Byblos

Planète des Colonies située à la sortie du Secteur Corellien et sur la Piste Corellienne, Byblos était une planète très urbanisée et un centre de transit de marchandises important.

Planète des Colonies située à la sortie du Secteur Corellien et sur la Piste Corellienne, Byblos était un monde de 164 milliards d'habitants, étape obligée des spationautes, marchands et aventuriers en route vers la Bordure Extérieure depuis le Noyau. Colonisée après la fondation de la République Galactique, elle se développa peu à peu jusqu'à devenir un monde urbanisé qui n'avait rien à envier à Metellos ou Coruscant. En effet, la surface de la planète avait tout d'abord été recouverte d'usines en tout genre, produisant, au départ, des biens consommables ou destinés à la production de vaisseaux spatiaux - notamment pour Byblos Drive Yards, établie sur la planète -, puis des technologies à hautes valeurs ajoutées voire des matériels militaires - pour BlasTech et Sienar Fleet Systems, disposant de représentations.

Un port spatial; ici, la Tour 214 Un port spatial; ici, la Tour 214

Par-dessus cette base, les architectes de Byblos City, la capitale, avait ajouté des complexes de tour destinées à accueillir des appartements, mais surtout des docks pour le transport de marchandises. Les plus hautes tours pouvaient atteindre des centaines de niveaux, toutes reliées entre elles par un complexe réseaux de métros aériens desservant zones de loisirs, résidentielles, commerciales et industrielles.

Pour parvenir jusqu'à la capitale, chaque pilote devait amorcer son approche sur les caps nord ou sud pendant cinq cents kilomètres. Il était ensuite dirigé vers un port spatial - une tour en fait, et non un spatioport comme sur de nombreuses planètes. Il en existait cinq : les tours 97, 103, 214, 309 et 328. Ainsi, désobéir aux règles du trafic local et aux ordres des agents pouvait valoir une amende entre 2 000 et 10 000 crédits. Quant au tarif à la journée, il était facturé entre vingt-cinq et cent crédits. La célèbre Platt Okeefe, dans son Platt's Starport Guide, recommandait à ses lecteurs de choisir la tour 214 pour y faire des affaires, ou opérer quelques réparations dans le garage illégal de la célèbre mécanicienne hors-la-loi Sullusteenne Bolabo Hujaan.

Si je suis sur Byblos et que j'ai des réparations à effectuer sur mon vaisseau - et notamment les plus illégales d'entre elles - je me rends dans les niveaux industriels de la tour 214, où se trouve le garage de Bolabo.
_Platt Okeefe

Chaque tour disposait d'un périphérique circulaire interne qui permettait au vaisseau arrivant d'attendre que place se libère pour se poser dans l'un des hangars des trois cents niveaux qu'elle pouvait compter. Une fois cela fait, le pilote pouvait laisser les clés à l'équipe de déchargement et faire ses achats dans les niveaux inférieurs ou se restaurer dans les restaurants mis en place par la célèbre marque Biscuit Baron. Echelle et coupe d'un hangar Echelle et coupe d'un hangar

Cependant, avant cela, il était nécessaire de passer les procédures administratives. Chaque niveau accueillait une antenne des Douanes Impériales, commandée par un Lieutenant - telle Selnia Gergeroe -, qui contrôlait les vaisseaux en partance et qui venaient d'arriver. A l'image du gouvernement pro-impérial de Byblos, les douanes étaient bienveillantes avec tous les petits transporteurs. Certains allaient même jusqu'à compatir avec ceux-là quant les plaintes sur la difficulté de faire des affaires face aux géant du transport galactique se faisaient entendre. Mais ces contrôleurs n'en étaient pas moins scrupuleux : les aliens n'échappaient pas aux règles de la Haute Culture Humaine, qui y étaient appliquées sévèrement, et toute pièce manquante au dossier - telle la licence du BoSS ou les papiers d'importations - pouvait faire l'objet d'une amende ou d'une peine de prison en cas de soupçon d'appartenance à une filière de contrebande, voire à l'Alliance Rebelle. En effet, les autorités impériales redoutaient notamment les importations d'hologrammes estampillés comme "séditieux", produits dans l'Amas de Minos - d'Adarlon surtout - et achetés par les étudiants de l'Université de Byblos, acquis majoritairement à la cause de la Rébellion.

Zone de loisirs de la tour 214 Zone de loisirs de la tour 214

Outre un formidable lieu pour faire des affaires, Byblos était également un centre technique et intellectuel important. Son université accueillait chaque année jusqu'à deux millions d'étudiants et cent mille professeurs - certains prestigieux, comme la professeure d'archéologie Reina Solov -. Les cours prodigués dans les domaines pointus de l'économie, des langues aliens (paradoxal quand on connaissait la politique adoptée à l'égard des non-humains !), de la métallurgie et des sciences de l'hyperespace, associés à une bibliothèque de milliards d'ouvrages et d'hologrammes, contribuaient à l'essor de l'université.

A propos de cet article

Leris
Version Légendes, par Leris.
Dernière mise à jour le 21 avril 2012.
1 422 lectures.
Corrigé par nos correcteurs.
Signaler une erreur

Articles en rapport

Adarlon
Adarlon
Planètes
Crédit
Crédit
Cultures
Alliance Rebelle
Alliance Rebelle
Organisations
Bolabo Hujaan
Bolabo Hujaan
Personnages