Infinities : L'Empire contre-attaque

Sur la planète Hoth, les Rebelles, prisonniers des glaces, résistent tant bien que mal aux assauts répétés de l'Empire. Malheureusement, Luke Skywalker meurt dans le blizzard et ne pourra pas les sauver de la menace des redoutables quadripodes AT-AT. Avant de mourir, Luke charge Han Solo d'une mission capitale : aller sur Dagobah pour y suivre l'enseignement Jedi de Maître Yoda.

Couverture et extraits

Critique de Bard'ika

Ce deuxième opus, L’Empire contre-attaque, nous apporte de biens belles idées d’un futur alternatif pour l’épisode éponyme de la saga. En effet dès le début, un évènement majeur va bouleverser la vie des héros : Luke Skywalker meurt sur la planète de glace Hoth. Avant de succomber à ses blessures et au froid, il charge Han Solo de se rendre sur Dagobah pour y suivre l’entraînement Jedi de maître Yoda. Il embarque donc sur le Faucon Millenium avec son fidèle copilote Chewbacca et la princesse Leia et arrive sur la planète marécageuse (après une courte escale dans la Cité des Nuages de Lando Calrissian, ami de Solo, où l’on retrouve entre autres le chasseur de primes Boba Fett) pour rencontrer le petit être vert. Ce dernier va dévoiler à Leia ses véritables origines et décider de la former aux arts Jedi. Pendant ce temps, Han et Chewbacca se rendent dans le repère de Jabba le Hutt afin de rembourser leur dette, mais la grosse limace est rancunière et les fait tous deux prisonniers (mais je vous laisse découvrir la suite de leur captivité). La fin de ce tome est plus exaltante que le précédent : Vader débarque sur Dagobah pour y trouver son fils (dont il ignore la mort), Yoda utilise la Force pour faire resurgir les spectres qui hantent l’esprit d’Anakin Skywalker (on y aperçoit Obi-Wan Kenobi, Mace Windu et Qui-Gon Jinn) et Leia subit sa dernière épreuve en combattant son père. L’ensemble est agréable à lire même si les actions se succèdent à un rythme trop rapide à mon goût au point que certaines parties paraissent bâclées.

Commentaires

Commentez cette bande dessinée