Argovia

Données astronomiques
Région Galactique
  • Bordure Extérieure
Système stellaire
  • Inconnu
Secteur galactique
  • Secteur Endocray
Durée du jour
  • 28
Durée de l'année
  • 345
Caractéristiques
Type de planète
  • Marécageuse
Gravité
  • Normale
Atmosphère
  • Respirable
Climat
  • Océanique
Données socioculturelles
Population estimee
  • 600.000 individus
Espèces résidentes
Villes connues
  • Argovas City
PlanèteCe petit monde du Secteur Endocray était presque intégralement recouvert de landes boueuses et de marécages, et son ciel, éternellement couvert, crachait sans répit une fine bruine particulièrement désagréable.

Triste planète qu'Argovia ! Ce petit monde du Secteur Endocray était presque intégralement recouvert de landes boueuses et de marécages, et son ciel, éternellement couvert, crachait sans répit une fine bruine particulièrement désagréable. Peu hospitalier, il ne devait ses six-cent mille habitants qui vivaient dispersés dans de nombreuses petites communautés (dont la principale est Argovas City) qu'à la découverte de filons de minerai extrêmement riches, qui motivèrent l'installation plusieurs entreprises de prospection pour les exploiter. Il va sans dire que du fait de son climat peu avenant, Argovia était intégralement dépendante des importations extérieures, sa seule ressource étant l'exportation de minerais.

Pendant la Guerre Civile Galactique, l'Empire nomma sur Argovia un Préfet pour la diriger -preuve de sa faible importance stratégique- tandis qu'il installait dans les tunnels d'une mine désaffectée un réseau de senseurs couvrant l'ensemble du secteur. En réalité, les forces impériales sur Argovia étaient particulièrement faibles : la garnison d'Argovas City ne se composait par exemple que de cinquante Stormtroopers et d'un Juggernaut. Néanmoins, en raison de l'importance stratégique qu'elle prit, Argovia se vit imposer un régime d'immigration restrictif, seuls les Impériaux et les ouvriers des entreprises minières étaient autorisés à venir s'y installer, ce qui n'empêcha pas le sabotage des senseurs par une équipe de Rebelles.

Références

Beaux Livres
  • Instant Adventures, 1996

Les plus consultés ensuite...