Transport Léger Starlight

Transport Léger Starlight

Transport Léger Starlight
Informations générales
Type de vaisseau
  • Transports
Constructeur/Producteur
Caractéristiques techniques
Taille
  • 34 mètres
Armement
  • 1 canon blaster (c)
Capacité
  • 50 tonnes
Equipage
  • 2 pilotes
Passagers
  • 4 passagers
Blindage
  • 120
Boucliers
  • 30
Vitesse spatiale
  • 40 MGLT
Hyperpropulsion
  • x2
Hyperpropulsion d'urgence
  • x12
Senseurs
  • 10 / 20 / 40 U.S.
Autonomie
  • 3 semaines
Maniabilité
  • 32 DPF (est.)
Commerce
Prix
  • 26 000 crédits d'occasion
Données complémentaires
Vitesse atmosphérique
  • 800 km/h
Affiliations
VaisseauLe Transport Léger Starlight était un vaisseau issu d'une collaboration entre Rendili StarDrive et Surron StarTech.

Né d'une collaboration entre deux entreprises en crise, Surron StarTech, une firme surronienne souffrant de son absence d'image de marque, et Rendili StarDrive, héritière de millénaires de savoir-faire en technologie militaire qui, face à ses pertes financières chercha à s'introduire sur le marché des transports civils, le Transport Léger Starlight est une sorte de compromis entre le désir innovateur des Surroniens en matière de design - désir palpable ne serait-ce que dans la forme de l'appareil - et le conservatisme des techniciens de Rendili - qui adoptèrent des concepts éprouvés comme le cockpit, copie de celui adopté sur les transports Corelliens.

Transport Léger Starlight

L'aile de l'appareil - véritable « touche surronienne », à des années-lumière des lignes aux apparences martiales typiques de RDS - abrite la majeure partie de l'espace habitable de l'appareil, à commencer par la soute équipée d'une plate-forme élévatrice afin de faciliter son chargement qui, en dépit de son volume important, ne peut accueillir plus de cinquante tonnes de matériel du fait de la faible épaisseur de son "plancher", due aux restrictions budgétaires. A l'extrémité de l'aile sont situées les antennes de senseurs et de communication, dont les formes allongées pourraient les faire passer pour l'armement du vaisseau.

La partie tubulaire de l'appareil située en continuité du cockpit et la fraction jouxtant l'aile accueillent les quartiers de l'équipage aux allures sinistres, dont les couchettes à trois niveaux superposées issus de surplus militaires, la présence d'un autocuiseur prélevé sur les excédents du modèle équipant les antédiluviens Croiseurs Vainglorious, et jusqu'à la climatisation du type de celle utilisée par des campements d'académie militaire, témoignent du passage des sordides ingénieurs de RDS et de leurs obsessions budgétaires.

Hélas, cette difficile coopération eut pour conséquence que le Starlight est le dernier vaisseau que les Surroniens, aient produit pour le grand public, la réalité des mégacorporations les ayant dégoûté à jamais de la production à grande échelle. Ces artistes dans l'âme ne conçurent plus de vaisseaux que pour leurs congénères, tandis que RDS, ne voyant qu'un marché réduit, en cessa vite la production, tentant de vendre les appareils construits à des excentriques voulant posséder « quelque chose de différent », comme l'holo-acteur Ahric Korownosek qui, reconverti dans le cambriolage de musées, utilisa son Command Performance pour aller de planète en planète et échapper aux policiers locaux.

Références

Les plus consultés ensuite...