Transport moyen Space Master

Transport moyen Space Master

Transport moyen Space Master
Informations générales
Type de vaisseau
  • Transports
Constructeur/Producteur
Caractéristiques techniques
Taille
  • 80 mètres
Armement
  • 4 doubles canons laser
Capacité
  • 19 000 tonnes de fret
Equipage
  • 8 membres
Passagers
  • 4 passagers
Blindage
  • 160
Boucliers
  • 60
Vitesse spatiale
  • 40 MGLT
Hyperpropulsion
  • x2
Hyperpropulsion d'urgence
  • x10
Autonomie
  • 3 mois
Commerce
Prix
  • 175 000 crédits d'occasion
Données complémentaires
Vitesse atmosphérique
  • 740 km/h
Affiliations
VaisseauVaisseau de transport de conteneurs qui fut adopté par le contrebandier Billey.

Le Space Master était une classe de transports de fret de taille moyenne, conçue au cours de la Guerre Civile Galactique par le géant de la construction spatiale Kuat Drive Yards pour tenter de s'imposer sur un marché qui n'appartenait pas à son domaine naturel d'expansion. Afin de ne pas répéter les erreurs commises lors de la conception du désastreux Transport Moyen Wayfarer par sa filiale Kuat Systems Engineering, KDY joua la carte de la polyvalence avec le Space Master, profitant du fait que le concept des transports moyens de conteneurs était dans l'air du temps.

En effet, conçu pour offrir la plus grande modularité possible, le Space Master se présente sous la forme d'un module de proue circulaire abritant les quartiers de l'équipage et le poste de pilotage relié à un bloc propulseur de poupe - assez proche de par sa conception de celui de la Frégate Nebulon-B - par un étroit module-couloir sur lequel pouvaient se greffer des conteneurs à fret. Ainsi, le Space Master pouvait emporter jusqu'à 19 000 tonnes de fret dans des atmosphères différentes, cargaison qui était protégée par quatre doubles canons laser montés sur tourelles.

Fig 1 : Le Goshyn Queen de Billey.

Fig 1 : Le Goshyn Queen de Billey.

A sa libération du Centre de Détention Impérial de Goshyn, peu après l'instauration de la Nouvelle République, le contrebandier Billey fit l'acquisition d'un de ces appareils qu'il baptisa, non sans ironie *Goshyn Queen *(« reine de Goshyn ») et le laissa quelque peu se délabrer, refusant de dépenser son précieux argent dans des tâches de réparation qu'il ne considérait pas comme essentielles, préférant cacher les lacunes de l'appareil sous des couches de peinture d'une douzaine de couleurs différentes.

Références

Les plus consultés ensuite...