Cherfer

Cherfer.

Le Cherfer prédateur d' Elom

Cousin du Ranphix, le Cherfer est loin d'être aussi civilisé que ce dernier. Peuplant les déserts d'Elom, le Cherfer est bien connu pour ses attaques sauvages et barbares. Les tentatives d'éradication lancées par les Elomins se sont révélées être de cuisants échecs.
Dès leur plus jeune âge les Cherfers se battent. Leurs instincts belliqueux s'éveillent en effet très rapidement. Ainsi à l'aide de leur corne frontale les jeunes Cherfers se livrent à leurs premiers combats. Cette corne frontale disparaît pour devenir un long cartilage avec la maturité, atteinte vers l'âge de six mois. Le régime alimentaire du Cherfer est omnivore comme les autres créatures des plaines. Son repas préféré est composé de petits mammifères bien qu'il apprécie de ponctuer son quotidien de chair d' Elomin. La peau du Cherfer est très résistante et de couleur vive ; l'association la plus courante est composée de bandes oranges, jaunes et rouges sur une base blanche cassée. Il existe des variantes avec des bandes bleues et vertes. En effet, selon le milieu de vie du Cherfer sa peau tend vers un panel plus clair dans les régions froides et plus sombre dans les régions tempérées.

Le Cherfer est une créature relativement stupide et désorganisée. Malheureusement pour les Elomins sa stupidité n'a d'égale que son vice, ainsi le Cherfer se révèle être un redoutable prédateur. Leur groupe nommé Vlaktors est leur seule unité sociale : composé d'une trentaine d'individus, le Vlaktors s'organise pour attaquer en force les proies. Certains Cherfers quittent leurs Vlaktors, mais à moins de retrouver un autre groupe le Cherfer parti se condamne.

Les Cherfers sont souvent capturés pour être envoyés sur des planètes diverses afin de participer à des combats clandestins. Un Cherfer par nature est un combattant sans une force ni une agilité extraordinaire mais fort d'une férocité et d'une ténacité hors du commun. En effet, un Cherfer affamé ne reculera devant aucun sacrifice pour tuer une proie. Les Elomins tentent en vain de protéger leurs familles de ce prédateur rôdant autour des exploitations ; mais le rythme de reproduction et la croissance rapide de ce dernier rend son extermination impossible.