Chasseur stellaire Geonosien

Chasseur Nantex.

Les chasseurs stellaires des Géonosiens étaient à leur image : très spécialisés, mortels et incompatibles avec la plupart des formes de vie de la galaxie. Les Géonosiens voulaient avant tout que la galaxie les laisse tranquilles, et leurs chasseurs furent

Les chasseurs stellaires des Géonosiens étaient à leur image : très spécialisés, mortels et incompatibles avec la plupart des formes de vie de la galaxie. Les Géonosiens voulaient avant tout que la galaxie les laisse tranquilles, et leurs chasseurs furent conçus dans ce but. Ils n'envahissaient jamais, mais défendaient leur planète avec une agressivité sans faille.

Les malheureux, qui se trouvaient dans une échauffourée les mettant aux prises avec des chasseurs stellaires géonosiens de classe Nantex, pensaient avant de mourir qu'une créature vivante les avait attaqués. Il n'est pas difficile de comprendre pourquoi. Le vaisseau évoquait un mollusque marin, avec ses contours arrondis et ses fourches jumelles qui s'étendaient comme des tentacules derrière le cockpit ressemblant à un oeil. Sa manoeuvrabilité phénoménale imitait les mouvements rapides des petits poissons prédateurs. Même sa couleur donnait l'impression qu'il était vivant. En fait, ces engins de classe Nantex étaient des représentations technologiques d'une vraie créature géonosienne : le porlceetin pygmée. Et comme cet animal, ils attaquaient en vagues successives, jusqu'à ce que leur proie soit déchiquetée. La fourche du chasseur stellaire contenait le cockpit, ainsi que l'ordinateur de vol et les réservoirs de carburant. Dans le " tentacule " inférieur se trouvaient le réacteur principal, ainsi que les générateurs de bouclier et de traction. Ces bras étaient reliés par deux modules sphériques : l'un pour le moteur, l'autre pour la batterie d'armes.

La plus grande contribution des Géonosiens à la construction de vaisseaux, ignorée plus tard par le reste de la galaxie, fut de séparer les systèmes de propulsion et l'armement du reste de l'engin. Tous deux pivotaient indépendamment sur leur propre support, tenus à l'écart de la coque par des aimants super conducteurs. Cette configuration offrait au chasseur une vraie poussée en ligne. Capables de faire demi-tour sur quelques dizaines de mètres, les pilotes d'autres espèces enviaient sa maniabilité. Ses armes pouvaient viser des cibles de chaque côté du vaisseau. Les pilotes des chasseurs stellaires géonosiens étaient profondément attachés à leurs vaisseaux. On pourrait croire que des vaisseaux aussi évolutifs, puissants et durables que les chasseurs de classe Nantex seraient vendus dans la galaxie, supplantant les productions d'Incom ou de Kuat. Mais ils ne servirent qu'aux Géonosiens pour défendre leur planète. C'était en partie à cause de leur nature isolationniste, un trait de caractère qui s'intensifia sous le règne de l'archiduc Poggle le Bref. Cependant, ce fut aussi dû à la nature unique des engins et de leurs pilotes.

Les Géonosiens furent des maîtres de la manipulation biologique, utilisant des phéromones et des programmes d'élevage pour développer des castes spécialisées. Celle des pilotes est un bon exemple. Créés pour avoir des réflexes rapides et une visualisation du combat en trois dimensions, ses membres grandissaient avec leurs ordinateurs de vol. Ils formaient ainsi un lien profond, qui les rendaient incapables de se consacrer à autre chose que le vol ou la bataille. Ces machines étaient leurs seuls amis et familles. Leur rapport symbiotique était renforcé par la conception des cockpits, qui employaient des stimulateurs olfactifs pour transmettre des informations aux pilotes. Ce système était plus fiable et rapide que les signaux audio, et incompréhensible, voire perturbant pour un non-géonosien. En vol, rien n'égalait un pilote géonosien et son chasseur stellaire : ensemble, ils formaient une entité vivante qui réagissait plus à l'instinct que par des décisions tactiques. Mais en fin de compte, la galaxie évolua. Malgré la supériorité des ingénieurs de Géonosis, le poids des nombres et la puissance de feu massive d'autres espèces dominèrent les batailles spatiales.

Un Chasseur stellaire Géonosien. Un Chasseur stellaire Géonosien.
Les chasseurs stellaires géonosiens de classe Nantex introduisirent de nombreuses innovations technologiques dans le monde de la conception de vaisseaux. Les châssis des chasseurs stellaires de classe Nantex étaient en Laminacier, un matériau développé par les Géonosiens et peu utilisé dans le reste de la galaxie : les vaisseaux comme les X-wings, B-wings, A-wings, étaient eux généralement construits en transparacier et en duralumin, et assemblés sur des chaînes de production. Le Collectif des Chantier de Huppla Pasa Tisc fabriquait les engins de classe Nantex à la main, et le luminacier leur fournissait une base idéale pour cela. Ce matériau est difficile à manipuler et l'utiliser relève plus de l'art que de la science, mais les résultats en valent la peine. La flexibilité et la solidité de ce métal permettaient aux vaisseaux de supporter des chocs qui auraient pulvérisé un engin normal. En raison de la nature unique des moteurs crées par les Géonosiens, aucune autre structure n'aurait survécu aux manoeuvres dont ils étaient si fiers. Il n'existait pas deux vaisseaux de classe Nantex identiques, la méthode de construction encourageant les particularités plutôt que la standardisation. Mais la plupart mesuraient 9,8 mètres de longueur, 1,9 mètres de largeur et 2,2 mètres de hauteur. Leurs moteurs rotatifs pouvaient atteindre une vitesse soutenue de 20 000Km/h en atmosphère, et une accélération de 4500 gravités géonosiennes dans l'espace. Ils ne possédaient pas d'hyperdrive, car les chasseurs étaient conçus pour défendre la planète et non chercher le combat ailleurs, mais ils constituaient de redoutables adversaires. Les tourelles et les sphères du moteur faisaient aussi l'objet d'une fabrication spécialisée. Ces unités modulables étaient équipées d'une suspension magnétique, pour éviter le contact entre composants. La puissance et les signaux de contrôle étaient transmis par induction. Les logements du moteur et des armes pouvaient accueillir différents éléments adaptables, comme un propulseur de rechange (pour les patrouilles très rapides), des batteries de senseurs et de communication. En résumé, les vaisseaux étaient extrêmement reconfigurables.

Les moteurs étaient alimentés via un tuyau flexible. Le carburant subissait une accélération dans la chambre centrale du réacteur, qui transformait les atomes en particules subatomiques de haute énergie. Un champ de force les concentrait en faisceaux de poussée très concentrés. Le reste de l'engin devait sa puissance à une autre turbine, plus grosse et située à l'arrière de la coque. Au repos, les chasseurs étaient parqués dans des ports d'amarrage. Une paire de pince maintenait le véhicule en place. Une série de câble de diagnostic transmettaient des informations sur le statut de l'appareil à une console près de la prise d'ancrage.

Articles en rapport

Kuat
Kuat
Planètes