Shi'ido

Les Shi'ido étaient une espèce très rare, originaire de Lao-mon, un monde isolé, perdu dans la région des Colonies. Les Shi'ido étaient des Changeants... Afficher le sommaire

Les Shi'ido étaient une espèce très rare, originaire de Lao-mon, un monde isolé, perdu dans la région des Colonies. Immense jardin ravagé par une maladie, ni la République Galactique ni l'Empire Galactique ne parvinrent à localiser Lao-mon...

Apparence et Mode de Vie

Les Shi'ido avaient une réputation tenace de criminels, d'espions ou encore de voleurs, même si beaucoup d'entre eux favorisaient les métiers tranquilles d'éducateur ou d'enquêteur privé. Les Shi'ido étaient des Changeants, mais contrairement aux autres espèces de ce type - comme l'espèce Clawdite de Zolan - ils étaient plutôt bien appréciés du reste de la Galaxie. Ils étaient dotés d'une capacité limitée à se métamorphoser, un mélange de manipulation psychologique et télépathique. Par ailleurs, leur apparence physique permettait une transformation minimale. Ils étaient en effet humanoïdes à la peau pâle avec de longs crânes, des visages prononcés et des membres plutôt fins. Le gros de leur masse était concentré dans leur tronc, qu'ils envoyaient vers l'une ou l'autre des parties de leur corps pour permettre de se métamorphoser.

Leur physiologie était remarquablement flexible. Leurs os fins étaient très denses, ce qui leur permettait de supporter la plus hasardeuse des configurations corporelles. Leur musculature était dotée de « soutiens flottants », une série de tendons qui pouvaient se rattacher selon la structure de leur métamorphose. Cette prouesse physique était pareille à tout autre exercice : elle devait être travaillée pour être efficace. Cependant, bien que le maintien de la transformation ne requît pas un exercice particulier, le processus de changement, lui, l'imposait.

Enfin, les Shi'ido ne pouvaient reproduire qu'une allure Presque-Humaine, à cause de leur structure osseuse. Par ailleurs, ils étaient parfois considérés comme une espèce de Proche-Humain pour ces mêmes raisons. A l'âge de 150 ans environ, ils pouvaient élargir leur masse afin de copier des espèces moins humanoïdes. Mammon Hoole par exemple nota qu'il put copier un Hutt et un Whaladon vers la fin de sa vie. Si la forme copiée était vraiment hors norme, le corps du Shi'ido ne pouvait reprendre sa forme initiale qu'après plusieurs semaines. Ils pouvaient vivre jusqu'à 500 années standard, de quoi maîtriser des formes toujours plus complexes.

Particularité propre à cette espèce, les touches finales de la transformation étaient faites par manipulation télépathique. Ce processus particulier ne semblait pas être en relation avec la Force, mais était plutôt la fonction d'un organe neurotransmetteur situé à la base du cerveau Shi'ido. Ce procédé télépathique consistait en la « peinture » d'une image au-dessus de la forme humanoïde, donnant ainsi une apparence en accord avec l'image que se faisait l'individu de la race copiée. En conséquence, certaines espèces résistantes à toute forme de suggestion télépathique - comme les Hutts - ne pouvaient pas être trompées par un Shi'ido. En plus de cette transformation, leur télépathie innée leur permettait de brouiller les personnes qui les entouraient afin de gommer toute suspicion et empêcher les gens de poser des questions. Cette particularité était assez éprouvante ; maintenir une aura télépathique dans des groupes denses était très complexe, surtout si le Shi'ido était le centre d'attention. Dans les foules inattentives, ils pouvaient se fondre dans la masse sans créer d'attirer l'attention. Ceci était facilité par le manque d'attention dont pouvaient faire preuve beaucoup de monde dans la Galaxie.

Les Shi'ido dans l'Histoire Galactique

De par leur nature changeante, plusieurs Shi'ido laissèrent leurs noms dans les pages de l'Histoire de la Galaxie. Néanmoins, leur découverte n'avait pas été si aisée que cela. C'était l'anthropologiste Mammon Hoole qui avait offert à la Galaxie une description détaillée de son peuple et de son histoire. Il raconta, dans des ouvrages sous la Nouvelle République, que son peuple aimait apprendre de la Galaxie, sans que celle-ci n'en sache trop sur eux (ce qui était paradoxal quand on prenait en compte son travail). Il raconta que quand les colons vinrent sur Lao-mon, les Shi'ido se changèrent en éléments naturels. Il montra également que les Shi'ido étaient à la fois timides et curieux et qu'ils aimaient explorer la Galaxie. Ils pouvaient même se poser sur une planète et y demeurer le reste de leur vie. En somme, ils étaient des baroudeurs individualistes.

Il existait donc des centaines de Shi'ido qui parcouraient la Galaxie en se faisant passer pour d'autres espèces. Ainsi Wuher, le barman de la Cantina de Chalmun sur Tatooine, fut accompagné un temps par un Shi'ido avant qu'Aurra Sing ne vienne l'éliminer. Borborygmus Gog fut un scientifique sous l'ère de Palpatine et Vandolae un autre anthropologiste. Il est tout à fait probable que de grands noms de l'Histoire galactique furent en contact avec (voire eux-mêmes) des Shi'ido.

Plus notable encore, Belia Darzu fut une Shi'ido très connue parmi les Sith. Elle fit partie des Maraudeurs du Côté Obscur. Elle devint par la suite Seigneur Noir avant de se faire éliminer par l'Ordre de Mecrosa. Elle resta dans l'Histoire pour sa maîtrise des Technobeasts et la création d'un Holocron expliquant la création de celui-ci avec l'aide de l'Alchimie Sith. Darth Bane partit à la recherche de ce fameux Holocron dans son ancienne forteresse de Tython...

Articles en rapport

Jen'ari
Jen'ari
Cultures
Hutt
Hutt
Espèces
Holocron
Holocron
Technologies
Galaxie
Galaxie
Cultures
Histoire
Histoire
Cultures