Droïde ouvrier PK

Les droïdes ouvriers PK, produits de Cybot Galactica, sont de véritables machines à tout faire, souvent méprisés par les droïdes de classe supérieure.

Les unités PK sont mon premier choix pour l'espionnage. Après tout, qui remarque un PK ?
__Vyn Narcassan, agent des renseignements de la République

Les droïdes ouvriers PK, au prix raisonnable, étaient durables et versatiles. Ils étaient capables d'effectuer des réparations simples, d'organiser des ravitaillements, de nettoyer des bureaux et de faire des inventaires, et ce pendant de longues durées grâce à une batterie interne efficace qui n'avait pas besoin d'être rechargée trop souvent. Grâce à leur robustesse qui leur permettait de résister aux températures extrêmes et aux radiations, les unités PK pouvaient aussi bien travailler dans des fours, des chambres de réacteurs et dans le vide de l'espace.

Ils étaient également pourvus d'un système sensoriel limité constitué d'un unique photorécepteur et d'un récepteur auditif. Le tout était monté sur une unité crânienne qui, grâce à un cou articulé, pouvait pivoter à 360°. Leur taille, à peu près identique à celle d'une unité R2, les rendait faciles à transporter et à stocker. Bien qu'elles ne puissent pas interagir plus avec leurs propriétaires qu'en recevant des ordres sommaires, les unités PK étaient douées pour interagir avec les autres droïdes. Ainsi, ils étaient souvent placés dans la position délicate d'avoir à répondre aux ordres de leurs maîtres organiques et aux besoins des droïdes des prétendues classes supérieures.

Les PK furent en service pendant des siècles, se vendant en quantités modestes mais très rentables. Peu avant la bataille de Naboo, la Fédération du Commerce commença à acheter chaque PK dès qu'il sortait des chaînes de production de Telti. L'agent des renseignements Vyn Narcassan, qui avait déjà en projet une enquête discrète au sein de la Fédération, y vit une occasion de s'infiltrer dans cette organisation aux accès très restreints.

Lors d'entrevues secrètes avec le conseil d'administration de Cybot Galactica, il parvint à convaincre la firme d'accepter son subterfuge pour le bien de la République : un PK sur quatre cents serait équipé d'un intercepteur de communication pour enregistrer les conversations et les transmissions basse fréquence. Ce mécanisme était quasi indétectable et conçu pour s'autodétruire de manière à faire croire à une surchauffe de motivateur si jamais il était repéré. Les agents de renseignement de la République travaillant comme techniciens de Cybot Galactica récolteraient les informations lors de visites standard de maintenance et les enverraient à Coruscant pour analyse. Malheureusement, le programme fut mis en œuvre trop tard pour empêcher l'invasion de Naboo et les PK emmagasinèrent des données pendant une décennie mais peu furent toujours en état de marche au moment de la Guerre des Clones du fait de leur mémoire limitée. Plusieurs années plus tard, l'ISB entreprit une action similaire en cachant des circuits espions dans des des droïdes de type Droïde de Protocole RA-7.

Des PK sur un vaisseau de la Fédération du Commerce Des PK sur un vaisseau de la Fédération du Commerce