Croiseur Modulaire Expéditionnaire

Pendant des années, pour faire face à ses tâches de soutien, la Marine Impériale dut faire appel à une grande variété de modèles de vaisseaux -croiseurs espions pour surveiller les activités pirates et rebelles, vaisseaux de ferraillage et vaisseaux hôpitaux pour l'intervention après les batailles, vaisseaux de communications, ou encore vaisseaux d'investigation pour l'établissement de colonies...- ce qui engendrait certaines difficultés pour l'entretien d'une flotte aussi disparate.

Pour faire face à ce problème, Tagge Industries produit un vaisseau utilisant une approche innovante, le Croiseur Modulaire de Corps Expéditionnaire (Modular Taskforce Cruiser). Considérant que la conception générale de ces différents types de vaisseaux ne changeait guère, il créa un appareil pouvant être aisément reconfiguré : la structure de base du croiseur abritait en effet turbines, quartiers de l'équipage minimum requis et poste de commandement, tandis que sa partie centrale se composait d'un vaste module circulaire aisément changeable selon le type de mission à assigner à l'appareil, permettant ainsi au même appareil de changer de rôle en fonction des besoins immédiats de l'Empire.

De fait, il existait cinq types de modules pour ainsi dire autosuffisants ne nécessitant qu'un raccordement aux générateurs d'énergie et aux ports de communication de la structure "squelette" :

- Le Module Hôpital, qui était employé lors de catastrophes planétaires et de missions de sauvetage suite aux batailles spatiales, et grâce à ses 225 médecins, 400 infirmières, 1500 techniciens médicaux d'urgence et 1000 droïdes médicaux, était capable de soigner tous les maux imaginables de la blessure reçue en combat à l'irradiation. Capable de transporter 19.600 patients en lits, 1000 en quarantaine et 2750 en cuves à bacta, le module hôpital emportait également des milliers de médipacks, des civières à répulseurs, 5 navettes de transport de blessés et un ordinateur médical centralisé, son coût s'élevant à 7.500.000 crédits.

- Le Module de Secours (5.000.000 crédits) était conçu pour la réparation des vaisseaux capitaux et les soins rapides de son équipage après une bataille : pour ce faire, il peut emporter dans sa soute 40.000 tonnes de pièces détachées et 2130 techniciens pour réparer les avaries les plus graves (problème au niveau des systèmes de survie, défaillance des propulseurs) des vaisseaux ne pouvant se replier sur les cales sèches de réparation. Dans le cas où les techniciens ne puissent opérer de réparation, le vaisseau endommagé est analysé et toutes les révisions à opérer sont notées afin de faciliter le travail des chantiers spatiaux. Quant aux 140 médecins du vaisseau, il avaient pour mission de fouiller les épaves à la quête de survivants, pour que ceux-ci puissent être translatés vers un module hôpital.

- Le Module d'Investigation, équipé de senseurs de qualité supérieure ( portées de 60 / 80 / 175 Unités Spatiales) et emportant 2000 explorateurs, 1500 techniciens, 5000 droïdes, 100 airspeeders d'exploration, 500 droïdes d'exploration, 5 Skiprays Blastboat et 6 TIE Bombers de défense, était conçu pour l'exploration rapide de planètes et de systèmes : grâce à sa dotation en matériel d'exploration et à son ordinateur d'analyse rapide, un monde peut être totalement analysé -des sites colonisables aux ressources minérales et agricoles- en 24 heures standards, et virtuellement relié à une route commerciale existante... Ce module coûtait 1.000.000 crédits.

- Le Module d'Exploration est utilisé pour l'espionnage et l'observation à longue portée : non conçu pour l'infiltration en territoire ennemi -où il serait rapidement détecté- il lui suffisait de déployer ses 500 probots et droïdes d'exploration autour des positions ennemies, lesquels, jusqu'à une distance de 30 années-lumières lui communiquaient spectres de lumière, d'énergie et interceptions des communications ennemies. Certains probots étaient même équipés de matériel leur permettant de balayer des sections d'hyperespace à l'aide de radiations. Par ailleurs ses senseurs extrêmement puissants à très longue portée ( respectivement 250, 800 et 1500 Unités spatiales en mode passif, balayage et recherche avec un diamètre de focus de 18 ; plus que n'importe quel autre vaisseau de la galaxie !) lui permettaient de scanner des zones lointaines sans avoir à s'exposer au feu ennemi. L'équipage des Modules d'Observations se composait de 1550 agents des renseignements et spécialistes de communications et scanners ; tandis qu'ils embarquaient 12 chasseurs TIE pour leur protection rapprochée. Leur coût unitaire était de 63 millions de crédits.

- Le Module d'Inquisition (4.500.000 crédits) est le plus récent de la gamme : ces abominations à bord desquelles servent 100 inquisiteurs, 3660 membres de la section observation de la CompForce et 10.000 droïdes d'interrogation sont utilisées pour mener des missions de répression et des expéditions punitives contre des mondes insurgés : pour ce faire, il emporte un véritable arsenal de terreur, composé de 15.000 chambres de désintégration préfabriquées, deux bases de garnison, un Effaceur Orbital de Réseau de Données, des sondes contenant des spores de stérilisation, ainsi qu'une Bombarde Magnétique pouvant délivrer cinq bombes à fragmentation, et un système complet de nightcloak orbital, soit un arsenal suffisant pour réduire la plupart des mondes à un niveau technologique digne des âges sombres....

Cependant, conçu comme un vaisseau de soutien et non prévu pour être déployé en première ligne, le Croiseur Modulaire ne disposait que d'un armement passablement faible de 15 turbolasers moyens et de faibles défenses, mais sa vulnérabilité était réduite par la présence pour ainsi dire automatique de croiseurs d'escorte, comme le Croiseur Carrack ou le Croiseur Strike à ses côtés. Notons enfin que Tagge Industries mena des recherches pour permettre l'emport de "mini-modules" permettant une plus grande polyvalence de chaque module. Ce fut à bord de ces vaisseaux, le Reliance qu'en l'an 11, les Droïdes de Guerre X-1 Viper Automaton furent débarqués sur Byss.

Nota : les prix indiqués dans le DESB étant dix fois inférieurs à ceux que j'ai donné, ils m'ont paru beaucoup trop faibles (comme souvent dans les premiers WEGs), d'où ma prise de position et leur multiplication par dix, qui les rend autrement plus plausibles.

Articles en rapport

CompForce
CompForce
Organisations
Crédit
Crédit
Cultures