Manuscrit Sith

Les Manuscrits Sith, rédigés de la main des Sorciers Sith et autres Seigneurs, conservèrent une grande partie du savoir Sith, au même titre que les Holocrons.

Qu'il s'agisse du Manuscrit de Karness Muur, ou encore des Vérités du Cosmos lues par Darth Traya, les Manuscrits Sith faisaient l'objet de plusieurs légendes. Certains avançaient que leur fonction première avait été de retranscrire le savoir Sith en des temps reculés où les Holocrons Sith n'existaient pas encore. D'autres soutenaient que c'était parce que le secret de fabrication desdits Holocrons s'était perdu au gré des âges qu'on s'était mis à coucher sur le papier les connaissances de la secte, et à se tourner vers les écrits des anciens. En ce qui concernait la Confrérie des Ténèbres, c'était là une vérité incontestable... Mais Darth Revan, Darth Rivan ainsi que Darth Andeddu, bien qu'ayant tous été en mesure de se bâtir leur propre Holocron, ne se privèrent pas pour autant d'écrire également quelques ouvrages à côté... Il y en avait également pour penser que les rouleaux de parchemins avaient été noircis par des Sorciers Sith en mal de technologie. Naga Sadow en avait rédigé quelques-uns, dont hérita Freedon Nadd avant de les transmettre à Exar Kun. Mais la vérité quant à toutes ces suppositions n'est pas connue. Les Manuscrits Sith existèrent avant que la technologie des Holocrons ne fût mise au point, et continuèrent d'exister après.

Lesdits Manuscrits avaient la même utilité qu'un Holocron, au sens où on les employait eux aussi à la conservation de diverses informations sur la tradition Sith. C'était, pour les Sith, une façon plus traditionnelle de consigner leurs sombres connaissances. Leur principal inconvénient résidait dans le fait que de quelque qualité qu'ait pu être la prose de leurs auteurs - certains d'entre eux allèrent même jusqu'à imprégner leurs œuvres de leur folie... -, elle n'aurait su remplacer un «gardien» : il n'y avait aucun « professeur » intégré, susceptible d'orienter le lecteur vers les passages qui l'intéressaient. On voit qu'en conséquence, les Manuscrits Sith avaient moins tendance à corrompre ceux qui les consultaient ; cela n'en rendait que plus difficile l'accès à leur contenu ! Un autre défaut dont ils ne pouvaient se défaire, d'ordre plus culturel, était la langue dans laquelle ils avaient été rédigés : la maîtrise du Sith était un pré-requis incontournable à qui voulait se plonger plus avant dans les Manuscrits Sith... Une nécessité qui conduisit Satal Keto à demander de l'aide au Roi Ommin, afin qu'il lui révèle quel était le contenu du tome qu'il avait dérobé sur Coruscant...

De tels ouvrages étaient rarissimes ! On s'attendait, en général, à ce qu'ils fassent partie d'une collection, peut-être préservée dans la crypte d'un Sorcier Sith défunt, dont le Spectre Sith rôdait encore... Disséminés dans les mausolées dédiés aux Seigneurs Sith - où ils étaient mis sous scellés -, manuscrits, tomes et tablettes se comptaient par milliers, tous regorgeant d'instructions sur la meilleure manière de maîtriser les techniques Sith. Darth Wyyrlok III - dont c'était la tâche de collecter les écrits de son engeance, en tant que Maître de la Tradition Sith - acquit ainsi la bibliothèque de feu Darth Andeddu, localisée dans sa tombe sur Prakith. S'orienter dans une telle bibliothèque était d'ailleurs une véritable gageure ! Certains s'amusèrent à calculer la probabilité par manuscrit de mettre la main sur ce qu'on recherchait en ce genre d'endroit - estimée à tout juste 1 % ! De quoi donner bien du plaisir à tout malheureux avide de s'approprier une connaissance particulière - les plans des armures de combat Sith, par exemple, étaient très prisés -... Sans compter que si les Esprits du Côté Obscur s'en mêlaient, le danger encouru n'en valait même plus la peine. Rares furent ceux que l'ampleur d'une tâche pareille ne rebuta pas. Darth Bane considérait néanmoins que les parchemins, souvent parsemés de récits historiques à l'objectivité plus que discutable, avaient leur utilité : ils donnaient un contexte aux leçons abstraites des Maîtres. Le Manuscrit d'Ingo Wavlud - suspecté d'être un sympathisant Sith -, fut rédigé à cette intention, et servit plus tard au Nouvel Ordre Jedi à se documenter sur ses ennemis Sith. Qordis conservait plusieurs manuscrits dans ses appartements, ils avaient préservé le savoir des Anciens Sith jusqu'à son époque ; Bane lui-même s'empara de l'un de ces précieux ouvrages, que son ancien mentor avait apporté avec lui sur Ruusan. Darth Zannah compléta sa trouvaille avec une copie des manuscrits qu'avait accumulé le dénommé Hetton, désireux de présider au retour des Sith.

Articles en rapport

Darth Andeddu
Darth Andeddu
Personnages
Prakith
Prakith
Planètes
Sith
Sith
Organisations
Darth Bane
Darth Bane
Personnages
Holocron
Holocron
Technologies