Droïde générateur EG-6

Droïde générateur EG-6

Droïde générateur EG-6
Informations générales
Type de droïde
  • Utilitaire
Constructeur/Producteur
Utilité
  • Donner du courant à des systèmes mécaniques
Caractéristiques techniques
Modèle/Classe
  • EG-6
Taille
  • 1.1 m
Technologies utilisées
  • Senseur vidéo
  • Package de système de diagnostic
  • Signaleur accoustique
Commerce
Prix
  • 2500 crédits
DroïdeLe droïde générateur EG-6 est une simple boîte sur une paire de jambes chargée de donner du courant à des systèmes qui en ont besoin.

Gonk, gonk

Son très commun produit par le droïde gonk, d'où son surnom

Doté d'un design pour le moins minimaliste, le droïde gonk, une simple boîte sur patte, était également conçu pour une fonction simpliste, celle d'être une batterie qui marche ou un « générateur à fusion ambulant » comme le nommait Veril Line Systems. Le droïde se devait d'approvisionner en courant les systèmes mécaniques dans les situations où il était impossible de compter sur une source permanente, comme c'était souvent le cas sur des mondes reculés ou dans des espaces en pleine effervescence comme le hangar d'un vaisseau capital.

Droïde générateur EG-6

Beaucoup de ces modèles possédaient un générateur à fusion que de multiples couches d'armure et des coupe-circuits de sécurité doivent protéger en cas de fuite. Des fluides de refroidissement internes régulaient sa température et dans les cas d'urgences, des petites valves situées de part et d'autre du châssis et à la base des deux jambes du droïde permettent d'évacuer le liquide trop chaud.

Il était toutefois normalement impossible de percer la carapace d'un droïde gonk mais si jamais quelqu'un s'avérait avoir réussi, le générateur exploserait avec une puissance remarquable. Une fois, le pirate Reginald Barkbone, au courant de cette propriété, réussit à échapper à des gardes impériaux sur Axion en faisant exploser une mine ventouse accrochée à un droïde gonk et en profitant de la déflagration pour s'enfuir.

        Cette unité possédait au niveau de son panneau supérieur quelques boutons et gadgets, dont un senseur visuel et un émetteur acoustique capable uniquement de produire des langages droïdes. Sur la face frontale, on pouvait également trouver un port qui pouvait accueillir toutes les prises de courant standard et un port plus large sur une des faces latérales était, lui, plus adapté aux raccords industriels. Enfin, le droïde gonk possède un bras unique, dissimulé la plupart du temps derrière un petit panneau.

        Pour mener sa mission à bien, chaque unité était pourvue d'un système de diagnostic qui comprenait un spectromètre, un scanner à rayons X, un scanner à infrarouges et un émetteur d'ondes soniques et qui lui permettait de savoir si l'équipement qu'on lui avait demandé de ravitailler était trop dangereux pour lui, en fonction de ses fissures. Ainsi, si le droïde estimait la mission trop dangereuse, il refuserait d'obéir, ce que certains prenaient pour de l'entêtement.

Un droïde EG6, dit Gonk

Un droïde EG6, dit Gonk

        En plus de l'entêtement, le droïde était aussi connu pour sa stupidité sans bornes : si l'ordre lui avait été donné de marcher en ligne droite, le droïde gonk pourrait foncer droit sur un précipice et s'écraser en bas, ses jambes continuant à marcher même pendant la chute libre. Dans des cités au dénivelé important comme [Coruscant](/encyclopedie/coruscant) ou [Nar Shaddaa](/encyclopedie/nar-shaddaa), les droïdes gonks se devaient d'être surveillés à tout instant ou au moins d'être guidés par des garde-fous.

Pendant des siècles, Veril Line Systems avait dominé le marché du droïde générateur avec son modèle le plus populaire, le EG-6, et également sa version industrielle plus robuste, le S9. Le plus grand concurrent de la firme fut Industrial Automaton dont le droïde GNK fut vu par beaucoup comme un pur plagiat du EG-6.

Références

Beaux Livres
  • The New Essential Guide to Droids, 2005
  • Cynabar's Fantastic Technology: Droids, 1996

Les plus consultés ensuite...