Accueil brutal pour Kalenda

Alors que Belindi Kalenda aurait aimé que la famille de Han Solo arrive la première sur Corellia, la voilà contrainte à la devancer. Cependant, une taupe au sein des Renseignements de la Nouvelle République a contacté la Ligue Humaine de son arrivée.

La Lieutenante Belindi Kalenda des Renseignements de la Nouvelle République aurait préféré utiliser la famille Solo comme diversion afin de se rendre incognito sur le monde-capitale du Secteur Corellien, Corellia. Mais voilà : elle avait, d'une part, non seulement pris sur elle d'avertir Han Solo qu'un grave danger le menacerait sur son monde natal au cours d'une brève entrevue à bord du Faucon Millenium et, d'autre part, elle connaissait l'existence d'un informateur au sein des Renseignements de la NR qui avait probablement prévenu les responsables de la mort de ses précédents collègues; en d'autres mots, la Ligue Humaine.

Sortant en retard de l'hyperespace sur son horaire prévu, afin, estimait-elle, de surprendre ses ennemis, elle déclencha la procédure normale consistant à contacter les autorités planétaires corelliennes sous son matricule "cargo PBY-1457". Ce fut à ce moment-là que le pire se produisit pour la jeune Humaine : un tir - et pas une explosion interne, contrairement au plan qui était prévu de faire s'abîmer dans l'atmosphère le cargo pour simuler un crash et faciliter son infiltration -, puis encore un autre provoquèrent un incendie dans son vaisseau. Manœuvrant conformément aux procédures d'urgence, elle évita de peu une nouvelle attaque. Songeant à replonger en hyperespace, elle se dit que ses ennemis cherchaient probablement à la détruire ou à la faire fuir. Mais n'écoutant que son courage, et par-dessus tout son devoir, elle décida de trouver un moyen de mener à bien sa mission sans perdre la vie.

Malheureusement, deux nouveaux tirs eurent raison de son hyperdrive et de l'écoutille du poste de pilotage, lequel commença à siffler, signe que l'atmosphère s'échappait dans le vide spatial ! Observant ses instruments encore en état de fonctionnement, la Lieutenante Kalenda comprit que son attaquant n'était autre qu'une vedette spatiale de défense. Celle-ci cessa ses attaques, pensant probablement Belindi morte. La jeune femme utilisa ce temps de répit - trois heures - pour se préparer. Sans eau, ni toilette, ni nourriture, ni kit de survie - lequel se trouvait de l'autre côté de l'écoutille -, elle serait bientôt morte. Sa seule chance, selon elle, était d'atteindre une des autres planètes du système corellien. Elle balaya vite cette idée : spécialiste de la survie et ayant effectué de nombreuses missions, elle serait à même d'échapper à ses poursuivants, même sur Corellia.

Son choix fut fait. Allumant les moteurs et les chargeant à 25% du nominal, elle ferait faire à son cargo une dernière course jusque sur Corellia. Dans l'atmosphère planétaire, le vaisseau se décomposa peu à peu, faute de boucliers et d'énergie pour les alimenter. Le vaisseau de Belindi acheva sa course dans l'un des océans, après une lutte âpre pour le diriger le plus près possible de la côte, vers laquelle elle pourrait nager et se cacher. Elle s'empara du kit de survie et nagea vers le rivage.

Refusant de s'avouer vaincue et observant qu'aucun poursuivant n'avait pu retrouver sa trace avec succès, Belindi Kalenda se rapprocha le plus possible de la capitale planétaire, Coronet, et s'installa sur une colline à l'est de la ville, laquelle dominait l'astroport planétaire de classe militaire. Armée de ses macrojumelles et de sa patience soumise à rude épreuve depuis plusieurs heures, elle fixait le ciel corellien à la recherche du vaisseau de Han Solo et de la Présidente Leia Organa Solo. Bien déterminée à sauver cette dernière d'un complot, son coeur fut grandement soulagé de voir arriver le Faucon au milieu de cinq vedettes des Forces de Défense Corelliennes. Reprenant espoir, elle se dirigea vers la résidence attribuée à la Présidente néo-républicaine afin d'établir un contact avec l'ex-Général de l'Alliance Rebelle et époux de la Chef d'Etat.