Droïde de Protocole LOM

Le Droïde de Protocole LOM était une production de la firme Industrial Automaton, dont 4-LOM fut issu.

Le cas semble peu concluant, mais le processeur ne semble pas être en faute. Le sujet clame avoir effectué le crime uniquement par 'plaisir de l'argent'.
_Rapport d'Industrial Automaton sur 4-LOM

Après l'échec de la série des droïdes de protocole PD, Industrial Automaton décida de calquer sa production sur Cybot Galactica, le deuxième Grand de la production de droïdes. Ce fut peu de temps après la Guerre des Clones qu'Industrial décida de mettre en place la série LOM à destination du marché des droïdes de protocole, en visant notamment les races insectoïdes comme les Brizzit, les Verpines et les Yam'rii, par le design externe ressemblant à un insecte type, tentant de mélanger plusieurs phénotypes. Cependant, ce droïde de protocole ne devait pas s'enfermer qu'aux simples races insectoïdes : il s'agissait d'un test. Si les affaires marchaient avec ces races, Industrial plancherait sur une variété de droïde de protocole aux allures humanoïdes, qui serait lancé sur le marché en moins de deux ans.

Cependant, Cybot ne se remit pas de la trahison de ses propres fournisseurs, plus particulièrement SyntheTech, qui remplit plusieurs commandes d'intelligence artificielle AA-1 avec un module de communications TranLang III. Même la coque externe du droïde LOM avait été fournie par ses sous-traitants. Du cou jusqu'aux pieds, le LOM ressemblait trait pour trait à l'unité 3PO. Ce fut d'ailleurs pour cela que Cybot attaqua en justice Industrial pour violation des contrats avec ses fournisseurs et copie illégale de son droïde fétiche. Malgré ces poursuites, Industrial lança sur le marché son LOM. Cependant, les acheteurs ne le trouvèrent pas aussi charismatique que le 3PO, ce qui vengea en partie l'honneur bafoué de la compagnie manufacturière rivale.

Une seconde crise fut traversée par Industrial lorsqu'à bord du luxueux transport stellaire Kuari Princess, un droïde de protocole LOM, 4-LOM, qui servait de valet à bord du vaisseau, se mit à devenir un voleur de bijoux. Industrial ordonna une enquête qui conclut que le processeur n'était pas en faute, mais ne fit rien pour arrêter son droïde. La compagnie tenta de mettre en cause l'ordinateur interne du vaisseau, sûrement infiltré par un pirate quelconque, puisque 4-LOM y prenait ses ordres. Plus tard, Industrial préféra, sans faire de publicité, retirer ses modèles LOM du marché.

Articles en rapport

Cybot Galactica
Cybot Galactica
Organisations
4-LOM
4-LOM
Droïdes