Opération Domino

Après la signature du Traité Corellien, le Haut Commandement de l'Alliance Rebelle déclencha l'Opération Domino, qui devait aboutir au renversement des garnisons de l'Empire Galactique.

La Signature du Traité Corellien revêtait une importance capitale pour l'opposition à l'Empire Galactique dirigé par l'Empereur Palpatine et son Exécuteur du Côté Obscur, Darth Vader : enfin, la Galaxie allait avoir une opposition aux plans Sith, relayée plus tard par la célèbre Déclaration formelle de Rébellion. Les différents mouvements de résistances étaient désormais unifiés et prirent le nom de Forces Sectorielles de l'Alliance Rebelle, répondant directement auprès du Haut Commandement de l'Alliance. Dans la ferveur qui suivit la naissance de l'Alliance, l'Opération Domino fut décrétée : les mouvements associés à la Rébellion devaient prendre les armes et renverser les garnisons de l'Armée Impériale sur leurs planètes !

Mais ce plan de guerre ne supporta pas la dure réalité des faits : les forces rebelles accumulées ne représentaient que 3,5% du total des Forces Armées Impériales ! Pire : certaines manquaient de bases, d'autres de vivres, de support aérien, voire tout simplement d'entraînement. Une douzaine d'armées furent littéralement exterminées, mais provoquèrent tout même un mouvement de sympathie qui attira de nombreux officiers impériaux, ainsi que des civils qui n'avaient jusque-là pas franchi le pas de la rébellion ouverte. Toutefois, un prix conséquent avait été payé. Un embryon de ce qui deviendrait plus tard les SpecForces Rebelles fut mis en place, ainsi que le Corps de Chasse de l'Alliance Rebelle commandé par le Général Jan Dodonna, sortit de sa retraite sur Commenor.

Ce fut lui qui misa sur l'utilisation de chasseurs dotés d'hyperdrive et de boucliers, comme fer de lance contre la Marine Impériale et les garnisons impériales. Les succès des Y-Wings de Grisserno en orbite de Denab, puis près de Tarawa, confirmèrent la stratégie. Un succès qui s'ajouta à un autre : la libération de Mon Calamari de la présence des forces d'occupation impériales, et la libération d'Ackbar, esclave du Grand Moff Wilhuff Tarkin. Après la libération, les natifs de Dac offrirent toute leur flotte à l'Alliance, laquelle servit désormais d'épine dorsale à la future Flotte Rebelle, commandée par Ackbar sur ordre de Mon Mothma, avec l'Independence pour vaisseau-amiral.

Malgré l'échec patent de l'Opération Domino, ceux qu'on appela les traditionalistes au sein de la Rébellion acclamèrent les efforts faits pour sortir les citoyens de leur torpeur et réclamèrent que Mon Calamari servît de base avancée pour procéder à la libération, d'abord, de l'Amas de Tion, puis des planètes ou zones à la résistance bien connue, comme Kashyyyk, Roche ou Contruum, où œuvrait Airen Cracken. Mothma s'opposa à ce plan, qu'elle assimila aux Sièges de la Bordure Extérieure pendant la Guerre des Clones. Les traditionalistes supportaient les changements apportés par Ackbar : l'existence de la flotte menaçait l'Empire Galactique juste par son existence, quand bien même ses effectifs ne pouvaient pas supporter une bataille rangée avec une flotte sectorielle, et permettait de diviser les forces impériales pour se mettre à sa recherche.

Articles en rapport

Airen Cracken
Airen Cracken
Personnages
Contruum
Contruum
Planètes