Grande Guerre Galactique

Conflit qui opposa la République Galactique à l'Empire Sith plusieurs siècles après les Guerres Civiles des Jedi. Les Sith en sortirent vainqueurs en obtenant la signature du Traité de Coruscant plongeant la galaxie dans une véritable guerre froide. Afficher le sommaire

Lorsque Revan avait quitté la Galaxie à l'issue de la Guerre Civile des Jedi, il avait affirmé partir en éclaireur pour protéger la République Galactique d'un danger encore plus grand qui menaçait de déferler sur elle. Trois siècles plus tard, les citoyens de la République et leurs gardiens Jedi découvrirent avec surprise et stupeur l'incarnation de cette terrible menace par l'invasion fulgurante de l'immense armada d'un Empire Sith jusqu'alors inconnu, dirigée par un Cercle Sombre de Seigneurs Noirs et un Empereur Sith.

Premières grandes batailles

L'attaque surprise de l'armada Sith

Fiche détaillée : Campagne du Bras de Tingel

L'arrivée des Sith sur les territoires de la République Galactique fut aussi brutale qu'inattendue. Une immense armada Sith fondit sur les mondes républicains de la Bordure Extérieure et remporta de nombreuses victoires grâce à une stratégie implacable préparée de longue date par l'Empereur. Les premiers mois de la guerre donnèrent raison aux certitudes de l'Empereur, qui croyait que rien n'arrêterait la puissante armada impériale. Les armées de la République furent décimées par celles de l'Empire, tout comme les Chevaliers Jedi qui combattaient à leurs côtés.

La Bataille de Bothawui

Fiche détaillée : Bataille de Bothawui

Lorsque l'Empire eut solidement consolidé ses positions dans la Bordure Extérieure, après la prise de contrôle du secteur Seswenna, il décida de rassembler ses forces pour entamer une percée vers le Noyau. Les impériaux firent route vers l'Espace Bothan avec la certitude qu'il tomberait aussi rapidement que les précédents secteurs ravis à la République.

Cependant, c'était bien sous estimer les ressources de la République. Dès leur arrivée à proximité de Bothawui, les Sith découvrirent avec stupeur la flotte Républicaine rassemblée au grand complet pour protéger la planète et ils comprirent que la bataille serait rude. Les forces impériales furent décimées et forcées de battre en retraite, donnant ainsi sa première grande victoire à la République. Après la bataille, la flotte Républicaine mit le cap vers d'autres systèmes, ne laissant derrière elle qu'une poignée de soldats en poste pour repousser une éventuelle contre-attaque Sith.

La flotte Républicaine rassemblée sur Bothawui repousse l'Armada Sith La flotte Républicaine rassemblée sur Bothawui repousse l'Armada Sith
Le retour des Sith ne se fit pas attendre et ils revinrent à la tête d'une flotte encore plus puissante. Malheureusement, les bâtiments capitaux s'avérèrent impuissants face au bouclier planétaire qui protégeait la planète des attaques orbitales. Les troupes impériales furent forcer de rediriger leurs attaques en menant un important assaut terrestre dans l'espoir de détruire le générateur. Mais les hordes Sith se heurtèrent à la défense héroïque de quatre cents soldats d'élite de la République et de quatre-vingts des meilleurs Chevaliers Jedi de l'époque, placés sous le commandement du Maître Jedi Belth Allusis. Les impériaux optèrent pour une attaque massive en engageant l'ensemble de leurs forces dans un seul et unique assaut, une stratégie qui se révéla finalement catastrophique et décima leurs rangs. Le commandement impérial dut rappeler des renforts depuis la Bordure Extérieure pour reformer l'armée et poursuivre l'attaque jusqu'à ce que la poche défensive républicaine ne soit plus réduite qu'à une poignée de défenseurs.

Encerclés, les derniers défenseurs se regroupèrent auprès de Maître Allusis pour mener une dernière défense qu'ils savaient vaine mais espéraient symbolique. Le Grand Moff Zellos leur proposa la vie sauve s'ils se rendaient sans combattre, mais c'était sans compter sur le sens de l'honneur et du sacrifice des derniers combattants Jedi et Républicains. Dans une dernière bataille sans merci, les défenseurs protégèrent Bothawui et tombèrent les uns après les autres au combat, mais pas avant que l'Empire ne sonne la retraire définitive.

