Ascension d'Abeloth

Période pendant laquelle l'entité connue sous le nom d'Abeloth parvint à prendre le contrôle d'une partie de la Galaxie avant d'être finalement stoppée au prix de nombreux efforts et de nombreuses pertes.

Malgré les efforts répétés de ses opposants pour l'empêcher de regagner son pouvoir, Abeloth parvint à placer efficacement ses derniers pions pour accéder à son objectif ultime, prendre le contrôle de la galaxie et y insuffler le chaos.

La Tribu des Sith comme armée

Depuis sa libération de la Station Sinkhole, Abeloth avait eu de nombreuses fois à faire à la Tribu Perdue des Sith. Après une brève alliance de celle-ci avec les Jedi pour tenter de la capturer, les Sith avaient finalement changé de stratégie. Abeloth s'était alors assurée du "soutien" de l'armada Sith en manipulant le Haut Seigneur Sarasu Taalon et le Seigneur Gavar Khai, les deux leaders les plus influents de la force de frappe Sith. Cependant, l'allégeance de l'armada ne lui était pas encore pleinement acquise et Abeloth profita leur volonté de s'allier à elle pour y remédier.

Ainsi, lorsqu'elle fut officiellement invitée sur Kesh à rencontrer le Grand Seigneur Darish Vol, Abeloth tenta de transformer le leader de la Tribu en un de ses avatars. Elle avait cependant sous-estimé l'étendue des pouvoirs du vieux Sith, et subit une violente déconvenue accompagnée de profondes blessures psychiques. Sa rage fut telle qu'elle déchaîna toute sa colère sur la capitale Sith et ravagea instantanément la capitale Tahv. Ce triste spectacle convainquit immédiatement Gavar Khai de tourner le dos à la Tribu et de confirmer son soutien à Abeloth. C'est ainsi que l'entité obscure parvint à dépouiller la Tribu de son armada et à fédérer une armée Sith à sa seule cause.

Il ne fallu que peu de temps pour qu'elle mette à profit cette nouvelle force de frappe. Elle décida ainsi de tendre des pièges au Nouvel Ordre Jedi, qui restait le seul véritable obstacle à ses objectifs de domination. Elle envoya Gavar Khai à la tête d'un commando Sith pour tendre une embuscade sur Dromund Kaas, et Tola Annax comme appat sur Upekzar.

Domination politique

Parallèlement à son combat contre la Tribu Sith et les Jedi, Abeloth s'assura de déstabiliser un peu plus le contexte politique galactique déjà très délicat. Via son avatar officier impérial Lydea Pagorski, elle tenta notamment de pousser les Vestiges de l'Empire dans un conflit de succession en aidant indirectement l'Amiral Natasi Daala à se militariser et à contester l'autorité de Jagged Fel, l'actuel Chef d'Etat de l'Empire Galactique.

Mais c'est bien l'Alliance Galactique qui était la principale cible politique de la Porteuse de Chaos. Pour ce faire, elle parvint à se rapprocher et à se faire un avatar de la charismatique sénatrice Rokari Kem, qui lui ouvrit les portes des hautes sphères du Sénat Galactique. Sous couvert de son nouvel avatar, Abeloth provoqua la disparition du Chef d'Etat Padnel Ovin et parvint en quelques semaines seulement à se faire élire à sa suite à la tête de l'Alliance Galactique. Les manipulations d'Abeloth sur la capitale galactique furent facilitées par le vide laissé sur Coruscant par le déménagement précipité du Nouvel Ordre Jedi sur Shedu Maad. Le Grand Maître Luke Skywalker, qui suspectait une infiltration des Sith dans le gouvernement, avait en effet décidé d'éloigner l'Ordre des instances politiques pour pousser les Sith à se révéler au grand jour.

Abeloth s'assura d'ailleurs une main-mise sur la capitale galactique en exploitant les propres efforts d'infiltration de la Tribu Perdue des Sith au sein du Sénat. En révélant au sénateur Kameron Suldar qu'elle connaissait sa véritable identité, un Seigneur Sith infiltré du nom de Ivaar Workan, elle parvint à obtenir la venue sur Coruscant du Grand Seigneur Darish Vol. Inconscient que Rokari Kem était en fait Abeloth, Vol fut une proie qui fut facilement éliminée. Lorsque Suldar reçut la tête sectionnée de son leader sur son bureau, il ne put que capituler et se placer sous les ordres d'Abeloth, qui se désignait désormais comme la "Bien Aimée Reine des Etoiles".

Rien ne semblait pouvoir empêcher cette dernière de provoquer le chaos à l'échelle galactique, si ce n'est les plans du Nouvel Ordre Jedi pour libérer Coruscant.