I-5

Tope-Là.

I-5YQ était le fidèle droïde de Lorn Pavan, qui travailla sur Drongar, avant de se remémorer sa mission principale: veiller sur le fils de son ami, Jax Pavan.

-- Dieu que j'aimerais parfois pouvoir me soûler.
-- Il ne vaudrait mieux pas, crois-moi. Si tu te montres aussi communicatif avec toutes les personnes que tu rencontres, alors c'est un miracle que tu n'aies pas encore été reprogrammé. Beaucoup de gens perdent facilement patience face à un droïde trop bavard.
-- Cela, c'est vous qui le dites. J'ai veillé à ne rien dévoiler de mon intelligence hors du commun et de ma personnalité bouillonnante, soyez-en sûr. Et je dois d'ailleurs avouer qu'une telle démarche m'a souvent contraint à mener une vie bien solitaire.
-- Alors pourquoi me raconter tout ça? Tu trouves que j'ai la tête de l'emploi ou quoi ?
-- Je suis las des charades. Je suis fatigué de devoir jouer au gentil petit automate pour les humains et consorts. Surtout après avoir observé leur manque de bonne volonté et leur incapacité chronique à coexister. Plus j'assiste à ce carnage, plus je reste persuadé qu'un droïde de maintenance CZ-3 serait le plus à même de tirer les rênes de la République.
-- C'est un acte de sédition, tu en es conscient ?
-- Qui ? Moi ? Je ne suis qu'un humble droïde, construit pour servir. J'ai peut-être juste besoin d'évacuer mon dégoût.
__Conversation entre I-5 et le journaliste Den Dhur sur Drongar

Droïde de Protocole de la série de Cybot Galactica baptisée 5YQ, I-5 était l'exemple parfait de ce que pouvait devenir un produit sortant de l'usine, à savoir une machine dotée d'une intelligence étonnante, de réflexions d'humains et de remarques tout à fait justes basées sur son expérience. La série 5YQ, plus perfectionnée que la série 3PO, était devenue très populaire parmi les couches moyennes de la société galactique, notamment lorsque les prix baissèrent suite à la sortie de l'Orbot de Serv-O-Droid. Malheureusement, la publicité manqua son effet car des poursuites furent lancées contre Cybot et le tribunal de commerce galactique l'obligea à retirer son modèle sous peine de sanctions économiques. Peu de modèles sortirent des usines et le succès fut très succinct. Le droïde devint la propriété d'une famille dont les enfants, tyranniques, l'obligeaient à les porter sur son dos : plus il avait du mal, plus les enfants riaient. Son aspect, grisâtre et non fini, repoussa finalement la famille qui le revendit à une décharge. Ce fut finalement là qu'il fut racheté par un dealer en informations, Lorn Pavan.

L'expérience d'I-5 et son intelligence fit du droïde un partenaire idéal pour le jeune père de famille. Pour l'adapter à son travail, le dealer modifia son module cognitif et augmenta sa capacité de créativité et d'inventivité. Désormais affilié à l'univers des criminels, I-5 se forgea dans son intelligence artificielle un paradis où il enfouissait ses secrets, les portraits des personnes qu'il avait rencontrées ainsi que les secrets pour tricher au Sabacc. Pavan rajouta aussi plusieurs éléments, notamment un radar pour se repérer dans les bas-fonds de Coruscant, un projecteur de micro-ondes, un torse ouvert pour cacher des marchandises de contrebande, une paire de photorécepteurs ayant la capacité de faire spots lumineux, un générateur électrostatique pour éviter que la rouille attaque sa carcasse, et enfin deux lasers dans ses indexs. Mais la meilleure customisation du droïde était sans nul doute son générateur Aeramaxis AXX Screamer, un modulateur de son capable d'émettre des infrasons et des ultrasons, dont I-5 faisait souvent des variables afin d'imiter le bruit d'une personne agonisant sur le sol pour brouiller les pistes des ennemis de Lorn Pavan.

Veuillez m'excuser mais j'ai beaucoup de choses à faire ; elles consistent pour la plupart, à changer les pansements et administrer des hypo-sprays. De bien petites tâches à accomplir, compte tenu de mes capacités. Peut-être trouverais-je le temps d'occuper les quatre-vingt-dix-neuf pour cent restants de mon module cognitif non destiné aux corvées en résolvant la Théorie de l'Infinité Réductionnelle. Ou pourquoi pas en composant un petit opéra.

Lorsque son partenaire de cinq ans fut tué par Darth Maul, I-5 trouva un emploi de contrebandier d'épices sur Kessel, puisqu'il pouvait cacher la précieuse marchandise dans son compartiment. Mais les autorités finirent par le rattraper et le mirent aux enchères : il fut acheté par une famille noble de Naboo, qui l'utilisa pour garder ses enfants et les éduquer. Il finit par échouer, pendant la Guerre des Clones, au sein d'un RMSU, un hôpital de campagne, sur Drongar, en compagnie de Jos Vondar, Tolk le Trene, Den Dhur, Zan Yant et enfin Barriss Offee. La relation qu'il entretint avec les humains lui donna l'espoir de devenir un jour capable de vivre pleinement son identité, sans pour autant se renforcer dans l'utilisation de son intelligence artificielle. Son expérience et ses conseils furent une aide précieuse pour ses amis, et son sens de l'humour et de la dérision se renforça, notamment auprès des morts des champs de bataille, qui le confortaient dans la vision que les humains s'entretuaient et que seuls les droïdes étaient capables d'utiliser leur intelligence correctement. A l'issue de la mission sur Drongar, qui se solda par la retraite de la République, il obtint de la Jedi Offee un laisser-passer pour le Temple Jedi de Coruscant afin de remettre un échantillon de Bota, et voir par la même occasion un Padawan particulier, le fils de son défunt partenaire.