Belth Allusis et ses hommes prêts à mener leur dernier combat Belth Allusis et ses hommes prêts à mener leur dernier combat
Malgré ses pertes, la bataille de Bothawui fut une grande victoire symbolique pour la République puisqu'elle fut le premier échec de la campagne impériale. L'héroïsme de Belth Allusis et de ses hommes redonna l'espoir aux armées Républicaines engagées sur de nombreux autres fronts et fut également une source d'inspiration pour les stratèges républicains dans l'élaboration de stratégies qui permirent de stopper presque totalement la progression impériale.

La Bataille d'Alderaan

Quelques mois après Bothawui, ce fut au tour d'Alderaan d'être la cible surprise de l'Empire. Les Sith espéraient saper le moral de la République en frappant un de ses mondes les plus emblématiques. Ce fut une véritable force d'invasion qui déferla sur Alderaan, accompagnée de bombardements orbitaux et de destructions au sol par les armées impériales. La réponse de la République fut immédiate avec l'envoi d'un groupe de Jedi sous le commandement du Chevalier Satele Shan. Parallèlement l'escouade Havoc commandée par Jace Malcom, qui était stationnée sur la planète, tenta vainement de ralentir la progression des Sith vers la capitale d'Alderaan. Ce fut en revanche suffisant pour permettre aux renforts Jedi de rattraper les troupes d'invasion. Les Sith dirigés par Darth Malgus subirent un violent revers. Malgus lui-même fut sévèrement blessé après le duel qui l'opposa à Satele Shan et fut forcé de porter en permanence un masque respiratoire pour rester en vie. Les forces républicaines repoussèrent les Impériaux hors du système et remportèrent la victoire, mais cet épisode traumatisant laissa de profondes blessures au sein de la population pacifique d'Alderaan.

La Bataille en orbite de Hoth

Après avoir subi plusieurs attaques surprises, la République décida de contre-attaquer en montant une opération spéciale destinée à frapper Dromund Kaas, la capitale de l'Empire Sith. Une force d'attaque conséquente se rassembla ainsi en orbite de la planète gelée de Hoth en préparation de l'opération. Malheureusement, les Services Secrets Impériaux avaient eut vent des plans militaires de la République et la flotte républicaine fut bientôt rejoint par une puissante flotte impériale. Les combats furent d'une extrême violence, impliquant des deux côtés des prototypes d'armes très puissantes. De nombreux vaisseaux, dont les prototypes, furent perdus au cours de la bataille, qui se solda par un retrait des deux camps. L'orbite de Hoth demeura parsemée d'épaves de vaisseaux pendant de nombreuses années et nombres d'entre eux finirent par s'écraser dans les plaines gelées, créant de gigantesques cimetières d'épaves à la surface du globe gelé.

La Bataille de Rhen Var

Le front s'étendit jusque sur Rhen Var lorsqu'une force impériale commandée par Darth Mekhis prit d'assaut la planète. La République réagit en envoyant une réponse militaire accompagnée de plusieurs vaillants Jedi comme Satele Shan, Syo Bakarn, Jaric Kaedan et Bela Kiwiiks. La République subit de lourdes pertes mais l'Empire fut finalement repoussé.

L'asphyxie de la République

L'alliance avec les Mandaloriens

Cependant, si la surprise de l'attaque était le premier volet de la stratégie de l'Empereur Sith, ce dernier disposait encore de nombreuses cartes pour remporter la guerre. Après quelques années de conflit, le Cercle Noir accepta le fait que la seule force de frappe impériale ne serait pas suffisante pour faire ployer la République. Aussi, les Renseignements de l'Empire Sith mirent au point une stratégie pour mobiliser les Mandaloriens, une nation guerrière demeurant sans chef depuis plusieurs siècles et dont les effectifs étaient éparpillés un peu partout dans la galaxie. Les sbires de l'Empire furent convaincus que si un nouveau Mandalore venait à se faire connaître, les Mandaloriens le suivraient même si cela comprenait de se regrouper sous la bannière impériale. Pour ce faire, les agents impériaux investirent en profondeur le milieu très fermé des gladiateurs, notamment sur Geonosis, et truquèrent les combats pour qu'une de leur marionnette parvienne à obtenir une importante renommée au point de prétendre au titre de Mandalore. Lorsque ce fut fait, une grande partie des Mandaloriens se regroupèrent comme prévu auprès de leur nouveau chef autoproclamé et l'Empire put ainsi les manipuler à la baguette grâce à leur marionnette.

Le blocus Mandalorien

Fiche détaillée : Blocus de la Voie Hydienne

Leur implication dans la guerre se traduisit par le blocus de la Voie Commerciale d'Hydian, principale source d'approvisionnement entre les Mondes du Noyau de la République et ses colonies sur la Bordure. Les positions Mandaloriens empêchèrent les échanges de biens et de personnes pendant si longtemps que les résistances républicaines historiques de la Bordure furent matées et que Coruscant elle-même commença à souffrir d'une pénurie de vivres.

