La planète Nal Hutta sous les projecteurs

24 février 2009 - Un endroit ou vous n'irez sans doute pas en villégiature !

Pour le coup, je suis un peu à la ramasse sur la publication de cette actu, mais vaut mieux tard que jamais !

Nal Hutta sera donc l'une des nombreuses planètes où le joueur du MMO The Old Republic pourra aller joyeusement gambader à la recherche de quêtes ou de trésors cachés. Cependant, votre avatar ne devra pas oublier son masque à gaz car comme vous allez pouvoir le constater, ça ressemble plus à une décharge atomique qu'à un petit paradis terrestre. Une pollution à en faire rougir Raxus Prime ! A noter que pour l'occasion, la planète est renommée Hutta. Il ne s'agit apparemment pas d'une retcon (modification permanente) mais plutôt d'un diminutif donné par les habitants à leur planète.

La fiche de la planète sera bientôt disponible dans l'encyclopédie, mais des infos sont déjà disponibles via la fiche de l'Empire Criminel Hutt !

Pour combler le retard, voici un bon lot d'images :
Les alentours du palais, un coin pas très paradisiaque Les alentours du palais, un coin pas très paradisiaque

Un Chemilizard sur Nal Hutta Un Chemilizard sur Nal Hutta

Un Seigneur Hutt dans toute la largeur Un Seigneur Hutt dans toute la largeur

La cantina du Palais, un endroit déjà plus agréable ! La cantina du Palais, un endroit déjà plus agréable !

Concept-art de la cantina Concept-art de la cantina

Concept-art du terrain pollué du monde Hutt Concept-art du terrain pollué du monde Hutt

Les marais de Nal Hutta (1/2) Les marais de Nal Hutta (1/2)

Les marais de Nal Hutta (2/2) Les marais de Nal Hutta (2/2)

Concept-art de l'entrée du Palais Concept-art de l'entrée du Palais

Concept-art d'une maison "typiquement locale" Concept-art d'une maison "typiquement locale"

Concept-art de l'intérieur du Palais Hutt Concept-art de l'intérieur du Palais Hutt

Venez en discuter avec la communauté sur le forum !

A propos de cet article

Benson800 Rédigé par Benson800 le 24 février 2009.
Classée dans la catégorie The Old Republic.

Commentaires

Commentez cet article