Coloi

Une mutation forcée du Rancor, dont escomptait se servir le Seigneur Sith Quorlac Fornayh pour prendre le contrôle du Nouvel Empire Sith. Le seul et unique spécimen de Coloi fut tué pendant la Première Guerre Civile Galactique.

Le Coloi était la promesse, pour Quorlac Fornayh, de s'emparer du trône du Seigneur Noir. A l'origine, il s'était agi d'un Rancor mais, l'Alchimie Sith aidant, il était devenu un prédateur beaucoup plus intelligent ! Ses assauts demeuraient ceux d'un Rancor : une combinaison impitoyable de coups de dents et de griffes. Cela dit, le Coloi avait aussi ses propres atouts ; doté de larges ailes, et du squelette aux os allégés qui allait avec, il était à présent en mesure de voler ! De quoi emmener ses ennemis dans les airs, afin de les y déchiqueter. Suite à quoi, il précipitait la chute, sur 120 mètres de hauteur, de ce qui avait été sa proie... L'autre avantage du Coloi était défensif : de lourdes plaques métalliques noires avaient remplacé sa peau animale.

Bien sûr, la création d'un tel monstre semeur de mort requérait du temps. D'ailleurs, Quorlac Fornayh ne put créer qu'un seul Coloi de son vivant. Toutefois, il n'en aurait pas fallu beaucoup pour voir l'espèce proliférer : car l'ensemble des changements orchestrés avait été d'ordre purement génétique, ce qui autorisait une reproduction sexuée entre les spécimens. Fornayh ambitionnait de leur apprendre à se servir de Blasters, ainsi que de Vibro-armes. Il n'en eut pas le temps, mais un procédé de flashs d'apprentissage avait été mis au point à cet effet pour ses cuves de clonage. Placé en stase, le Coloi n'attendait plus que l'ordre du Spectre Sith de son défunt maître pour pouvoir se déchaîner sur la Galaxie !

Ce fut ce qui se produisit en pleine Guerre Civile Galactique, quand deux vaisseaux - l'un Impérial, l'autre Rebelle - s'écrasèrent à la surface de Yorgraxx. Lorsqu'il débarqua dans la Base Sith de Quorlac Fornayh, la créature s'en prit au petit groupe des rescapés des deux crashes. En dépit des illusions entretenues par Fornayh lui-même, afin de lui laisser le temps de se préparer, ce combat sonna le glas de la bête...