Le blocus Mandalorien sur la Voie d'Hydian Le blocus Mandalorien sur la Voie d'Hydian

Les esprits s'échauffèrent au Sénat, où les sénateurs envisagèrent une capitulation totale, et dans les rues où des émeutes éclatèrent. La situation ne s'améliora que grâce à l'intervention providentielle d'une alliance de contrebandiers, menés par la Mirialan Hylo Visz. Ces derniers attaquèrent les vaisseaux mandaloriens par surprise et bénéficièrent de l'avantage du nombre et de la diversité. Malheureusement, les contrebandiers n'étaient pas à la hauteur de la situation et la plupart ne durent leur salut qu'à l'intervention de chasseurs supplémentaires appartenant à la flotte Républicaine. Mais grâce à l'action conjointe des contrebandiers et de la République, la voie d'Hydian était à nouveau praticable, soulageant énormément les efforts logistiques de la République.

Du côté des Mandaloriens, la marionnette impériale qui portait le titre de Mandalore fut assassinée par un de ses guerriers qui lui ravit ainsi son titre, sans que l'on puisse déterminer s'il agissait de son propre chef ou s'il s'agissait à nouveau d'une manigance de l'Empire.

Le sac de Coruscant

Voyant que sa stratégie avait échoué, l'Empereur Sith redoubla d'ingéniosité pour mettre un terme à la guerre, qui durait depuis presque trois décennies. Contre toute attente, le Conseil Noir proposa une trêve à la République en lui offrant la possibilité de signer un traité de paix. Malgré leurs réticences, les Jedi ne purent que reconnaître que la République ne pourrait jamais gagner la guerre et que l'offre devait être saisie. Une délégation de Jedi et de sénateurs se rendit ainsi sur Alderaan pour débattre des termes du traité. Après trente ans, les citoyens de la République voyaient enfin se profiler l'espoir d'une sortie rapide du conflit.

Malheureusement, la situation fut toute autre. Rompant les espoirs qu'ils avaient eux-même suscités, les Sith profitèrent que les yeux de toute la Galaxie soient braqués sur Alderaan pour lancer leur armada sur Coruscant. Prise au dépourvue, la République ne put offrir aucune résistance ni aucune protection à ses citoyens. Les forces impériales menées par le Seigneur Sith Angral pillèrent la capitale galactique en rasant le Temple Jedi et en prenant possession du Sénat Galactique, peu après avoir assassiné le Chancelier Suprême. Coruscant tomba finalement aux mains de l'Empire, prise en otage de toute part.

Le Traité de Coruscant

Fiche détaillée : Traité de Coruscant.

Les nouvelles du Sac de Coruscant atteignirent rapidement Alderaan et s'invitèrent à la table des négociations. Les républicains qui espéraient des termes un tant soit peu raisonnables comprirent que tous les espoirs étaient perdus. Les Sith imposèrent leurs conditions, largement défavorables pour la République, notamment en exigeant la reddition de nombreux systèmes stellaires et le cessez-le-feu immédiat des forces républicaines.

Prémices de la Guerre Froide

Ce traité de paix obtenu par les armes n'eut évidemment pas l'effet escompté. Si la majorité des combats avait en effet pris fin, l'accord avait instauré un climat de suspicion et d'insécurité général au sein des territoires de la République. Les Jedi, jugés responsables de la situation, furent blâmés et la reconstruction du Temple fut de ce fait reportée à une date ultérieure. Déterminés à ne pas devenir les pantins de leurs pires ennemis, les Jedi décidèrent de quitter Coruscant pour rejoindre leur monde originel de Tython, où ils pourraient évoluer et méditer en paix, loin des Sith et d'une République qui les conspuait.

Bien qu'officiellement en paix, les deux camps tombèrent peu à peu dans un climat de guerre froide où de dangereuses tensions militaires se faisaient ressentir, notamment sur les mondes frontaliers. Et les choses ne purent qu'empirer lorsque des vaisseaux Sith et Républicains commencèrent à s'entre-attaquer, chacun soutenant que l'un avait ouvert le feu sur l'autre, et menant ainsi à la survenue de nombreuses escarmouches dans les deux camps.

Articles en rapport

Alderaan
Alderaan
Planètes
Coruscant
Coruscant
Planètes
Sith
Sith
Organisations
Ordre Jedi
Ordre Jedi
Organisations
Bothawui
Bothawui
Planètes