellien afin que la prospérité revienne.

Même si je me fiche de votre Nouvelle République, l'idée que quelqu'un menace de faire sauter des systèmes planétaires habités me dérange.
__Mara Jade à Leia

Elles décidèrent de se concerter pour le cap. Leia proposa Drall afin de retrouver ses enfants : avec l'aide de la Force, elle pourrait savoir s'ils étaient encore en vie, mais Mara répondit que leur arrivée ne ferait qu'attirer l'attention de la Ligue Humaine, voire des autres groupes séparatistes. Finalement, avec l'aide du Compromis Yggyn, elles finirent par se mettre d'accord sur Selonia, à défaut de Talus ou Tralus.

Retrouvailles en orbite

Paniquées, les deux Seloniennes repérèrent un vaisseau en orbite qui les suivaient, plus quatre autres qui venaient de sortir de l'hyperespace. Salculd, qui pilotait tant bien que mal, fut forcée d'obéir aux ordres de Dracmus, malgré le fait que les énormes vaisseaux étaient à deux jours de vol de leur position, et exécuta une manoeuvre d'évitement qui acheva les inverseurs de puissance. Han s'égosilla à stopper la Selonienne, qui s'obligea à ralentir. Malgré cela, le régulateur de secours tomba en panne. Le Corellien se précipita sur le pont inférieur et bascula le commutateur des moteurs subliminiques, qui s'éteignirent, se brûlant au passage la main. Revenant au poste de pilotage, il expliqua que le vaisseau était désormais une épave dans l'espace et que, sans aide, ils resteraient à flotter jusqu'à leur mort.

Au même moment, dans le Feu de Jade, Leia et Mara observèrent la sortie d'hyperespace des vaisseaux que la Nouvelle République était parvenue à emprunter auprès de Bakura. Utilisant la Force, la Princesse d'Alderaan remarqua que son frère était à bord de l'un des vaisseaux. Mara préféra adopter un profil bas et de continuer leur chemin vers Selonia. Focalisant ailleurs la Force, elle parvint à localiser la présence de son mari et pointa du doigt le vaisseau qui flottait dans l'espace.

Peu après, tandis que le Feu progressait vers le vaisseau selonien, Dracmus, Salculd et Han se préparaient à un abordage de la Ligue Humaine... Mais au travers du hublot, Han comprit qu'il s'agissait du vaisseau de Mara Jade. Il stoppa net les Seloniennes qui s'apprêtaient déjà à pénétrer dans le sas et à attaquer les occupantes de l'autre vaisseau. Leia pénétra dans le vaisseau selonien et retrouva Han, après plusieurs jours de séparation.