Freerunner

Véhicule conçu comme le "véhicule ultime en vitesse et puissance de feu flexible" par la Kelliak Arms and Armor Company qui espérait attirer l'attention de l'Armée Impériale, le Freerunner fut pour son constructeur un véritable bain froid.

Véhicule conçu comme le "véhicule ultime en vitesse et puissance de feu flexible" par la Kelliak Arms and Armor Company qui espérait attirer l'attention de l'Armée Impériale, le Freerunner fut pour son constructeur un véritable bain froid qui précipita sa faillite, puisque devant l'absence d'intérêt porté par les impériaux, tous les stocks construits du véhicule furent vendus à de petits marchants d'armes, qui eux-mêmes les fournirent aux rebelles.

De fait, le Freerunner représentait le second principal véhicule de combat et d'assaut (CAV) de la Rébellion après l'ULAV, plus petit et incomparablement moins puissant. En effet, le Freerunner, qui tirait son nom de la présence sur le dessus de son châssis de trois tourelles portant son armement - ce qui lui offrait un débattement optimal - disposait d'une puissance de feu non négligeable : deux batteries blaster anti-infanterie, l'une à l'avant, et l'autre à l'arrière, mais capables de couvrir les flancs, chacune contrôlée par un artilleur différent, ainsi qu'une batterie de deux canons laser anti-véhicules dont le nombre compensait à faible distance leur portée plus de deux fois plus faible et leur puissance inférieure à celle des pièces impériales comme celle du Char à Répulseur 1-H.

Le Freerunner disposait néanmoins de plusieurs défauts : sa vitesse et sa maniabilité n'étaient pas supérieures (voir inférieure pour cette dernière) à celle de ses adversaires impériaux, et bien qu'il disposât de boucliers, sa protection était plus faible que la leur. Mais surtout, sa principale tare était le fait que, dans le but d'améliorer sa visibilité, le poste de pilotage n'était pas fermé, ce qui le rendait inutilisable sur des mondes au mauvais environnement atmosphérique, et augmentait la vulnérabilité du conducteur, ce qui le rendit peu populaire auprès des troupes rebelles, qui entreprirent autant que possible de le fermer.

Un exemplaire modifié du Freerunner, avec des plaques de blindage supplémentaires et des boucliers déflecteurs plus puissants fut utilisé comme transport par Mon Mothma pour des voyages sur des planètes potentiellement dangereuses.

Nota : le RASB indique comme prix pour le freerunner respectivement 27.000 crédits neuf et 14.000 crédits d'occasion. Ces sommes me paraissant trop peu, j'ai choisi celles de l'AEG.

Articles en rapport

Crédit
Crédit
Cultures
Freerunner
Freerunner
Véhicules
Mon Mothma
Mon Mothma
Personnages