Prison Alpha TR-8

Informations générales
Type de culture
  • Monuments et lieux
Origine
  • Rordak
Apparition
  • -19 av. BY
Disparition
  • +11 ap. BY
Affiliations
Culture & Société

La planète Rordak abrite plusieurs dizaines de camps de prisonniers impériaux qui rivalisent en matière de réputation de barbarie avec les mines d'épice de Kessel : le travail forcé dans les mines de métaux sans masques de respiration, sous les brimades des gardes et l'ordre de fer imposé par les surveillants chefs (lesquels sont personnellement responsables du respect des quotas de production) ont pour conséquence que très peu de prisonniers -eux-mêmes d'ailleurs considérés comme "propriétés impériales"- parviennent à survivre à leur premier mois de détention, les survivants étant réduits à un tel niveau de déshumanisation qu'ils n'hésitent pas à s'entretuer lors de bagarres mortelles. De fait, les récalcitrants au travail se trouvent être généralement vendus en esclavage aux clans de carnivores Viska.

Exemple typique de camp d'internement impérial sur Rordak, la Prison Alpha TR-8 se présente sous la forme d'une enceinte rectangulaire d'environ 220 mètres sur 90, dotée de neuf miradors de vingt mètres de haut pourvus de capteurs infrarouge et de projecteurs, entourée extérieurement par un large champ de mines à protons dévastatrices et de champs d'énergie de vingt mètres de long, rendant toute tentative d'évasion illusoire, si pas impossible.

L'intérieur de la prison abrite deux plateformes d'atterrissage, un bureau administratif -où travaillent les 150 gardes sous le commandement du Major Drummond et les centaines de droïdes de service- et cinq gros bâtiments en forme de croix abritant les 5452 rebelles, meurtriers, contrebandiers, pirates et autres déchets sociaux qui forment la population du camp. Le camp Alpha TR-8 étant situé à moins de 500 mètres de sa mine de barthierum, toute sa "vie" est tournée vers l'exploitation minière : la journée standard commence à 4 heures locales (une journée sur Rordak dure seulement 14 heures) par le réveil, le petit déjeuner et le lavage, puis à 4h15 les groupes de travail sont formés et s'acheminent par colonnes vers la mine. Les groupes de travail vont travailler quasi-continuellement (ils disposent d'une petite pause d'une demi-heure à 7h00) jusqu'à 12h00, heure à laquelle ils retournent au camp pour leur période de repos de six heures.

Avec un pareil rythme de travail, les prisonniers sont vite réduits à l'état de viandes humaines et, s'ils survivent, ne parviennent pas à trouver la force de s'enfuir...

Les plus consultés ensuite...